CRÉDIT : COURTOISIE - APTS

Afin de dénoncer «le refus de négocier du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA)» et demander une reprise des négociations, des techniciens et des professionnels membres de l'Association du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont effectué une «opération citrouille» au siège social de l'établissement à Sainte-Marie, le 31 octobre.

Dans un décor «Halloweenesque», des membres du syndicat ont déposé des citrouilles portant une mention des matières qui restaient à régler et une lettre à l’attention de Daniel Paré, président-directeur général du CISSS-CA.

«Ça fait quatre ans qu’on nous presse le citron avec la réforme, les fusions et les compressions budgétaires. Personne ne nous écoute, ni le ministre pendant des années, ni les fonctionnaires, ni le CISSS. Et ce dernier refuse toujours de négocier les aspects locaux de notre convention. Nos gens veulent négocier, ils veulent qu’on les écoute enfin», a lancé Jean-François Travers, représentant national de l'APTS en Chaudière-Appalaches.

Ce dernier déplore que le CISSS-CA se «retranche derrière une pirouette légale pour justifier son refus de négocier», un «raisonnement qui ne tient pas la route».

«Rien dans la loi n’empêche les parties de continuer à négocier. L’échéance légale signale seulement le moment à partir duquel l’employeur peut demander la médiation. Et il y a place aux négociations tant que cette médiation n’est pas commencée. Pour nous, c’est clair, l’argument de la date butoir n’est qu’un faux prétexte. La preuve : plusieurs centres intégrés s’étaient engagés à tenir des séances de négociation après cette date, dont le nôtre», a soutenu M. Travers, qui se demande si ces instances se «sont concertés» ou s'ils ont «reçu une directive venue d'en haut».

«Réelle volonté» du CISSS

Pour sa part, le CISSS-CA avait un autre point de vue que celui partagé par l'APTS.

«Nous avons une réelle volonté de nous entendre avec nos partenaires syndicaux. Depuis les 18 derniers mois, nous avons négocié dans l'objectif d'arriver à une entente. Il est maintenant temps de prendre un temps d'arrêt pour envisager une nouvelle approche. Nous avons convenu d'une entente avec les trois autres syndicats de notre organisation et souhaitons une même conclusion avec l'APTS», a déclaré Daniel Paré.

Notons finalement que l'APTS a remis les citrouilles utilisées dans le cadre de son moyen de pression à un comptoir alimentaire de Lévis pour en faire de la transformation alimentaire.

Les plus lus

Un jeune infirmier en stage à Haïti

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

Le zéro déchet gagne Lévis

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

50 ans pour le Cégep de Lévis-Lauzon

Fondé le 7 mai 1969, le Cégep de Lévis-Lauzon a diplômé près de 34 000 étudiants. Cette année, l’institution fête ses 50 ans et l’organisation souhaite inviter étudiants, membres du personnel, diplômés et citoyens à venir célébrer le passé, mais aussi l’avenir.

Le savoir-faire étudiant au service des organismes

Des étudiants du Cégep de Lévis-Lauzon ont présenté à cinq organismes de la région les résultats d’un travail d’enquête statistique grandeur nature destiné à alimenter leurs stratégies de développement. Ce projet résulte d’une collaboration entre des enseignants, ces organisations et une entreprise spécialisée dans l’évaluation de projet.

Deux bébés du 1er janvier à Lévis

Le premier bébé de l’année né à l’Hôtel-Dieu de Lévis est originaire de Saint-Apollinaire. Mélissa Rivard et Olivier Chouinard ont accueilli le petit Valentin, le 1er janvier à 3h53. Le même jour à 21h, un deuxième bébé a pointé le bout de son nez. Nathan (sur la photo) fait le bonheur de ses parents, Cindy Lévesque et Samuel Maltais, qui résident à Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 9 janvier 2019

En ce début de nouvelle année, je poursuis mes souhaits que je tiens à offrir à des personnalités de la région.

Le numérique au cœur de l’apprentissage

Depuis 10 ans, l’école secondaire privée Marcelle-Mallet intègre les nouvelles technologies dans l’apprentissage des élèves. Plus qu’un outil, le numérique est devenu une pédagogie. Reconnaissance de ces pratiques, la certification Apple a été accordée à l’établissement pour la seconde fois.

Une école reconnaissante

Afin de souligner l’implication au profit de l’École Charles-Rodrigue de l’équipe Pelletier Dessercom lors du Grand défi Pierre Lavoie au cours des dernières années, des membres du personnel de l’établissement primaire du quartier Lévis ont remis, le 27 novembre, une plaque à Yvan Pelletier, l’un des dirigeants de Pelletier Déco Surfaces.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 2 janvier 2019

Cette semaine, je poursuis mes souhaits que je désire offrir à des personnalités de la région.

Revue 2018 - Rétrospective de novembre

Pendant que la Ville amenait le dossier de l’aérodrome de Pintendre en Cour suprême et qu’elle se dotait d’une nouvelle image, la Davie recevait un nouveau contrat, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, était de passage à Lévis et Paradis et Picard étaient nommés à des postes importants l’Assemblée nationale.