Les finissants du conservatoire présentent La Maison hantée. CRÉDIT : AUDE MALARET

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

Quelle est la cause des étranges phénomènes à l’œuvre dans la maison de campagne louée pour la saison estivale par deux comédiennes, Mireille et Lucie, le temps d’écrire une comédie?

La réponse se trouve dans la pièce d’Yvon Brochu (à la fin, bien sûr). Texte de 1982, La Maison hantée sera interprétée sur la scène du Vieux Bureau de Poste par des finissants du conservatoire de Québec qui, comme chaque année depuis 15 ans, sont sélectionnés par la salle lévisienne dans le cadre du théâtre d’été.

Trois comédiennes, un comédien et une scénographe ont fait tout un travail d’adaptation, avec le feu vert de l’auteur. «Les choses qui nous semblaient désuètes, on les a enlevées, ce qui était archaïque et dépassé. On a gardé ce qui nous semblait actuel et intéressant dans le vintage», présente la comédienne Maureen Roberge.

L’histoire se passe aujourd’hui, dans notre monde ultra connecté et à l’heure des réseaux sociaux, où se retrouver dans une maison sans Wifi et équipée d’un antique téléphone à fil tient plus de l’anomalie que de l’anecdote nostalgique.

«En choisissant le contemporain est venue la nécessité d’adapter. Mais, on a gardé la touche vintage pour jouer avec la mode des vieilles tendances. On va faire revivre au spectateur ses années les plus brunes», s’amuse la scénographe, Delphine Gagné.

Dans cette maison, veillotte donc, s’installent Mireille et Lucie fraichement débarquées de Québec, incarnées par Gaïa Cherrat Naghshi et Noémie F. Savoie. L’occasion d’égratigner les travers des citadines comme des ruraux.

«On se moque gentiment des clichés de la campagne. Et, on se moque aussi des caprices de la Ville.» Et Samuel La Rochelle, comédien, d’ajouter : «C’est le clash entre les deux qui est drôle».

Rien ne se passe comme prévu

Dès le départ, rien ne se passe comme prévu. «Il y a toutes sortes de choses inquiétantes dans la maison. Et le voisinage l’est aussi», annoncent les comédiens. Mireille n’est pas rassurée. C’est Lucie qui rêvait de s’installer à la campagne et l’a embarquée dans cette aventure.

«Elle essaie de persuader son amie qu’il n’y a pas de problème, que tout se passe bien dans la maison. On est contente d’être là! Mais bientôt, elle aussi va se rendre à l’évidence qu’il y a quelque chose de vraiment pas normal qui se passe», racontent-ils. 

Percer le mystère

Mireille et Lucie font la rencontre de personnages bizarres, à l’image de ce facteur spécialisé en élevage de cochons ainsi qu’une commère obsédée par ses pets-de-sœur, et… suspects. Est-ce que l’un d’entre eux connaîtrait le secret de la maison?

«On se retrouve presque dans une ambiance de meurtre et mystère. Mais sans le meurtre!», illustre la troupe. Les indices semés tout au long de la pièce feront planer le doute. À l’entracte, les spectateurs ne manqueront sans doute pas de discuter de l’intrigue et partager pronostics et suppositions pour tenter de résoudre cet étrange énigme.

Dans la maison hantée, rien ne fait peur pour vrai. «On s’amuse à jouer avec certains codes typiques de l’horreur, mais de façon ludique. Peut-être que ça va provoquer des petits sauts», prévient-on. Car, s’il faut s’attendre à une chose, c’est bien de rire.

Les plus lus

La mallette rouge : rocambolesque et divertissant

À l’affiche au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, La mallette rouge raconte l’histoire de Claude-Henri qui, le jour de sa fête, se trompe de mallette sur le traversier en rentrant à la maison.

Frissonner de plaisir au Vieux Bureau de Poste

Cet été, entrez dans La maison hantée. Pour la saison estivale, le théâtre est de retour à Lévis pour sa 15e édition avec une comédie frissonnante et réjouissante d’Yvon Brochu à découvrir jusqu’au 24 août. Personnages loufoques et mystères glaçants, les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec brûlent les planches et le public s’amuse.

Artistes et public ont rendez-vous à Saint-Nicolas

Du 5 au 7 juillet, plus de 50 artistes et artisans seront réunis sous les chapiteaux de Village en Arts dans le parc Le Picart, à Saint-Nicolas. Tout le quartier vibrera au rythme de l’événement artistique grâce aux activités, dont le circuit pédestre, la visite de la chapelle Notre-Dame- de-Grâce, des prestations de danse le samedi et de la musique le dimanche.

Les Dimanches des Artistes célèbrent la musique

Du 7 juillet au 1er septembre, des musiciens et des chanteurs accompagneront la célébration dominicale de 10h30, à l’église Notre-Dame, précédée d’un prélude à 10h15. Pour souligner leur 25e année d’existence, les Dimanches des Artistes se clôtureront chaque semaine au son des grandes orgues Mitchell.

De l’art format mini par des artistes internationaux

C’est un tour du monde en petit format. Au Centre d’exposition Louise Carrier, sont exposées 347 œuvres de 185 artistes originaires de 23 pays, jusqu’au 1er septembre. Créée il y a 20 ans, l’Internationale d’art miniature de Lévis en est à sa 10e édition.

Regart infiltré par trois projets d’art actuel

Dans le cadre de sa programmation estivale, le centre d’artistes en art actuel de Lévis accueille trois artistes qui investissent la galerie, la piste cyclable et ses abords. Par les mots, les échanges et les paroles, ils nous interpellent, parlent de nous et s’immiscent dans notre intimité autant qu’ils nous engagent à entrer dans leur monde.

Rick Pagano au Festivent

La première partie du concert de X Ambassadors sera donnée par le chanteur Rick Pagano, demi-finaliste à l’émission La Voix 2019, qui fait fureur depuis son passage à la télévision.

Une soirée ciné pour les jeunes garantie en frissons

Les jeunes amateurs de films d’horreur se retrouveront au Patro de Lévis cet été. Pour la première édition du Vidéoclub Ça fout la chienne, une soirée cinéma en plein air se tiendra ce 11 juillet.

La tête à l’envers avec Surface au quai Paquet

Les talents d’ici réunis sur la scène de Surface ont chanté, dansé et jonglé dans un écrin de lumière, avec la ville de Québec pour décor. Présenté par la municipalité de Lévis, le spectacle gratuit est de retour pour deux soirs encore, ce vendredi 19 juillet et le samedi 20 juillet à 21h, au quai Paquet.

Les 3 doigts ont le cœur sur la main

Trois gars, comme les trois doigts de la main. Il n’en fallait pas plus pour que naisse le groupe de musique traditionnelle québécoise composé d’Adrien Bégin, Gabriel Jacques et Mathieu Jacques. Ensemble, ils jouent dans la rue et les événements publics. Engagés en plus d’être musiciens, ils ont récolté des sous pour l’organisme Laura Lémerveil.