Près de 400 invités ont participé aux festivités du 200e anniversaire au Collège Dina-Bélanger. CRÉDIT : PAUL SAINT-ARNAUD

La bonté. Un mot qui a traversé des décennies, porté par les religieuses de Jésus-Marie. Celles qui poursuivent la mission, débutée sur la rive sud du Saint-Laurent par six sœurs arrivées en 1855, ont fêté les 200 ans d’existence de leur congrégation, le 3 septembre, avec une messe et une fête familiale.

L’héritage spirituel de la fondatrice de la Congrégation des religieuses de Jésus-Marie est toujours au cœur de l’enseignement deux siècles plus tard, raconte Sœur Yvette Rioux, la directrice de l’établissement.

Au Collège Dina-Bélanger, la pédagogie «de prévention» repose sur la bonté, chère à Claudine Thévenet. Elle disait qu’«il vaut mieux être présente, que d’avoir à punir. Parce qu’il ne faut pas punir beaucoup. C’était son idée», rappelle Sœur Yvette Rioux, avant de prévenir. «Mais c’est une bonté exigeante.»

«Quand on exige des élèves, on leur fait confiance. Ne rien leur demander, serait leur dire qu’ils ne valent pas grand chose», confie la religieuse. Aujourd’hui encore, les sœurs appliquent les principes transmis au fil du temps.

Les jeunes ont changé, la société aussi. Entre réformes et exigences ministérielles, le Couvent Saint-Michel, devenu le Collège Dina-Bélanger en 1988, tente de «préparer les jeunes pour la vraie vie».

Avec la volonté de garder les élèves au centre des préoccupations, la directrice veut s’adapter aux évolutions sociales et aux changements dans les mentalités. Déjà, le collège avait subi plusieurs transformations, passant d’école moyenne familiale à école ménagère supérieure, pour finalement prendre le statut d’école privée avec l’arrivée des polyvalentes.

Expliquer et comprendre

Dès les débuts de l’établissement en 1865, l’emphase n’est pas mise sur l’apprentissage par cœur des savoirs. Les enseignements cherchent plutôt à expliquer et faire comprendre. La pédagogie mise en pratique par les religieuses nouvellement installées au Québec vient de Lyon en France, où la communauté était née au début du 19e siècle. La fondatrice accueillait des petites filles pauvres pour les former, afin de gagner leur vie en tissant la soie, le métier le plus commun dans la ville en ce temps. 

Lorsque les six religieuses de la congrégation arrivent à Pointe-Lévy en 1855, elles sont accueillies par le curé Joseph-Honoré Routhier, qui veut donner une chance aux filles de poursuivre leurs études. 

Une vie à part

Dès janvier 1856, elles ouvrent les classes et c’est en 1865 que le Couvent Saint-Michel est fondé. À l’époque, les familles, même les plus modestes, de partout dans la région y amènent leurs filles, offrent de la nourriture pour payer la pension et leur permettre d’étudier dans l’établissement.

Les parents pensaient qu’en confiant leurs enfants au pensionnat, elles auraient quelque chose de plus, car «le pensionnat jouait un très beau rôle», retrace Sœur Yvette Rioux. Une vie à part, où les petites pensionnaires côtoient les plus grandes, et voient le premier garçon arriver en 1973. 

Fermé en 2008 faute de personnel pour assurer son fonctionnement, le pensionnat a accueilli jusqu’à 80 élèves, avec une moyenne autour de 60. Avant de cesser ses activités, une vingtaine de jeunes y résidait.

C’est plutôt l’école qui a grandi d’année en année avec l’ajout du secondaire 3 en 1988 et du secondaire 4 et 5 depuis quelques années. Il y a présentement 270 élèves inscrits au collège, un nombre que sa directrice veut maintenir raisonnable pour préserver l’esprit de famille, donner une place à chacun et soutenir les élèves en difficulté. 

Le collège porte le nom de Dina Bélanger, enseignante de musique au sein de l’établissement au début du 20e siècle et béatifiée en 1993.

Les plus lus

Le prolongement d’Étienne-Dallaire se poursuit

La deuxième phase des travaux de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, réalisés dans le cadre du projet de développement résidentiel et commercial Umano, a été officiellement lancée ce 7 septembre.

Le 6e RAC a tenu sa parade régimentaire de rentrée

Le 6e Régiment d’artillerie de campagne à Lévis s’est réuni le 26 août, en marge de la formation des réservistes. Une grande parade régimentaire a ouvert les célébrations devant un parterre d’invités de la société civile et militaire réunis au Manège militaire de Lévis.

Maison Rodolphe-Audette : démolition en appel

Une demande d’appel de la décision du 3 juillet du comité de démolition, autorisant la démolition de la bâtisse située au 6410, sur la rue Saint-Laurent, a été déposée par Jean-Marc Lafrenière le 30 juillet auprès de la Ville de Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 septembre 2018

René Bégin, président de Lemieux Nolet, était très heureux de son implication auprès de Cité Joie qui a permis d’amasser 16 250 $ (1re photo).

«J’apprends à faire la paix avec mon diagnostic»

À 19 ans, Sabrina Billard publie son second livre, quatre ans après un ouvrage qui racontait son histoire d’intimidation à l’école. Aux éditions Tête haute, Le journal d’une timbrée est le récit d’une jeune adulte, prise entre son parcours d’intimidée et la découverte de sa bipolarité.

Nouvelle école secondaire nécessaire à Lévis

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a officiellement transmis, le 28 août, une demande au ministère de l’Éducation afin d’obtenir les subsides en vue de la construction d’une nouvelle école secondaire dans le secteur Lévis d’ici trois à quatre ans. Le nouveau bâtiment permettrait à l’organisme de faire face adéquatement à l’explosion de la clientèle scolaire dans l’est de la ville.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 22 août 2018

Tout d’abord, j’aimerais féliciter toute l’organisation du Festival Jazz etcetera de Lévis. Malgré les conditions pas toujours faciles, vous avez su livrer un événement que les festivaliers ont grandement apprécié (1re photo).

Une grande roue s’installe au quai Paquet

Au quai Paquet, promeneurs et visiteurs peuvent désormais admirer les lieux et profiter de la vue sur Québec assis dans une nacelle. Depuis ce matin, la grande roue transporte des passagers à son bord.

Imaginer le troisième lien

Si le projet de troisième lien routier entre les deux rives provoque beaucoup de débats dans la région, l’infrastructure désirée par plusieurs alimente également l’imagination de certains citoyens. En effet, le Lévisien Jules Pérusse a décidé de construire une maquette d’une partie d’un possible nouveau trait d’union entre les deux rives.

Pousser un ami jusqu’à la ligne d’arrivée

C’est du 12 au 14 octobre prochains que se tiendront les différentes épreuves du Marathon SSQ à Québec. Un Lévisien se distinguera lors de l’épreuve du 42,2 km, le 14 octobre. En effet, Jean-Benoît Boudreau poussera Samuel Camiran, atteint de la maladie d’ataxie de Friedreich, dans son fauteuil roulant.