CRÉDIT : ARCHIVES

Une baisse du nombre d’étudiants dans les cégeps du Québec est constatée par la Fédération des cégeps en août. Le Journal est allé prendre le pouls de la situation au Cégep de Lévis-Lauzon.

Selon des données recueillies entre le 1er et le 20 août, 172 814 étudiants sont inscrits cet automne dans un des 48 cégeps publics du Québec, dans le secteur de l’enseignement ordinaire (préuniversitaire, technique et Tremplin DEC).

Cette prévision est de 1,4 % inférieure à celle enregistrée à la même date l’an dernier. 77 561 sont de nouveaux inscrits, ce qui représente une baisse de 1,8 % (1 460 étudiants). Comparée à 2017, la population étudiante des collèges de Chaudière-Appalaches devrait connaître une baisse de 1,3 % (- 70 étudiants).

Au Cégep de Lévis-Lauzon, 2 700 étudiants étaient inscrits à la date du 29 août, soit une centaine de moins que l’an passé à la même période où ce nombre était compris entre 2 800 et 2 825.

La directrice des communications et des affaires corporatives au sein de l’établissement, Adèle Charron, rappelle toutefois qu’il faut «être prudent avec les chiffres», car il y a des fluctuations d’une semaine à l’autre en début d’année en raison des admissions tardives, des changements de programme et des abandons qui peuvent se faire jusqu’au 20 septembre.

300 étudiants en moins

Sur une période de quelques années, la baisse approche les 300 étudiants. Ils étaient 2 924 en 2013-2014, 2 987 deux ans plus tard (2015-2016) et 2 796 l’an passé (2017-2018). Un tiers de cette baisse a eu lieu entre la rentrée 2017 et la rentrée 2018 (environ 2 692 étudiants).

Plusieurs facteurs expliquent cette baisse, dont la démographie en premier lieu. Il y a en effet moins d’élèves dans les écoles secondaires. Le plein emploi en Chaudière-Appalaches fait aussi que moins de travailleurs retournent aux études pour compléter leur formation. En conséquence, le nombre de demandes d’admission par ces profils sont moins nombreuses dans les techniques.

«En fait, ça fait plusieurs années qu’on sait qu’il va y avoir une baisse. On n’est pas surpris de ça. C’est une réalité qui touche pratiquement tout le Québec. Évidemment, notre région n’y échappe pas. Le ministère avait fait des prévisions au niveau des effectifs de chaque collège. Ça nous donnait une idée de la baisse année après année. On est dans le creux, mais il va y avoir une hausse d’ici deux ans, en 2020», annonce Adèle Charron.

Des variations similaires au secondaire

Si le cégep se préoccupe de la situation, elle n’a toutefois rien de «dramatique». C’est plutôt à l’avenir que pense l’établissement.

«On se prépare pour accueillir les élèves qui vont rentrer dans les prochaines années», assure-t-elle. La porte-parole considère qu’il ne s’agit que d’une «question mathématique», puisqu’il y a aussi moins d’élèves en secondaire 4 et 5, mais déjà plus d’élèves en secondaire 1, 2 et 3, d’où l’augmentation attendue.

Aucune fermeture de programme n’a cependant été enregistrée. D’ailleurs, Adèle Charron dit ne pas avoir vu de programme en difficulté.

«Si on maintient les programmes, ça veut dire que les cours se donnent. C’est juste qu’il y a un peu moins d’élèves dans les cours», observe-t-elle. Dans les enseignements généraux, tels que la littérature ou l’anglais, il est possible que le nombre de groupes soit lui aussi réduit.

Bien qu’on ne puisse pas établir une corrélation entre les nombres d’étudiants et de professeurs, il n’empêche que la baisse des effectifs étudiants a «un impact direct sur le nombre de professeurs» qui va «fluctuer en fonction du nombre d’étudiants».

Il y a donc une tendance à la diminution du côté du corps enseignant, davantage visible sur les postes à temps partiels. Mais les facteurs expliquant cette évolution restent multiples et complexes.

Pour faire face à la baisse des étudiants, le Cégep de Lévis-Lauzon entend intensifier ses efforts pour mieux faire connaître et mieux faire la promotion de ses programmes, tout en maintenant une offre attractive grâce à de nouveaux programmes et à l’actualisation de ceux existants ainsi qu’à ajout de «couleur locale». Dès la rentrée prochaine, le cégep proposera Gestion de commerces, une technique en administration, l’un des deux programmes les plus populaires au Québec. L’effectif prévu sera d’une cinquantaine d’élèves.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.