CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Après une première œuvre traitant de la crise de la quarantaine chez la femme, l’auteure lévisienne Isabelle Petit a de nouveau pris la plume pour écrire sur un sujet qui touche la gent féminine. Avec Pic de température, la résidente de Lauzon aborde l’appel de la maternité et les différentes épreuves que peuvent vivre les femmes avant de donner la vie.

«Beaucoup de femmes veulent contrôler leur vie comme elles le font au travail par exemple. Il y a plusieurs parcours qui amènent à la maternité. Je voulais également soulever l’obsession d’avoir un bébé, particulièrement chez les hommes. Des fois, c’est l’homme qui veut absolument avoir un enfant et ça met de la pression sur la femme», explique l’auteure lévisienne sur l’origine de son nouveau roman.

Pic de température suit avec sensibilité et humour Laurie. Journaliste passionnée, cette dernière ne veut pas d’enfant, adorant sa vie actuelle libre de toute contrainte. Toutefois, son mari désire fonder une famille et une petite blonde commence à lui faire les yeux doux. À la suite d’un déclic, Laurie finit par entendre l’appel de la maternité, mais tomber enceinte n’est pas aussi simple et l’héroïne devra passer à travers une montagne russe d’émotions. Un processus qu’a aussi vécu Isabelle Petit et qui lui a servi d’inspiration.

«Au début du roman, Laurie ne me ressemble pas beaucoup. Mais je me base sur du vécu. Pour mon plus vieux, ça nous a pris cinq ans avant que ça fonctionne. Quand tu es dans le processus (de procréation), tu es loin d’en rire, mais ça amène des situations cocasses. Par exemple, lorsque c’est la fois dans le mois où tu dois le faire, mais que ça ne te tente pas ou lorsque tu reçois des trucs d’alimentation pour être fertile. Le roman est dosé entre réflexions sensibles et moments cocasses du processus», partage l’écrivaine.

Autres inspirations

Et à peine après la sortie de son deuxième livre, Isabelle Petit travaille déjà à la production d’autres œuvres traitant encore une fois de problématiques humaines. Au printemps, un livre «qui donne la parole aux hommes en ce qui a trait aux relations homme/femme» devrait paraître. L’auteure lévisienne travaille aussi sur un ouvrage qui parlera de la maladie d’Alzheimer.

«Je veux écrire sur des choses qui me tiennent à cœur, toujours avec ma touche sensible et humoristique», conclut Isabelle Petit.

Les plus lus

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Des films pour les jeunes au ciné pendant la relâche

Du 2 au 10 mars, se tient la 8e édition du Festival de cinéma en famille de Québec (FCEQ). Cette année, l’événement qui prend place dans six lieux culturels de Québec, s’installe aussi sur la Rive-Sud, au Cinéma Lido à Lévis.

Laura Niquay raconte ses origines en version folk

Première artiste atikamekw à avoir participé aux Francofolies, la musique de Laura Niquay puise dans ses racines autochtones. La chanteuse présentera son univers musical qui parle des valeurs de sa communauté, de l’environnement et de la force féministe, le 23 mars au Vieux Bureau de Poste (VBP).

Un concert qui fait danser avec l’Harmonie des Chutes

Et si on dansait? invite l’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC). L’ensemble donnera un concert le 2 mars, à la salle l’Héritage de l’église de Saint-Jean-Chrysostome. Aux côtés des amateurs de musique, les danseurs sont conviés à cette soirée, puisque qu’une piste de danse sera ouverte au public.

Sept artistes contemporains laissent leurs traces

Diffusion culturelle de Lévis présente l’exposition Passages et traces au Centre d’exposition Louise-Carrier, du 3 mars au 3 avril. Les visiteurs découvriront les œuvres d’André Bécot, Lucienne Cornet, Viviane Gruais, Jacinthe Lagueux, Gabriel Lalonde, Odette Théberge et Francine Vernac.

Louise Forest peint la ville de Lévis à sa manière

L’artiste lévisienne expose ses œuvres jusqu’au 9 avril, à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, classée parmi les plus belle de la province. Découvrir le Vieux-Lévis en couleur rassemble des créations inspirées par la vie qui l’entoure.

Des créations oniriques présentées à Regart

Le centre d’artistes en art actuel présente une œuvre vidéo de l’artiste japonais Shimabuku, jusqu’au 7 avril dans le cadre de Manif d’art 9 - La biennale de Québec.

Francofête : musique et rencontres célébrent les mots

Mars est le mois de la Francofête à Lévis. Sous le thème Les mots au-delà de la lettre, les artistes et partenaires culturels ont concocté des activités pour les petits et les grands qui mettent en valeur notre langue et notre culture.

Une rencontre extraordinaire à l’Espace symphonique

L’Orchestre symphonique de Lévis tiendra le concert gala de sa 33e saison le 9 mars, dès 19h, à l’Espace symphonique de Lévis (église Saint-David).

Guillaume sous toutes ses Couture à Saint-Nicolas

Après un arrêt dans l’est de la ville, l’exposition qui retrace la vie de Guillaume Couture s’installe dans l’ouest. L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas accueille l’exposition itinérante jusqu’au 31 mars. Revivez les aventures de ce pionnier et héros méconnu de la Nouvelle-France.