Chloé Nadeau est confiante d’amasser la somme de 25 000$ en 6 mois pour s’acheter un véhicule adapté.

Confinée dans un fauteuil roulant électrique depuis sa naissance, Chloé Nadeau a lancé, le 11 juin, une campagne de financement pour faire l’acquisition d’un véhicule adapté. Elle sollicite les dons, ainsi que l’appui de la population dans son combat contre la Société de transport de Lévis (STLévis), qui, selon elle, discrimine les déplacements des personnes handicapées.

Malgré l’amyotrophie spinale dont elle est atteinte, la Lévisienne de 22 ans tente de demeurer active dans la société. Elle étudie à l’Université Laval et travaille à Québec pour le gouvernement. Ses obligations rendent fréquents ses déplacements vers la capitale. Cependant, Chloé a abandonné depuis un moment l’idée de prendre le transport en commun. «Même s’il y a des logos d’handicapé sur les autobus, le chauffeur me dit qu’il ne sait pas comment m’embarquer, parce qu’il n’a pas été formé», a-t-elle expliqué, stupéfaite.

La jeune femme s’est depuis redirigée vers les services de transports adaptés offerts par la STLévis, qui s’associe à des partenaires-transporteurs pour assurer les déplacements des usagers à mobilité réduite. Encore une fois, elle s’est butée à des difficultés, qu’elle explique par l’horaire du service de réservation et des quotas imposés aux transporteurs. «C’est rendu qu’on doit appeler presque une semaine à l’avance, soit 72 heures ouvrables, pour avoir un déplacement. […] Quand on y pense, on a de la misère à prévoir ce qu’on va manger pour souper et moi, je dois prévoir où que je vais être dans une semaine, sous prétexte que les quotas vont être atteints. En plus, si j’appelle pour avoir un taxi, ils n’en ont pas qui soient adaptés à ma condition. Ils choisissent les types d’handicapés qu’ils voyagent», a-t-elle déploré.

Dans les moments où elle s’est retrouvée sans transport pour se rendre à l’université ou au travail, Chloé a dit avoir fait appel à des compagnies de taxis privés. Ces frais se sont ajoutés à ceux du renouvellement mensuel de sa carte Opus. «Je suis tannée de devoir payer des taxis privés, d’avoir une dette de près de 600 $ pour aller faire des examens à l’université que je suis en droit d’aller faire ou bien d’aller travailler», a-t-elle dénoncé.

Une rencontre décevante

En février, Chloé Nadeau et ses amis sont allés à la rencontre de Mario Fortier, président de la STLévis, et Jean-François Carrier, directeur général, pour tenter de comprendre la situation. Elle s’est dit insatisfaite des réponses fournies par les deux hommes, qui lui ont rappelé les contraintes budgétaires. «On a essayé de leur faire comprendre que des coupures budgétaires ne devraient pas porter atteinte à des droits fondamentaux, comme celui de sortir de chez nous», a fait valoir Chloé, qui se sent brimée dans sa liberté.

À la suite de son entretien avec la direction de la STLévis, la jeune femme a reçu une lettre de la part de M. Carrier pour la remercier de ses commentaires. À celle-ci a été joint un lecteur de carte Opus, qui permet une recharge mensuelle en ligne et sans déplacement. Chloé Nadeau y a toutefois vu un affront et ne compte pas l’utiliser. «Pourquoi je la remplirais, si je n’ai pas accès à leurs services de transport?», s’est-elle questionnée.

Une campagne qui va bon train

Malgré sa déception au terme de sa rencontre, Chloé Nadeau a gardé son objectif de vue et compte bien poursuivre ses démarches. En entrevue, elle a promis de mettre en œuvre des actions concrètes pour défendre sa liberté.

Entre temps, la jeune femme se réjouit de l’engouement autour de sa campagne de financement. «C’est incroyable! Je ne pensais pas que la population se mobiliserait autant pour ma cause. Je suis heureuse, parce que cette cause d’achat de véhicule fait comprendre à la population comment pour nous, ça peut être difficile de planifier nos déplacements», a-t-elle exprimée, confiante d’atteindre son objectif de 25 000 $. Au moment d’écrire ces lignes, une somme de 8 530 $ a été amassée.

Pour plus d’informations sur sa campagne, visitez www.gofundme.com/appel-a-la-liberte.

Lire aussi : Croissance fulgurante et budget serré à la STLévis

 

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.