Avec sept étudiantes en soins infirmiers comme lui et deux professeures, Antonin Giguère a réalisé un satge de deux semaines dans un dispensaire des Caraïbes. CRÉDIT : COURTOISIE

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

Après des désistements, il restait de la place pour partir effectuer un stage de deux semaines en soins infirmiers dans un dispensaire d’Haïti. Antonin Giguère n’a pas hésité. Il connaissait déjà le pays pour y être parti l’année d’avant avec un organisme de coopération internationale du cégep, Amitié Haïti-Lévis.

Pour financer leur voyage, il a d’abord pris part, avec les autres participantes, à plusieurs activités de financement afin de réunir les 30 000 $ nécessaires. Chacun des étudiants a aussi apporté une contribution de 500 $, sur ses propres deniers.

«L’argent amassé payait notre hébergement, notre nourriture, et aussi les soins qu’on donnait, les médicaments qu’on offrait et les salaires des médecins et des infirmières en surplus qui étaient là spécialement pour nous», explique Antonin Giguère.

Une fois sur place, les étudiants ont découvert des conditions de travail difficile en raison de la pauvreté qui touche le pays. Pour cette raison, ils ont eu trois jours à la fin de leur séjour à un «sas de décompression» à proximité de la plage, pour se remettre cette aventure pas comme les autres.

«Même si on ne veut pas le voir, c’est une bonne claque dans la face. C’est direct. C’est complètement différent d’ici, au niveau des conditions et du fonctionnement du travail», reconnait Antonin.

Au dispensaire, la journée débutait à 8 heures chaque matin. «Souvent, il y avait une centaine de personnes, des Haïtiens de la région, qui nous attendaient dans la salle de triage», raconte le jeune infirmier.

En équipe de deux, avec une infirmière locale, les étudiants participaient d’abord au triage des patients qui permet d’identifier les cas les plus urgents. Ils déposaient ensuite les dossiers qui seraient repris par les médecins pour faire les évaluations et prescrire des médicaments.

«Quand on avait un patient dont le cas clinique nous intéressait, on accompagnait le médecin et on allait faire les examens avec lui. C’était vraiment intéressant», se remémore-t-il.

Pendant ce stage, les étudiants ont ainsi beaucoup observé les professionnels et découvert comment les choses se passent et se font dans un autre contexte. Ils ont tout de même pu pratiquer différents actes de base appris pendant leur formation.
«On voit comment le personnel s’organise avec ce qu’il a, parce qu’il n’a pas souvent les ressources nécessaires pour traiter les problèmes de façon efficace et à long terme», constate Antonin.

De son expérience, il a appris le travail en équipe et la compréhension. «Je suis plus patient. J’accepte plus les différences aussi, ça a ouvert mon esprit à d’autres façon de penser.» Mais surtout, la débrouillardise.

«Quelqu’un est entré au dispensaire. Il avait reçu une roche et pris une débarque en moto. Je suis arrivé pour le piquer et je n’avais pas de garrot. J’en avais besoin sinon, je ne pouvais pas le faire. L’infirmière a juste pris un gant puis elle l’a attaché. Ici, je n’y aurais pas pensé, mais là-bas, c’est le genre de chose qu’on apprend», illustre-t-il.

À l’avenir, Antonin aimerait travailler à l’international, pour la Croix-Rouge, les Forces armées canadiennes ou Infirmières sans frontière, par exemple, afin de renouveler l’expérience, même s’il n’entend pas en faire une carrière.

Les plus lus

Un feu se déclare dans le garage d’une résidence à Lévis

La Direction du service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (DSSIVL) est intervenue hier soir à Lévis pour combattre un feu qui s’était déclaré dans le garage d’une résidence.

Lévis aura son centre de jeu de laser

Bien établie dans la région de Montréal et à Québec, Laser Game Évolution ouvrira dans les prochains mois un centre de jeu de laser à Lévis. Situé au 38, rue Jacques-Nau, le nouvel établissement ouvrira ses portes en vue de la prochaine relâche scolaire en mars.

Un parc bonifié entre Saint-Jean et Saint-Romuald

C’est en compagnie de collègues du conseil municipal ainsi que de bénévoles que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a présenté, le 13 décembre, les améliorations apportées cette année au parc multifonctionnel de la Rivière-Etchemin. Plusieurs de ces nouveautés profiteront aux utilisateurs du centre de ski de fond Les Sentiers La Balade de Saint-Jean-Chrysostome, un organisme lévisien situé dans...

Un jeune infirmier en stage à Haïti

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

50 ans pour le Cégep de Lévis-Lauzon

Fondé le 7 mai 1969, le Cégep de Lévis-Lauzon a diplômé près de 34 000 étudiants. Cette année, l’institution fête ses 50 ans et l’organisation souhaite inviter étudiants, membres du personnel, diplômés et citoyens à venir célébrer le passé, mais aussi l’avenir.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 26 décembre 2018

À quelques jours de la nouvelle année, je vous partage les souhaits que je tiens à adresser à différentes personnalités de la région.

Les Chevaliers restent parfaits à l’arraché

De retour à l’action après le congé des Fêtes, les Chevaliers de Lévis de la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ) accueillaient les Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup et l’Intrépide de Gatineau, les 4 et 5 janvier. La formation lévisienne a remporté ses deux matchs pour porter sa séquence d’invincibilité à 32 victoires consécutives.

Le zéro déchet gagne Lévis

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

Une tempête pour amorcer la nouvelle année

Environnement Canada a émis un avertissement de tempête hivernale pour les secteurs de Lévis, Bellechasse et Saint-Lambert-de-Lauzon.

Deux bébés du 1er janvier à Lévis

Le premier bébé de l’année né à l’Hôtel-Dieu de Lévis est originaire de Saint-Apollinaire. Mélissa Rivard et Olivier Chouinard ont accueilli le petit Valentin, le 1er janvier à 3h53. Le même jour à 21h, un deuxième bébé a pointé le bout de son nez. Nathan (sur la photo) fait le bonheur de ses parents, Cindy Lévesque et Samuel Maltais, qui résident à Lévis.