François (au centre) a passé deux ans à l’École supérieure de ballet du Québec avec son ami Shô (à gauche de François). CRÉDIT : COURTOISIE - IMAGE TIREE DU FILM © 2018 ONF. TOUS DROITS RESERVES.

La danse occupe presque tout leur temps. La réalisatrice Christine Chevarie-Lessard invite les spectateurs à passer 76 minutes avec des jeunes inscrits au programme professionnel de l’École supérieure de ballet du Québec. L’un d’eux, François, a grandi à Lévis avant de rejoindre la Métropole pour vivre son rêve.

Point d’équilibre prendra l’affiche à Québec le 14 décembre. Empreint de tendresse et de sensibilité, le documentaire explore de l’intérieur la vie et les rêves de jeunes danseurs à l’orée de l’adolescence, ce moment charnière où se dessine la fin des illusions. Les élèves de l’École supérieure de ballet du Québec se racontent avec une candide lucidité.

Ce long format est né d’un premier plus court auquel avait participé Shô, le meilleur ami de François. Devant la caméra, il y évoquait son amitié et c’est tout naturellement que François a de nouveau pris part à l’aventure cinématographique aux côtés de son ami grâce à la complicité des deux garçons.

Dans un milieu où la compétition n’est jamais très loin, créer des liens forts est aussi difficile que précieux. Même si des jalousies ont pu poindre par moment, discussion et sincérité ont permis aux amis d’éviter les conflits.

«On n’a pas eu de chicanes à cause de ça. On sait qu’on suivra des voies différentes dans le futur. On n’a jamais eu de rivalité», observe François.

«On s’entraide tout le temps. On se donne des défis, par exemple arriver à faire un nombre de pirouettes inestimable. On se donne des conseils, des trucs. Justement, c’est ça qui est cool! Parce qu’il n’y a pas de ‘‘T’es poche. Tu ne réussiras jamais.’’», raconte le danseur.

Une opportunité à ne pas manquer

Pour François, c’était une opportunité à ne pas manquer. «C’est une chance à prendre. Tu n’es pas tout le temps dans un film», admet celui qui a accepté de se dévoiler et s’ouvrir. «Ça me fait drôle de me voir et m’entendre parler, me voir en action», s’amuse François.

Le tournage a duré quelques jours. En plus des séquences tournées à l’École supérieure de ballet du Québec, d’autres l’ont été au café Manga, à l’extérieur des cours ou à la Grande Bibliothèque avec d’autres amis. L’expérience a même donné le goût à François de, peut-être, un jour faire son propre film où il raconterait son parcours de danseur.

Âgé de 17 ans aujourd’hui, le jeune homme a commencé la danse classique à 9 ans dans une école de danse de Québec et a aussi pratiqué pendant deux ans à Lévis chez Élédanse. Après des stages à Toronto et à New York, il a passé deux ans à l’École supérieure de ballet du Québec. Le danseur poursuit désormais son rêve à l’Académie du ballet métropolitain. François prépare sa participation à des compétitions internationales en février prochain afin d’entrer dans l’une des grandes écoles de la discipline.

«On travaille fort pour un résultat qui est de devenir danseur professionnel. C’est ça que je veux depuis que j’ai 9 ans. C’est travailler, travailler pour avoir un grand résultat. J’aime danser depuis toujours. C’est de pouvoir exprimer une émotion, apprendre davantage différents styles. En fait, c’est vraiment mon domaine», confie-t-il.

Les plus lus

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Des films pour les jeunes au ciné pendant la relâche

Du 2 au 10 mars, se tient la 8e édition du Festival de cinéma en famille de Québec (FCEQ). Cette année, l’événement qui prend place dans six lieux culturels de Québec, s’installe aussi sur la Rive-Sud, au Cinéma Lido à Lévis.

Laura Niquay raconte ses origines en version folk

Première artiste atikamekw à avoir participé aux Francofolies, la musique de Laura Niquay puise dans ses racines autochtones. La chanteuse présentera son univers musical qui parle des valeurs de sa communauté, de l’environnement et de la force féministe, le 23 mars au Vieux Bureau de Poste (VBP).

Un concert qui fait danser avec l’Harmonie des Chutes

Et si on dansait? invite l’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC). L’ensemble donnera un concert le 2 mars, à la salle l’Héritage de l’église de Saint-Jean-Chrysostome. Aux côtés des amateurs de musique, les danseurs sont conviés à cette soirée, puisque qu’une piste de danse sera ouverte au public.

Sept artistes contemporains laissent leurs traces

Diffusion culturelle de Lévis présente l’exposition Passages et traces au Centre d’exposition Louise-Carrier, du 3 mars au 3 avril. Les visiteurs découvriront les œuvres d’André Bécot, Lucienne Cornet, Viviane Gruais, Jacinthe Lagueux, Gabriel Lalonde, Odette Théberge et Francine Vernac.

Louise Forest peint la ville de Lévis à sa manière

L’artiste lévisienne expose ses œuvres jusqu’au 9 avril, à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, classée parmi les plus belle de la province. Découvrir le Vieux-Lévis en couleur rassemble des créations inspirées par la vie qui l’entoure.

Des créations oniriques présentées à Regart

Le centre d’artistes en art actuel présente une œuvre vidéo de l’artiste japonais Shimabuku, jusqu’au 7 avril dans le cadre de Manif d’art 9 - La biennale de Québec.

Francofête : musique et rencontres célébrent les mots

Mars est le mois de la Francofête à Lévis. Sous le thème Les mots au-delà de la lettre, les artistes et partenaires culturels ont concocté des activités pour les petits et les grands qui mettent en valeur notre langue et notre culture.

Une rencontre extraordinaire à l’Espace symphonique

L’Orchestre symphonique de Lévis tiendra le concert gala de sa 33e saison le 9 mars, dès 19h, à l’Espace symphonique de Lévis (église Saint-David).

Guillaume sous toutes ses Couture à Saint-Nicolas

Après un arrêt dans l’est de la ville, l’exposition qui retrace la vie de Guillaume Couture s’installe dans l’ouest. L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas accueille l’exposition itinérante jusqu’au 31 mars. Revivez les aventures de ce pionnier et héros méconnu de la Nouvelle-France.