Inspirée par le style fantastique depuis plusieurs années, la Lévisienne Véronique Davisseau alias Zoé Vimond-Sigurd a eu récemment la chance de voir sa passion être transformée littéralement en écrits alors que son premier roman, Sélénia, vient d'être publié.

Par Érick Deschênes
erickdeschenes@journaldelevis.com

«C'est une certaine fierté pour moi, surtout qu'au début, on n'y croit pas au départ. (…) C'est une belle réalisation puisque c'est comme d'accoucher d'un beau bébé. C'est satisfaisant», lance l'auteure originaire de Paris lors d'une entrevue avec le Journal le 9 septembre dernier.

Lectrice assidue de littérature jeunesse fantastique, Véronique Davisseau a eu l'inspiration pour passer de la parole aux actes après avoir constaté que le volet spirituel était souvent absent des œuvres qu'elle lisait.

C'est alors que la résidante du Vieux-Lauzon a décidé d'unir ses deux passions pour créer Sélénia. Dans ce monde fantastique ressemblant au Moyen-Âge, les héros du roman, de jeunes adolescents issus d'une société très évoluée, devront quitter leur cité détruite et rejoindre les terres d'anciens cousins lors d'un périple initiatique à travers des contrées barbares.

Des efforts qui paient

Toutefois, si la romancière a finalement réussi à accoucher de sa première œuvre littéraire, Véronique Davisseau a affronté plusieurs épreuves, comme les personnages principaux de son livre, pour atteindre son objectif. En effet, enceinte alors de son premier enfant et frappée littéralement par l'inspiration, l'auteure lévisienne avait déjà terminé le manuscrit de Sélénia il y a six ans.

«Avec mon petit bébé et les mauvaises nuits, je n'ai pas pu me consacrer totalement à l'écriture. (…) J'ai commencé à chercher un éditeur il y a un peu moins de deux ans. Là, j'ai pris des portes dans la figure et comme je ne savais pas ce que valait mon roman, je suis passée par une phase de doute. Puis, j'ai réessayé et ça s'est débloqué rapidement avec mon éditeur», explique celle qui est désormais maman de deux enfants.

Une suite à Sélénia?

D'ailleurs, même si elle a déjà écrit la suite de Sélénia avec trois autres romans qui feront partis avec le premier ouvrage de la série Les porte-flambeaux, c'est avec une relative inquiétude que Véronique Davisseau aborde son avenir littéraire. Bien consciente du chemin parcouru pour réussir à entrer dans le monde littéraire, l'auteure de 38 ans garde la tête froide.

«J'attends la suite. J'espère qu'avec Sélénia, ça fonctionnera suffisamment pour que le deuxième et le troisième romans soient édités. C'est comme une histoire en plusieurs volets. Oui, le premier roman peut se terminer là, mais il y a finalité dans le deuxième et une autre dans le troisième. (…) Même que je suis en train d'écrire le cinquième roman de la série», admet avec optimisme Véronique Davisseau.

Notons finalement que pour les personnes intéressées à lire Sélénia, le roman est actuellement disponible chez plusieurs libraires de la région.

Les plus lus