Anne-Sophie Landry a développé des ressources personnelles pour faire face à l’anxiété.

Pour des difficultés liées à l’anxiété, Anne-Sophie Landry a consulté plusieurs spécialistes sans trouver la réponse à ses besoins. Inscrite sur la liste d’attente pour être prise en charge au CLSC de Lévis, elle a participé à un projet pilote de thérapie de groupe dans lequel elle a trouvé sa solution.

À lire aussi : La force du groupe avec un traitement individuel

Quand elle reçoit la proposition du centre local de services communautaires (CLSC) de Lévis pour suivre une thérapie de groupe proposée par deux psychologues, dans le cadre d’un projet pilote mis à l’essai pendant un an, la jeune femme reste sceptique. Parce que c’est en groupe, elle s’inquiète du jugement des autres, mais décide d’essayer malgré tout.

«Je me suis dis que, si cette proposition s’offrait à moi, je devais l’essayer. J’allais voir ce que ça allait donner et, dans le pire des cas, j’allais juste arrêter. Heureusement, ç’a été bénéfique, reconnaît-elle. Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas se forger une idée.»

Alors qu’elle n’avait «jamais trouvé quelque chose qui répondait à 100 % à [ses] besoins, Anne-Sophie se dit agréablement surprise de l’expérience qu’elle a vécue. Elle, qui avait cogné à une porte, ne s’attendait pas à ce qu’une autre s’ouvre à elle.

«La première fois, j’étais un peu anxieuse à l’idée. Mais je m’en allais à la bonne place pour l’anxiété, raconte-t-elle avec une note d’humour. Ce qui m’a plu, c’est, en écoutant les autres parler, de voir que tous nos problèmes quotidiens se ressemblent.»

Écoutée sans être jugée

Dans le groupe, Anne-Sophie se sent écoutée sans être jugée. Moins seule face à sa réalité, elle la partage désormais avec d’autres. Et, dans les témoignages, elle se reconnaît. Au fil des séances, un lien de confiance s’établit entre les participants ainsi qu’avec les intervenants, ce qui permet à chacun d’aller toujours plus loin dans son cheminement.
«Peu importe notre âge, notre situation, notre domaine professionnel, les problématiques tournent toujours autour des mêmes éléments. On avait quelque chose à s’apporter, chacune des personnes présentes dans le groupe», poursuit-elle.

Les séances hebdomadaires de deux heures débutent par des explications plus théoriques sur les mécanismes psychologiques à l’œuvre dans les situations vécues par les participants, puis un moment est dédié à la relaxation, et le temps est partagé entre les personnes qui souhaitent s’exprimer.

S’encourager

«Au cours des partages, il y avait de la place pour des interactions. Les spécialistes nous relançaient et en tant qu’autres participants, on pouvait dire ce qu’on pensait, soit des encouragements, soit des confrontations, des conseils ou juste se dire, bravo et continu.»

Au début de chaque rencontre, chacun remplit un questionnaire pour évaluer son état d’esprit.

«Je donnais de plus en plus des réponses positives. Comparativement au début, les psychologues me disaient aussi : ‘‘On voit que tu es sur une bonne lancée’’. Quand j’y allais, j’avais juste du positif à dire sur ma semaine. Je me suis dit que j’étais prête à céder ma place à quelqu’un qui allait en avoir besoin à son tour.»

Si le projet pilote coure sur un an, les patients sont libres de participer le nombre de fois souhaitées et de choisir la date de leur départ, qu’ils doivent annoncer, avant de venir à la dernière séance.

Au final, ce suivi a permis à Anne-Sophie de mieux contrôler son anxiété, au delà de la médication. «Ç’a m’a encouragé à ne pas hésiter à parler quand il y a, par exemple, des scénarios catastrophes dans ma tête. Il n’y avait aucun jugement, alors d’exprimer ça faisait me sentir plus légère», conclut-elle.

Désormais, armée de ses trucs et du mot Respirer, qu’elle a même inscrit sur sa peau, la jeune femme trace sa route et envisage l’avenir avec détermination.

Les plus lus

«J’apprends à faire la paix avec mon diagnostic»

À 19 ans, Sabrina Billard publie son second livre, quatre ans après un ouvrage qui racontait son histoire d’intimidation à l’école. Aux éditions Tête haute, Le journal d’une timbrée est le récit d’une jeune adulte, prise entre son parcours d’intimidée et la découverte de sa bipolarité.

Pousser un ami jusqu’à la ligne d’arrivée

C’est du 12 au 14 octobre prochains que se tiendront les différentes épreuves du Marathon SSQ à Québec. Un Lévisien se distinguera lors de l’épreuve du 42,2 km, le 14 octobre. En effet, Jean-Benoît Boudreau poussera Samuel Camiran, atteint de la maladie d’ataxie de Friedreich, dans son fauteuil roulant.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 26 septembre 2018

Notre maire Gilles Lehouillier a eu l’honneur de recevoir la mention élogieuse du commandant lors de la soirée dînatoire du changement des commandants du Régiment de la Chaudière (1re photo). Cette mention souligne sa contribution pour la reconnaissance de l’histoire militaire du Régiment de la Chaudière.

La place des Anciens prend vie au Collège de Lévis

Plus de 500 personnes, pour la plupart des anciens élèves, se sont réunies au Collège de Lévis pour inaugurer la place dédiée à tous ceux qui ont étudié entre les murs de l’établissement, le 29 septembre. Déjà, 1 166 noms sont inscrits sur les petites plaques noires fixées sur des stèles surmontées de l’inscription «Fiers de notre passage au Collège».

Une Lévisienne derrière le nouveau Assassin’s Creed

La compagnie de jeux vidéo Ubisoft a développé le jeu le plus ambitieux de ses studios et de la série Assassin’s Creed : Assassin’s Creed Odyssey, en magasin depuis le 5 octobre. Ubisoft Québec avait la tâche de diriger la confection de cet opus plus grand que nature. Marie Cauchon, chef de produit chez Ubisoft Québec et originaire de Saint-Romuald, a travaillé sur ce projet.

Aérodrome de Pintendre : match nul pour la Ville

La Ville de Lévis a obtenu un «match nul» dans la décision rendue le 26 septembre par la Cour d'appel du Québec, à la suite de l'appel lancé par la procureure générale du Québec dans le dossier du conflit juridique opposant la propriétaire de l'aérodrome de Pintendre à la municipalité.

Retour de la vaccination contre la grippe

Depuis le 10 octobre, le CISSS de Chaudière-Appalaches offre à toute la population de la Chaudière-Appalaches la prise de rendez-vous en ligne pour recevoir le vaccin contre la grippe (influenza).

Avis de ne pas consommer certains fromages de la Fromagerie Les Rivières

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec la Fromagerie Les Rivières, située au 1465, avenue Chauveau, à Québec, avise la population de ne pas consommer certains fromages fabriqués par cette entreprise et qui sont indiqués ci-dessous, car ils n'ont pas été préparés de façon à en assurer l'innocuité.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 19 septembre 2018

On peut voir du beau monde sur la 1re photo, soit les héros de la Seconde Guerre mondiale Jean Cauchy et M. Boulanger, qui a fait la campagne de Normandie en 1944. De plus, lors du souper du Régiment de la Chaudière, le nouveau commandant Provost ainsi que le colonel honoraire Belleau ont reçu la visite du lieutenant-colonel honoraire Monique Leroux ainsi que de Marie-Huguette Cormier, première vi...

Maison Rodolphe-Audette : appel entendu

Quatre ans après, le même scénario se rejoue. Le comité de démolition de la Ville de Lévis autorise la démolition de la maison Rodolphe-Audette, la décision est portée en appel et le mot final revient au conseil municipal. Les élus main- tiendront-ils la décision de démolir ou suivront-ils la ligne de leurs prédécesseurs? Réponse le 9 octobre prochain.