Deux psychologues cliniciens, le Dr Michel Larouche et Paule Limoges, des CLSC de Saint-Lazare de Bellechasse et Lévis, mènent ensemble un projet pilote de thérapie de groupe à Lévis, pendant un an, qui sera ensuite poursuivi ou non selon les résultats. L’objectif est de proposer un traitement psychothérapeutique dans un format novateur.

À lire aussi : «Nos problèmes quotidiens se ressemblent»

Dans un contexte où les thérapies de groupe se développent, Michel Larouche et Paule Limoges, tous deux psychologues cliniciens, ont pensé leur projet avec l’objectif d’offrir en groupe le même traitement qu’individuellement.

D’autres groupes existent d’ailleurs au sein du CLSC de Lévis. Des personnes inscrites sur la liste d’attente de l’organisme se sont donc vues proposer ce nouveau mode de prise en charge. Des règles de fonctionnement au format des séances, les psychologues ont construit un cadre ouvert, sans nombre de séances prédéterminé, et avec des évaluations personnalisées.

Si le nombre de participants aux rencontres est fixé à huit, une nouvelle personne peut entrer dans le groupe à chaque fois qu’une autre en sort, et ce, pendant un an. Car la thérapie s’arrête à chaque fois qu’un patient a répondu à ses besoins et le décide.

Ce projet s’adresse à des adultes avec des problématiques d’anxiété, de dépression, relationnelles ou des difficultés d’adaptation. Les problématiques interpersonnelles, les personnes suicidaires et les grands consommateurs ne sont pas pris en charge dans ce cadre.

Un suivi individuel

Si les psychologues ont choisi d’intervenir en groupe, c’est pour ses avantages. Être dans un groupe, ce n’est pas juste prendre en charge plus d’individus à la fois, c’est créer une situation favorable à l’entraide, où les gens partagent leur expérience.

Même en groupe, les deux psychologues ont veillé à ce que la prise en charge reste adaptée aux besoins de chacun et permette un travail individuel. Chaque participant rempli ainsi un questionnaire au début de la séance, puis une évaluation psychométrique est réalisée. Pendant les temps de parole individuels devant le groupe, les psychologues travaillent avec la personne qui parle en la guidant et en la relançant.

«Chaque personne a un temps à elle. On s’occupe de la problématique particulière qu’elle apporte, individuellement et devant le reste du groupe. Ce qui fait la différence, c’est cette idée de traitement individuel à chacune des personnes, dans le groupe», souligne Paule Limoges.

«On intervient en présence des autres. Je vais vous aider à réfléchir, comme en psychothérapie. Je vais vous aider à identifier les perceptions que vous avez de vous-même, le dialogue intérieur que vous avez à propos de vous, les émotions que ça suscite, et comment vous expliquez ça. Je vais vous aider à vous questionner pour donner sens aux images mentales. En les modifiant, ça amène le changement. Dans notre intervention, on amène les gens à ça», complète Michel Larouche.

Puisque cette thérapie de groupe est un projet pilote, un rapport sera remis au bout de l’année de fonctionnement, afin d’évaluer le projet quantitativement et qualitativement.

«C’est fascinant comme les gens ont une capacité d’entraide. Les gens apportent le groupe à l’intérieur d’eux. Ils le disent, ils le nomment. Moi, je n’allais pas bien, mais j’ai pensé au groupe, j’avais hâte d’arriver au groupe. Ça fait partie de notre évaluation. Toute cette partie qualitative de ce que les gens nomment», constate Paule Limoges.

Parce qu’en raison de limites financières, les professionnels ne sont pas capables de traiter tous les gens comme ils le voudraient, ils cherchent des meilleures façons d’y parvenir.

«Quand on parle de thérapie de groupe, ça ne fera jamais pour tout le monde. Il y a des gens pour qui une intervention individuelle sera toujours la meilleure solution. Plus on a un éventail de projets et d’offre de services, plus on rejoint une grande quantité de gens. L’idée, c’est de bien évaluer les gens pour qu’ils reçoivent le bon service. Et non pas, faire un service et rentrer les gens dedans.»

Les plus lus

Le Festivent a son propre zoo d’animaux exotiques

Le 36e Festivent Ville de Lévis a apporté quelques modifications à ses installations afin d’améliorer l’expérience de ses visiteurs. Parmi celles-ci, on retrouve l’aménagement d’un zoo dans la cour de l’École de l’Alizé et la réunion des services alimentaires au centre du site.

Kaïn joue à guichet fermé au Festivent

Le passage de Kaïn au Festivent, le 3 août en soirée, a provoqué un rassemblement d’une telle ampleur que les guichets ont fermé leurs portes quelques minutes avant le spectacle. C’est sur la scène Hydro-Québec que le groupe, maintenant devenu trio, a livré une performance à son image, c’est-à-dire festive, amicale et réconfortante.

La troupe DM Nation danse Les Colocs

Après s’être faite remarquer sur des scènes internationales, la troupe de danse DM Nation de l’école lévisienne District.Mao ne cesse de repousser ses limites. Depuis le 18 juillet, ce sont 10 danseuses qui partagent la scène de l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières avec le Cirque du Soleil, à l’occasion du spectacle hommage aux Colocs, Juste une p’tite nuite.

Une institution beaumontoise célèbre ses 35 ans

Cette année, les propriétaires du bar Fenil Bleu de Beaumont, Renald Demers et Constance Berthiaume, célèbrent un cap bien important de leur bébé. En effet, ils sont à la tête de cette institution bellechassoise depuis maintenant 35 ans.

Rendre le vélo de montagne accessible

Depuis sa fondation en mai 2017, Sentiers Vélo Lévis (SVL) s’est fixé comme objectif de développer le sport du vélo de montagne sur le territoire de la ville de Lévis. Pour ce faire, l’équipe de SVL mise d’abord sur l’accessibilité du sport.

Le Metalelujah Fest de retour

Un an plus tard, âgé maintenant de 13 ans, Justin Caron revient avec la seconde édition du festival de métal qu’il a créé. Le Metalelujah Fest se tiendra cette fois sur la Rive-Sud au Fenil Bleu à Beaumont, les 10 et 11 août. Au total, 13 groupes sont à l’affiche lors des deux soirées.

Sim Diamond fait sa marque

Le guitariste de Lévis Simon Provost, aussi connu sous le nom de Sim Diamond, a lancé le 26 mai dernier le premier album de son nouveau projet solo Universal Minds. De plus, il a participé, en avril, à une webréalité musicale diffusée sur BangerTV depuis le 23 juillet.

Le SPVL recherche le suspect d’une tentative de vol

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) recherche activement le suspect d’un vol qualifié survenu le 20 juillet dernier, à la banque CIBC du 5300, boulevard Guillaume-Couture, à Lévis. Le SPVL invite la population à garder l’œil ouvert.

La SQDC dévoile l’emplacement de la succursale de Lévis

La Société québécoise du Cannabis (SQDC) a dévoilé que sa succursale de Lévis aura pignon sur rue au 95, route du Président-Kennedy. L'information a été confirmée par le service des relations de presse de la SAQ.

Robby Johnson livre la marchandise malgré la pluie

Pour le premier spectacle à saveur Country de son histoire, Festivent Ville de Lévis a fait appel au chanteur beauceron Robby Johnson le 4 août. Malgré que la pluie se soit invitée au courant de la soirée, une foule moins nombreuse, mais très intense a fait vibrer le parc Champigny.