CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

«Nous embarquons dans le mouvement de revendication des étudiants. Les allocations de prêts et bourses sont insuffisantes pour pourvoir aux besoins des étudiants, quand ils ont y accès. En plus, on rajoute des stages non rémunérés qu’on doit, dans les faits, payer. Nous avons à débourser de l’argent pour les frais de scolarité, la vignette de stationnement, etc.», a d’emblée expliqué Samuel Doucet-Lagueux, un éducateur spécialisé qui étudie au baccalauréat en travail social, sur les raisons derrière l’action au campus de Lévis.

Rappelons que depuis le 19 novembre, près de 60 000 étudiants ont amorcé un mouvement de grève partout au Québec afin d’obtenir la rémunération de tous les stages en milieu de travail. Les protestataires estiment que ce volet des parcours pédagogiques devrait être rémunéré pour tous les programmes et pour tous les niveaux d’étude, soit les centres de formation professionnelle, les cégeps et les universités.

Le tout permettrait de faciliter la vie de plusieurs étudiants selon ces derniers. Plusieurs manifestants rencontrés par le Journal, lors de son passage au campus de Lévis le 21 novembre, ont critiqué que les stages non rémunérés nécessitent plusieurs sacrifices personnels.

«On doit se trouver des stratégies. De mon côté, je suis retourné vivre chez mes parents parce que c’était clair que je n’avais pas les moyens de me payer un logement pendant mon stage. Je suis passé de 15 heures de cours par semaine à 28 heures de stage par semaine. Grosso modo, il me reste donc deux journées pour travailler. Et si je travaille au salaire minimum, je vais me faire couper la moitié de mes prêts et bourses», a notamment partagé Olivier Bélanger-Nadeau, un étudiant qui effectue présentement un stage au CLSC de Montmagny.

Gratification

Plus particulièrement en ce qui a trait au travail social, la rémunération des stages permettrait également de reconnaître l’apport des étudiants au système de santé.

«Notre stage en travail social dure un an dans le même milieu. Après deux mois, tu as  une charge de travail assez lourde. Tu joues le rôle d’un intervenant, tu pallies le travail que les intervenants ne peuvent pas nécessairement faire dans le réseau parce qu’ils sont surchargés», a lancé Emmanuelle Bonneau-Lebleu, une étudiante en deuxième année au baccalauréat en travail social.

Notons finalement que les étudiants au baccalauréat en travail social entendent poursuivre leurs moyens de pression au cours des prochaines semaines. Il se pourrait que des étudiants d’autres programmes du campus de Lévis se joignent à eux.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.