CRÉDIT : ARCHIVES

Une baisse du nombre d’étudiants dans les cégeps du Québec est constatée par la Fédération des cégeps en août. Le Journal est allé prendre le pouls de la situation au Cégep de Lévis-Lauzon.

Selon des données recueillies entre le 1er et le 20 août, 172 814 étudiants sont inscrits cet automne dans un des 48 cégeps publics du Québec, dans le secteur de l’enseignement ordinaire (préuniversitaire, technique et Tremplin DEC).

Cette prévision est de 1,4 % inférieure à celle enregistrée à la même date l’an dernier. 77 561 sont de nouveaux inscrits, ce qui représente une baisse de 1,8 % (1 460 étudiants). Comparée à 2017, la population étudiante des collèges de Chaudière-Appalaches devrait connaître une baisse de 1,3 % (- 70 étudiants).

Au Cégep de Lévis-Lauzon, 2 700 étudiants étaient inscrits à la date du 29 août, soit une centaine de moins que l’an passé à la même période où ce nombre était compris entre 2 800 et 2 825.

La directrice des communications et des affaires corporatives au sein de l’établissement, Adèle Charron, rappelle toutefois qu’il faut «être prudent avec les chiffres», car il y a des fluctuations d’une semaine à l’autre en début d’année en raison des admissions tardives, des changements de programme et des abandons qui peuvent se faire jusqu’au 20 septembre.

300 étudiants en moins

Sur une période de quelques années, la baisse approche les 300 étudiants. Ils étaient 2 924 en 2013-2014, 2 987 deux ans plus tard (2015-2016) et 2 796 l’an passé (2017-2018). Un tiers de cette baisse a eu lieu entre la rentrée 2017 et la rentrée 2018 (environ 2 692 étudiants).

Plusieurs facteurs expliquent cette baisse, dont la démographie en premier lieu. Il y a en effet moins d’élèves dans les écoles secondaires. Le plein emploi en Chaudière-Appalaches fait aussi que moins de travailleurs retournent aux études pour compléter leur formation. En conséquence, le nombre de demandes d’admission par ces profils sont moins nombreuses dans les techniques.

«En fait, ça fait plusieurs années qu’on sait qu’il va y avoir une baisse. On n’est pas surpris de ça. C’est une réalité qui touche pratiquement tout le Québec. Évidemment, notre région n’y échappe pas. Le ministère avait fait des prévisions au niveau des effectifs de chaque collège. Ça nous donnait une idée de la baisse année après année. On est dans le creux, mais il va y avoir une hausse d’ici deux ans, en 2020», annonce Adèle Charron.

Des variations similaires au secondaire

Si le cégep se préoccupe de la situation, elle n’a toutefois rien de «dramatique». C’est plutôt à l’avenir que pense l’établissement.

«On se prépare pour accueillir les élèves qui vont rentrer dans les prochaines années», assure-t-elle. La porte-parole considère qu’il ne s’agit que d’une «question mathématique», puisqu’il y a aussi moins d’élèves en secondaire 4 et 5, mais déjà plus d’élèves en secondaire 1, 2 et 3, d’où l’augmentation attendue.

Aucune fermeture de programme n’a cependant été enregistrée. D’ailleurs, Adèle Charron dit ne pas avoir vu de programme en difficulté.

«Si on maintient les programmes, ça veut dire que les cours se donnent. C’est juste qu’il y a un peu moins d’élèves dans les cours», observe-t-elle. Dans les enseignements généraux, tels que la littérature ou l’anglais, il est possible que le nombre de groupes soit lui aussi réduit.

Bien qu’on ne puisse pas établir une corrélation entre les nombres d’étudiants et de professeurs, il n’empêche que la baisse des effectifs étudiants a «un impact direct sur le nombre de professeurs» qui va «fluctuer en fonction du nombre d’étudiants».

Il y a donc une tendance à la diminution du côté du corps enseignant, davantage visible sur les postes à temps partiels. Mais les facteurs expliquant cette évolution restent multiples et complexes.

Pour faire face à la baisse des étudiants, le Cégep de Lévis-Lauzon entend intensifier ses efforts pour mieux faire connaître et mieux faire la promotion de ses programmes, tout en maintenant une offre attractive grâce à de nouveaux programmes et à l’actualisation de ceux existants ainsi qu’à ajout de «couleur locale». Dès la rentrée prochaine, le cégep proposera Gestion de commerces, une technique en administration, l’un des deux programmes les plus populaires au Québec. L’effectif prévu sera d’une cinquantaine d’élèves.

Les plus lus

Mise en garde contre des allergènes possiblement présents dans des produits d'une boucherie lévisienne

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec Boucherie et délices Rive-Sud, située au 7520, boulevard Guillaume-Couture à Lauzon, avise les personnes qui souffrent d'une allergie aux graines de sésame, aux graines de moutarde, aux œufs, au lait, aux sulfites, au soya ou au blé ou encore d'une maladie induite par le gluten de ne pas consommer les ...

Hommage à l’horreur à Saint-Étienne-de-Lauzon

Pour une 13e année, la Maison hantée de Saint-Étienne reprendra vie, les 27 et 31 octobre ainsi que le 3 novembre, dans le quartier Saint-Étienne-de-Lauzon. Petits et grands pourront une nouvelle fois y célébrer l’Halloween, en vivant l’expérience unique du musée de l’horreur conçue cette année par les organisateurs de la Maison hantée.

Une école primaire Montessori à Lévis?

Quelques années après que l’établissement Montessori de Saint-Nicolas a décidé de se consacrer qu’aux enfants âgés de cinq ans et moins, des parents de la région désirent mettre sur pied une école primaire misant sur l’approche développée par Maria Montessori, une pédagogue italienne.

Se prendre en main à 18 ans

Cette année, Tommy Duchesneau a vécu une expérience personnelle hors de l’ordinaire. Dans les derniers mois, le jeune homme de 18 ans de Saint-Lambert-de-Lauzon s’est choisi et a perdu environ 80 livres.

Lévis fête la diversité culturelle

De concert avec l’organisme le Tremplin, la Ville de Lévis a mis sur pied Lévis interculturelle, Fête de la diversité, un événement qui a été présenté le 21 octobre dernier au Patro de Lévis. Cette journée d’activités et de festivités invitait les citoyens à venir rencontrer les différentes cultures présentes sur le territoire lévisien. De plus, c’était l’occasion de célébrer et souligner l’apport...

La maison Rodophe-Audette en cours de démolition

Deux jours après la décision du conseil municipal de Lévis qui autorise la démolition du 6410 de la rue Saint-Laurent, la pelleteuse est entrée en action ce 31 octobre au matin. En milieu de matinée, le premier étage de la résidence qui a surplombé le fleuve pendant plus d'un siècle, gisait déjà au pied des murs encore debout.

La maison Rodolphe-Audette pourra être démolie

Après deux processus d’évaluation du comité de démolition qui ont duré 731 jours en raison notamment de deux appels lancés par des citoyens, les membres du conseil municipal ont unanimement confirmé, le 29 octobre en séance extraordinaire, la décision prise par le comité de démolition en juillet dernier autorisant la démolition de la maison Rodolphe-Audette.

L’avenue Saint-Augustin, «un coin dangereux»

L’histoire d’un coureur happé mortellement par une voiture sur l’avenue Saint-Augustin dans le secteur de Breakeyville en juin 2017 a secoué plusieurs résidents de la région. Pour François Prieur, père de famille qui habite sur l’avenue Saint-Augustin, «il faut faire quelque chose». Le citoyen fait des démarches depuis l’accident pour qu’on augmente la surveillance policière et que la limite de vi...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 24 octobre 2018

Le Lévisien Martin Turgeon a été pompier à temps partiel pendant huit ans à Lévis, ainsi qu’à Sainte-Foy, Sillery et Saint-Antoine-de-Tilly. Depuis 2005, il œuvre dans sa profession à temps plein à la Ville de Québec. Il est aussi formateur au CNDF depuis 10 ans et il est instructeur pour le IMQ à Lévis. Martin est en nomination au poste de chef aux opérations éligible pour le Service des incendie...

Les Lévisiens se souviennent

Plusieurs événements ont eu lieu à Lévis le 11 novembre, dans le cadre du jour du Souvenir, afin de souligner le sacrifice des militaires.