Quand Justin Caron a eu l’idée d’organiser un festival de métal, son père Patrick, l’a soutenu dans le projet. C’est maintenant ensemble qu’ils continuent l’aventure.

Un an plus tard, âgé maintenant de 13 ans, Justin Caron revient avec la seconde édition du festival de métal qu’il a créé. Le Metalelujah Fest se tiendra cette fois sur la Rive-Sud au Fenil Bleu à Beaumont, les 10 et 11 août. Au total, 13 groupes sont à l’affiche lors des deux soirées.

Lors de la première édition organisée en août dernier à la salle Multi du complexe de la Méduse à Québec, le public un peu timide n’avait pas découragé l’amateur de musique, qui s’est lancé une nouvelle fois dans l’aventure grâce à l’expérience acquise et les contacts déjà noués. Il espère voir son festival grossir d’année en année et devenir de plus en plus connu.

Cette année, le jeune organisateur a privilégié un lieu plus abordable et sur la Rive-Sud, pour mettre le paquet sur la programmation et inviter des  groupes plus connus.

Au départ, c’était parce qu’il ne pouvait pas aller voir les spectacles de ses groupes favoris en raison de son âge, que Justin a organisé le premier Metalelujah Fest dans une salle où même les moins de 18 ans pouvaient entrer. Puisque l’événement déménage dans un bar, il n’aura plus l’âge requis pour profiter des concerts, mais compte bien rencontrer et prendre une photo avec chacun des groupes.

Un programme comme il aime

Qu’à cela ne tienne, Justin ne cache pas son plaisir à construire la programmation et contacter les différents groupes pour les inviter.

«Ce sont des groupes que je connais et que je trouve bons. Je les contacte, explique-t-il, tout simplement. Je dis que ça va être cool et que c’est notre deuxième festival. Ils disent pas mal toujours oui. L’année passée, ils pensaient que c’était une blague. Maintenant, ils savent qui je suis.» Et ce qu’il aime par dessus tout, c’est de «les voir performer et savoir que c’est moi qui les ai invités». Cette année, Justin se réjouit de la présence d’un de ses groupes préférés, Vital Remains, qui viendra de Virginie aux États-Unis. 

Un blitz musical 
«On fait ça pour le trip de la musique. Ils aiment faire des spectacles et on leur offre une bonne occasion de faire un festival», ajoute son père Patrick, qui l’accompagne dans ce projet. «Ça commence vers 19-20h jusqu’à minuit. Les premiers groupes jouent une trentaine de minutes, les autres autour d’une heure. C’est comme un blitz. Les gars de band, ils débarquent leurs affaires, les autres embarquent, tout va bien. C’est parfait!»

C’est de son père que le jeune Lévisien tient son goût prononcé pour le métal. Initié au son de Metallica, il a suivi son propre chemin en écoutant de la musique sur Internet. De lien en lien, et de groupe en groupe, Justin a fait de nouvelles découvertes grâce à Facebook et YouTube. À deux, ils organisent tout de A à Z, avec l’aide de leur famille et de proches.

Affiches, chandails, instruments et location des lumières, rien n’est laissé au hasard par les organisateurs qui ont appris comment s’y prendre, avec beaucoup d’audace, un peu de débrouillardise, et surtout en le faisant. Grâce à tous les efforts, le festival a déjà gagné en visibilité sur les réseaux sociaux. «Ça va être une belle fin de semaine!», prévoient-ils. 

Information et programmation sur la page Facebbok Metalelujah Festival.

 

Les plus lus

Flip en demi-finale de Révolution

La troupe féminine Flip de l'école de danse lévisienne District.Mao poursuit son parcours de rêve au concours de danse Révolution. En effet, les neuf Lévisiennes se sont qualifiées pour la demi-finale de l'émission présentée sur les ondes de TVA.

Sa passion de la danse racontée dans un film

La danse occupe presque tout leur temps. La réalisatrice Christine Chevarie-Lessard invite les spectateurs à passer 76 minutes avec des jeunes inscrits au programme professionnel de l’École supérieure de ballet du Québec. L’un d’eux, François, a grandi à Lévis avant de rejoindre la Métropole pour vivre son rêve.

Flip ne survit pas à la demi-finale de Révolution

L'aventure de la troupe Flip de l'école de danse lévisienne District.Mao à Révolution est terminée. En effet, les Lévisiennes ont été éliminées en demi-finale du concours télévisé de danse, étape présentée hier sur les ondes de TVA.

Du théâtre au Cégep 

Les étudiants des première et deuxième années du programme Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon présentent leur spectacle de fin de session les 5 et 12 décembre.

Une nouvelle acoustique pour l'Orchestre symphonique de Lévis

Un nuage acoustique s’élève au dessus des 60 musiciens de l’Orchestre symphonique de Lévis depuis cet été. Installée dans le chœur de l’église Saint-David-de L’Auberivière, la nouvelle structure améliore l’environnement sonore en corrigeant la réverbération du son.

L’art fantaisiste de Lynn Roy

Retraité de l’enseignement, le résident de Saint-Nicolas s’est consacré à la peinture et au dessin tout au long de sa vie. De son imagination débordante, est né un monde fantaisiste et plein d’audace peuplé de créatures surprenantes. Rencontre avec l’artiste.

Noël avec l’Orchestre d’harmonie des Chutes

L’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC) présentera le premier concert de sa 25e saison, Amour, délice et orgue, le 24 novembre, à l’église de Saint-Jean-Chrysostome.

Les Louanges de retour au bercail avec son album

Vincent Roberge, Les Louanges de son nom de scène, jouera en terrain connu lors de son passage à L’Anglicane le 29 novembre. Le Lévisien présentera pour la première fois dans sa ville son album La nuit est une panthère, sorti en septembre.

Féérie de Noël avec le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon

Le Chœur du Cégep Lévis-Lauzon présente sa Féérie de Noël en compagnie de ses invités, le trio de voix masculines lévisien Caléro, formé des ténors Jacob Roberge et Daniel-S. Côté ainsi que le baryton Denis Lamontagne. L’ensemble donnera son concert de Noël le 2 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire de Lévis.

Les souvenirs d’école de Florence Guay

Dix ans après un premier ouvrage retraçant ses souvenirs d’institutrice Ces enfants qui m’ont enseigné, Florence Guay poursuit le voyage à travers sa mémoire et publie Mes enfants d’école. Elle y raconte les souvenirs de ses années passées aux côtés de jeunes à les voir grandir.