L’artiste peintre urbain lévisien, Rafa Scöff, a participé à son premier vernissage le 15 décembre dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Rafa Scöff pratique la peinture urbaine depuis plusieurs années déjà. Lorsque la saison le permet, l’artiste peintre aime s’exprimer par le moyen de graffitis sur les différents murs où il est permis d’effectuer ce genre de pratiques. L’hiver, il se met à la peinture sur des toiles à l’aide d’aérosol et de pochoirs.

Celui qui signe ses portraits sous le nom de Scöff a débuté le graffiti afin de s’extirper du milieu de la consommation de drogue. «Un moment donné, je voulais me sortir de ce monde-là et je suis revenu à mes racines, l’art», lance-t-il. 

À force de dessins, le Lévisien s’est fait remarquer par une équipe de promoteurs, Urban Graf, une compagnie québécoise qui fait la promotion d’artistes du milieu urbain via une ligne de vêtements et des événements.

Sous les thèmes de la consommation de drogue, l’abus de pouvoir, les inégalités, la justice, les émotions, la tristesse et la colère, l’autodidacte aime choquer. «Un des sujets qui me touche le plus dans ces temps-ci, c’est le réchauffement climatique. Je m’inspire des problèmes de société et de l’actualité. Mon but n’est pas de dessiner quelque chose de beau, mais de dénoncer», souligne-t-il.

Un rêve de plus en plus réaliste

Le 15 décembre dernier, Rafa Scöff a eu la chance de participer au vernissage Le souffle de l’âme, en collaboration avec cinq artistes, à la galerie d’art Urbania, située sur la rue Saint-Paul à Québec.

Cet événement était une première pour l’artiste urbain et il le voit comme un tremplin. «Pour moi, cette première expérience va m’aider à connaître le fonctionnement du milieu. C’est sûr que mes efforts n’arrêteront pas là, je vois plus gros encore que ce vernissage-là. Je veux faire ma propre exposition et marquer l’inconscient du public par ce type d’art qui n’est pas encore ouvert à tous», partage le Lévisien.

Sortir des sentiers battus

Si Scöff exprime son désir de combattre les injustices via ses toiles, il souhaite se distinguer dans son domaine à sa façon en prenant un chemin propre à lui. «Mon rêve est de vivre de ça. Je suis autodidacte. Je veux prouver qu’on est capable encore aujourd’hui de réussir sans avoir fait de grosses études», explique le jeune artiste.

Selon lui, il n’est pas nécessaire pour les artistes de se coller à un carcan pour réussir. Plusieurs lui ont dit qu’il devrait suivre un cours universitaire afin d’apprendre les techniques «classiques», mais l’artiste en a fait fi. Il n’est pas fait pour les bancs d’école et ils ne sont pas nécessaires pour qu’il atteigne ses objectifs.

À plusieurs reprises, il a proposé son portfolio à différentes galeries et lorsqu’il a dû essuyer un refus, c’était en raison du manque d’espace dans la galerie. C’est pourquoi il a confiance en ses moyens et son cheminement.

Rafa Scöff n’est qu’au début de son parcours et malgré son désir de se perfectionner et d’évoluer, il continuera à faire passer ses messages. «Je veux déranger pour choquer, déranger pour faire parler, déranger pour forcer le changement», conclut Scöff.

Les plus lus

Hit The Floor s’étendra à Montréal

La 9e édition a pris fin le 20 mai, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. À l’aube des 10 ans de Hit The Floor, son fondateur Nicolas Bégin a annoncé la création d’un festival de danse dès l'an prochain, lors de la grande soirée du dimanche.

Le Chœur du Monde dans tous ses éclats

Le Chœur du Monde présentera son prochain concert au Cégep de Lévis-Lauzon, les 7 et 8 juin prochains à 20h.

Festivent : Weezer, Sean Paul et les Cowboys Fringants

Weezer, Patrice Michaud, Smash Mouth, Gregory Charles, Sean Paul, La Chicane, les Cowboys Fringants et X Ambassadors sont annoncés pour cette 37e édition du Festivent Ville de Lévis qui se tiendra du 31 juillet au 4 août prochains. L'ensemble de la programmation a été dévoilé ce mercredi 22 mai.

Un air de jazz dans les rues de Lévis

Pour une treizième année consécutive, le Festival Jazz etcetera fera vibrer le cœur du Vieux-Lévis, du 8 au 11 août. Jazz varié, blues, soul, funky et big band, les sonorités chaudes et rythmées résonneront dans les rues de la ville pendant quatre jours.

Plus de rire que de peur au Vieux Bureau de Poste cet été

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

Les Grands Feux Loto-Québec comme au grand écran

Les Grands Feux Loto-Québec (GFLQ) souffleront sur leurs 25 bougies au-dessus du fleuve Saint-Laurent entre Lévis et Québec, du 31 juillet au 24 août prochains. Au menu : six soirées festives mettant de l’avant la danse et la pyrotechnie, le tout inspiré par six lieux emblématiques de films cultes. La programmation complète a été dévoilée, le 23 mai dernier.

Chaudière-Appalaches en œuvres cherche artistes

Le concours d’arts visuels qui s’adresse aux artistes de tous les niveaux la région, Chaudière-Appalaches en œuvres, est lancé. Organisée par le Musée Marius-Barbeau, cette deuxième édition se tient sous le thème Deuxième vie.

L’OSL braque ses projecteurs sur des musiciens d’avenir

Alors que le printemps déploie ses ailes, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSL) mettra à l’avant plan de jeunes pousses prometteuses lors de son dernier concert de la saison 2018-2019, le 26 mai prochain dès 13h15 à l’Espace symphonique de Lévis. Fraîchement diplômés du Conservatoire de musique de Québec, le hautboïste Jean-Sébastien Blais et la soprano Evelyne Larochelle interprèteront les solos...

Théâtre Beaumont-St-Michel : passer un été à rire à s’en taper les cuisses

Carl Béchard, Amélie Grenier, Isabelle Drainville, Jacques Girard, Caroline Dardenne et Patric Saucier sont les six comédiens qui donneront vie à l’histoire La mallette rouge de Ray Cooney, adaptée par Reynald Robinson à la sauce bellechassoise, à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, et tout au long de l’été.