L’artiste peintre urbain lévisien, Rafa Scöff, a participé à son premier vernissage le 15 décembre dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Rafa Scöff pratique la peinture urbaine depuis plusieurs années déjà. Lorsque la saison le permet, l’artiste peintre aime s’exprimer par le moyen de graffitis sur les différents murs où il est permis d’effectuer ce genre de pratiques. L’hiver, il se met à la peinture sur des toiles à l’aide d’aérosol et de pochoirs.

Celui qui signe ses portraits sous le nom de Scöff a débuté le graffiti afin de s’extirper du milieu de la consommation de drogue. «Un moment donné, je voulais me sortir de ce monde-là et je suis revenu à mes racines, l’art», lance-t-il. 

À force de dessins, le Lévisien s’est fait remarquer par une équipe de promoteurs, Urban Graf, une compagnie québécoise qui fait la promotion d’artistes du milieu urbain via une ligne de vêtements et des événements.

Sous les thèmes de la consommation de drogue, l’abus de pouvoir, les inégalités, la justice, les émotions, la tristesse et la colère, l’autodidacte aime choquer. «Un des sujets qui me touche le plus dans ces temps-ci, c’est le réchauffement climatique. Je m’inspire des problèmes de société et de l’actualité. Mon but n’est pas de dessiner quelque chose de beau, mais de dénoncer», souligne-t-il.

Un rêve de plus en plus réaliste

Le 15 décembre dernier, Rafa Scöff a eu la chance de participer au vernissage Le souffle de l’âme, en collaboration avec cinq artistes, à la galerie d’art Urbania, située sur la rue Saint-Paul à Québec.

Cet événement était une première pour l’artiste urbain et il le voit comme un tremplin. «Pour moi, cette première expérience va m’aider à connaître le fonctionnement du milieu. C’est sûr que mes efforts n’arrêteront pas là, je vois plus gros encore que ce vernissage-là. Je veux faire ma propre exposition et marquer l’inconscient du public par ce type d’art qui n’est pas encore ouvert à tous», partage le Lévisien.

Sortir des sentiers battus

Si Scöff exprime son désir de combattre les injustices via ses toiles, il souhaite se distinguer dans son domaine à sa façon en prenant un chemin propre à lui. «Mon rêve est de vivre de ça. Je suis autodidacte. Je veux prouver qu’on est capable encore aujourd’hui de réussir sans avoir fait de grosses études», explique le jeune artiste.

Selon lui, il n’est pas nécessaire pour les artistes de se coller à un carcan pour réussir. Plusieurs lui ont dit qu’il devrait suivre un cours universitaire afin d’apprendre les techniques «classiques», mais l’artiste en a fait fi. Il n’est pas fait pour les bancs d’école et ils ne sont pas nécessaires pour qu’il atteigne ses objectifs.

À plusieurs reprises, il a proposé son portfolio à différentes galeries et lorsqu’il a dû essuyer un refus, c’était en raison du manque d’espace dans la galerie. C’est pourquoi il a confiance en ses moyens et son cheminement.

Rafa Scöff n’est qu’au début de son parcours et malgré son désir de se perfectionner et d’évoluer, il continuera à faire passer ses messages. «Je veux déranger pour choquer, déranger pour faire parler, déranger pour forcer le changement», conclut Scöff.

Les plus lus

Un hiver de découvertes au Vieux Bureau de Poste

La salle de spectacle lévisienne propose plus d’une trentaine de rendez-vous culturels aux styles variés dans sa programmation hivernale. Étoile montante de l’humour, le très coloré Simon Delisle donnera le coup d’envoi à cette nouvelle programmation le 17 janvier.

Dénoncer à l’aide de l’art urbain

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Une bouffée de chaleur dans la grande froidure

Comme il en a pris l’habitude depuis quelques années, le Lévisien Raymond Dionne nous offre encore une fois un récit de Noël «entièrement authentique», seul le nom du personnage étant fictif. Voici donc cette nouvelle aventure.

Un dessin pour Noël

À l’aube de Noël, l’auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de circonstance. Bonne lecture!

L’Expo-Cadeaux prolongée

Présentée actuellement au Centre d’exposition Louise-Carrier, la 29e édition de l’Expo-Cadeaux est prolongée jusqu’au 30 décembre. L’exposition fermera ses portes au public les 25 et 26 décembre.

Une histoire de Mélissa Verreault qui fait peur

L’auteure lévisienne a participé à un recueil de nouvelles d’épouvante et d’horreur écrites au féminin. Si le genre attirent davantage un lectorat masculin, c’est peut-être parce que les femmes s’y reconnaissent peu? La collection La Shop renverse la vapeur avec Montres et fantômes.

Le Concours d’œuvres d’art toujours en cours

La période d’inscription pour le concours d’œuvres d’art est prolongée jusqu’au 4 janvier, a annoncé dans un communiqué Diffusion culturelle de Lévis.

Propositions attendues pour mettre la création en canne

Le centre d’artistes en art actuel Regart lance un appel à participation pour la 4e édition de son activité bénéfice, Encann’ 2019.

Un nouveau rendez-vous mensuel avec les ÉJVA

Les Événements Jeunesse Venite Adoremus ont lancé leur saison artistique 2019 avec une nouvelle série de sept messes d’artistes. Les Samedis des arts ÉJVA sont présentés chaque mois jusqu’en juin à l’église Notre-Dame-de-Lévis.

Des dessins d’enfants dans les vitrines de Saint-Nicolas

Treize dessins d’enfants sont exposés dans les vitrines de Place Saint-Nicolas et de l’Espace Marie-Victorin depuis le 14 décembre. Les créations ont été sélectionnées par un jury parmi plus de 300 dessins reçus dans le cadre d’un concours organisé par Revitalisation Village Saint-Nicolas.