CRÉDIT : COURTOISIE

Comme il en a pris l’habitude depuis quelques années, le Lévisien Raymond Dionne nous offre encore une fois un récit de Noël «entièrement authentique», seul le nom du personnage étant fictif. Voici donc cette nouvelle aventure.

Par Raymond Dionne - Collaboration spéciale

En déménageant avec sa famille dans un nouveau quartier, Jeannot Lelièvre avait dû, avec beaucoup de regrets, faire ses adieux à ses amis d’enfance.

N’ayant plus personne avec qui dépenser son surplus d’énergie, il se défoula sur ses sœurs, qu’il prenait plaisir à taquiner. Celles-ci, gémissant et pleurant, se plaignirent à leurs parents, qui finirent par envoyer fiston au pensionnat. La pilule était très difficile à avaler, lui qui adorait gambader dans les rues de la ville.

Arrivent les vacances de Noël. Son retour à la maison ne soulève aucune vague; l’accueil est plutôt glacial, au propre comme au figuré. Il se dépêche donc de se rendre à l’église paroissiale pour la messe de minuit. Il y trouve une ambiance chaleureuse; les cantiques lui rappellent les jours heureux d’un temps pas si lointain.

Il prolonge sa méditation dans la nuit polaire, en faisant un long détour dans la neige immaculée qui lui fouette doucement le visage… Avant de rentrer finalement à la maison, le cœur encore rempli d’appréhension.

On avait commencé à réveillonner sans lui. Un peu fatigué après sa longue marche, il savoura, en silence, les bons petits plats qu’on lui servait. L’une de ses sœurs, qui avait remarqué la rougeur sur son visage, lui demanda, à brûle-pourpoint, si c’était dû à la gêne.

«Ça doit être à cause de l’air froid de l’extérieur», répondit-il, comme pour détourner la conversation. «On va te réchauffer, mon petit frère», dit-elle, pendant que les autres, le regard complice, le sourire en coin et la mine réjouie, acquiesçaient d’un signe de tête.

Jeannot n’avait pas besoin qu’on lui fasse un dessin pour comprendre que la magie de Noël, telle une bouffée de chaleur, venait de faire fondre la glace. En même temps qu’il voulait pleurer à chaudes larmes, il ressentait une immense joie envahir tout son être.

Ragaillardi par ces joyeuses retrouvailles, il retourna à ses études avec plus d’entrain que jamais, et réussit brillamment son année scolaire, en remerciant l’enfant de la crèche d’avoir exaucé son humble prière.

Les plus lus

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Des films pour les jeunes au ciné pendant la relâche

Du 2 au 10 mars, se tient la 8e édition du Festival de cinéma en famille de Québec (FCEQ). Cette année, l’événement qui prend place dans six lieux culturels de Québec, s’installe aussi sur la Rive-Sud, au Cinéma Lido à Lévis.

Laura Niquay raconte ses origines en version folk

Première artiste atikamekw à avoir participé aux Francofolies, la musique de Laura Niquay puise dans ses racines autochtones. La chanteuse présentera son univers musical qui parle des valeurs de sa communauté, de l’environnement et de la force féministe, le 23 mars au Vieux Bureau de Poste (VBP).

Un concert qui fait danser avec l’Harmonie des Chutes

Et si on dansait? invite l’Orchestre d’harmonie des Chutes (OHDC). L’ensemble donnera un concert le 2 mars, à la salle l’Héritage de l’église de Saint-Jean-Chrysostome. Aux côtés des amateurs de musique, les danseurs sont conviés à cette soirée, puisque qu’une piste de danse sera ouverte au public.

Sept artistes contemporains laissent leurs traces

Diffusion culturelle de Lévis présente l’exposition Passages et traces au Centre d’exposition Louise-Carrier, du 3 mars au 3 avril. Les visiteurs découvriront les œuvres d’André Bécot, Lucienne Cornet, Viviane Gruais, Jacinthe Lagueux, Gabriel Lalonde, Odette Théberge et Francine Vernac.

Louise Forest peint la ville de Lévis à sa manière

L’artiste lévisienne expose ses œuvres jusqu’au 9 avril, à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy, classée parmi les plus belle de la province. Découvrir le Vieux-Lévis en couleur rassemble des créations inspirées par la vie qui l’entoure.

Des créations oniriques présentées à Regart

Le centre d’artistes en art actuel présente une œuvre vidéo de l’artiste japonais Shimabuku, jusqu’au 7 avril dans le cadre de Manif d’art 9 - La biennale de Québec.

Francofête : musique et rencontres célébrent les mots

Mars est le mois de la Francofête à Lévis. Sous le thème Les mots au-delà de la lettre, les artistes et partenaires culturels ont concocté des activités pour les petits et les grands qui mettent en valeur notre langue et notre culture.

Une rencontre extraordinaire à l’Espace symphonique

L’Orchestre symphonique de Lévis tiendra le concert gala de sa 33e saison le 9 mars, dès 19h, à l’Espace symphonique de Lévis (église Saint-David).

Guillaume sous toutes ses Couture à Saint-Nicolas

Après un arrêt dans l’est de la ville, l’exposition qui retrace la vie de Guillaume Couture s’installe dans l’ouest. L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas accueille l’exposition itinérante jusqu’au 31 mars. Revivez les aventures de ce pionnier et héros méconnu de la Nouvelle-France.