Jules Pérusse a travaillé pendant plusieurs heures pour concevoir sa maquette de pont à haubans. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Si le projet de troisième lien routier entre les deux rives provoque beaucoup de débats dans la région, l’infrastructure désirée par plusieurs alimente également l’imagination de certains citoyens. En effet, le Lévisien Jules Pérusse a décidé de construire une maquette d’une partie d’un possible nouveau trait d’union entre les deux rives.

«Quand on a parlé de la possibilité de construire un tunnel pour permettre la création d’un troisième lien, j’ai trouvé cette idée farfelue en raison des coûts et des délais importants. Ça fait 30 ans qu’on en parle (d’un projet de tunnel). Par contre, j’ai décidé de faire la maquette d’un pont qui relierait Lauzon à l’île d’Orléans, une infrastructure qui serait reliée ensuite à un nouveau pont entre Beauport et l’île», a expliqué le résident de Pintendre sur les origines de son projet.

Ancien travailleur de la Davie, où il a notamment été gabarieur, Jules Pérusse s’est attelé avec minutie dans les derniers mois à développer son projet. À la suite de plusieurs recherches, il a dessiné les esquisses de son troisième lien, qui serait composé de deux parties.

La première serait un pont de faible hauteur entre Beauport et l’île d’Orléans alors que la deuxième serait un pont à haubans entre l’île d’Orléans et Lauzon.

Maquettiste pendant ses temps libres, Jules Pérusse a ensuite créé une maquette pour représenter le pont à haubans qu’il a imaginé. Fier d’ajouter une pierre à l’édifice du débat entourant ce dossier, le résident de Pintendre est convaincu que le projet de troisième lien est nécessaire pour la région.

«Je trouve tellement que les gens font pitié. À l’époque, quand il n’y avait que le pont de Québec, on pouvait attendre des heures pour se rendre sur l’autre rive. 50 ans plus tard, les gens attendent encore plus longtemps. Quand il arrive un accident, ça peut refouler jusqu’à la route Mgr-Bourget, et des fois, même plus loin», a soutenu M. Pérusse.

Une passion qui perdure

Cette création n’est toutefois pas la première du Lévisien, mais l’une des nombreuses maquettes que son passe-temps lui a permis de concevoir. Au total, Jules Pérusse a donné vie, en une quarantaine d’années, à une vingtaine de reproductions à des échelles plus petites, allant de bateaux à la porte Saint-Louis dans le Vieux-Québec.

Initiée pendant son enfance et améliorée grâce aux différentes connaissances qu’il a acquises pendant sa vie, notamment le dessin, la passion du résident de Pintendre lui a aussi permis de percer les secrets pour maîtriser l’art de la maquette.

«Quand j’étais jeune, nous n’avions pas beaucoup de jouets. Ma passion est venue du fait que je voulais avoir des jouets miniatures très bien faits. J’exigeais que ce soit le plus parfait possible. […] Un projet se compte en termes de mois. Ça peut me prendre entre 200 et 300 heures d’ouvrage pour une maquette. Ça prend beaucoup de patience. Quand on réussit, on devient patient», a partagé M. Pérusse.

Redonner à la communauté

Actuellement bien rangé dans sa résidence, les maquettes de Jules Pérusse pourraient bientôt trouver un nouveau toit. En effet, le résident de Pintendre s’en ira bientôt avec sa femme dans une résidence privée pour aînés et il aimerait permettre à ses concitoyens de voir ses créations.

«S’ils le désirent, j’aimerais exposer mes maquettes à des endroits comme le Centre d’exposition Louise-Carrier, la traverse de Lévis ou la marina de Lévis. Ce serait dans le patrimoine», a conclu M. Pérusse.

Les plus lus

Le prolongement d’Étienne-Dallaire se poursuit

La deuxième phase des travaux de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, réalisés dans le cadre du projet de développement résidentiel et commercial Umano, a été officiellement lancée ce 7 septembre.

Le 6e RAC a tenu sa parade régimentaire de rentrée

Le 6e Régiment d’artillerie de campagne à Lévis s’est réuni le 26 août, en marge de la formation des réservistes. Une grande parade régimentaire a ouvert les célébrations devant un parterre d’invités de la société civile et militaire réunis au Manège militaire de Lévis.

Maison Rodolphe-Audette : démolition en appel

Une demande d’appel de la décision du 3 juillet du comité de démolition, autorisant la démolition de la bâtisse située au 6410, sur la rue Saint-Laurent, a été déposée par Jean-Marc Lafrenière le 30 juillet auprès de la Ville de Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 septembre 2018

René Bégin, président de Lemieux Nolet, était très heureux de son implication auprès de Cité Joie qui a permis d’amasser 16 250 $ (1re photo).

«J’apprends à faire la paix avec mon diagnostic»

À 19 ans, Sabrina Billard publie son second livre, quatre ans après un ouvrage qui racontait son histoire d’intimidation à l’école. Aux éditions Tête haute, Le journal d’une timbrée est le récit d’une jeune adulte, prise entre son parcours d’intimidée et la découverte de sa bipolarité.

Nouvelle école secondaire nécessaire à Lévis

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a officiellement transmis, le 28 août, une demande au ministère de l’Éducation afin d’obtenir les subsides en vue de la construction d’une nouvelle école secondaire dans le secteur Lévis d’ici trois à quatre ans. Le nouveau bâtiment permettrait à l’organisme de faire face adéquatement à l’explosion de la clientèle scolaire dans l’est de la ville.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 22 août 2018

Tout d’abord, j’aimerais féliciter toute l’organisation du Festival Jazz etcetera de Lévis. Malgré les conditions pas toujours faciles, vous avez su livrer un événement que les festivaliers ont grandement apprécié (1re photo).

Une grande roue s’installe au quai Paquet

Au quai Paquet, promeneurs et visiteurs peuvent désormais admirer les lieux et profiter de la vue sur Québec assis dans une nacelle. Depuis ce matin, la grande roue transporte des passagers à son bord.

Imaginer le troisième lien

Si le projet de troisième lien routier entre les deux rives provoque beaucoup de débats dans la région, l’infrastructure désirée par plusieurs alimente également l’imagination de certains citoyens. En effet, le Lévisien Jules Pérusse a décidé de construire une maquette d’une partie d’un possible nouveau trait d’union entre les deux rives.

Pousser un ami jusqu’à la ligne d’arrivée

C’est du 12 au 14 octobre prochains que se tiendront les différentes épreuves du Marathon SSQ à Québec. Un Lévisien se distinguera lors de l’épreuve du 42,2 km, le 14 octobre. En effet, Jean-Benoît Boudreau poussera Samuel Camiran, atteint de la maladie d’ataxie de Friedreich, dans son fauteuil roulant.