Bien qu’il ne puisse pas renouer avec la compétition en raison de la pandémie, David Baillargeon tente de tirer profit de cette pause qui s‘étire depuis huit mois. CRÉDIT : COURTOISIE

Comme plusieurs athlètes sportifs, le joueur de squash lévisien David Baillargeon n’a pas pris part à une compétition depuis février dernier. La 91e raquette mondiale était en pleine ascension lorsque la pandémie a frappé le monde entier de plein fouet. Le Lévisien est toujours dans l’attente de pouvoir renouer avec sa passion, qui est par le fait même son métier.

Jusqu’au début du mois de juin dernier, Baillargeon et son entraîneur, Yvon Provençal, ont dû trouver différentes façons de s’entraîner puisque les clubs de squash étaient fermés. Puis lorsqu’ils ont rouvert, le Lévisien s’est réjoui de la nouvelle. Malgré tout, son programme d’entraînement reste encore modifié. 

«Les quatre premiers mois, je n’ai pas joué au squash du tout. Je me suis entraîné physiquement, j’ai tenté de le faire deux fois par jour comme je le fais normalement. Je voyais mon entraîneur dans les parcs à l’extérieur, je pratiquais les mouvements de squash, mais ça ne reste pas très réaliste sans balle. On a recommencé tranquillement en suivant les règles avec la distanciation des deux mètres quand les clubs ont ouvert, mais quand on joue au squash ce n’est pas vraiment l’idéal», explique-t-il en entrevue téléphonique avec le Journal.

Une fin et un début de saison à l’eau

La 91e raquette mondiale attendait avec impatience les championnats canadiens qui devaient se dérouler en mai puisqu’il avait pour objectif de les remporter pour une première fois en carrière, mais ces derniers n’ont jamais eu lieu.

La nouvelle saison a repris en septembre, mais aucun tournoi en sol canadien n’est prévu d’ici la fin de l’année et pour l’année prochaine. Seulement la Coupe Nash, que la ville de London en Ontario devait accueillir, était prévue à la mi-novembre, mais l’organisation a dû l’annuler le 28 octobre puisque la Santé publique n’a pas été en mesure de donner son feu vert.

Quelques tournois européens sont à l’horaire également, mais ces derniers sont réservés aux joueurs habitant dans des pays limitrophes du pays qui l’organise et la Professional Squash Association organise encore ses tournois internationaux, mais ces derniers sont réservés aux 48 meilleurs joueurs au monde.

«Je suis dans une zone où c’est impossible pour moi de participer à des tournois comme tous les autres athlètes de mon niveau. La zone entre le 60e et le 120e au monde, on réussit à gagner notre vie avec le squash, mais ces temps-ci, c’est vraiment difficile, partage le Lévisien. Je n’ai pas grand espoir que la saison revienne, je m’imagine pouvoir participer à peut-être deux tournois. Habituellement, j’en joue une vingtaine. Je me concentre sur les championnats canadiens qui sont au mois de mai et qui finissent la saison. C’est un de mes objectifs et j’espère qu’ils auront lieu.»

Garder la motivation

Malgré toute cette adversité qui frappe le monde sportif, Baillargeon s’accroche à l’espoir de retrouver la compétition et voit cette pause comme une opportunité de donner son 100 % à l’entraînement afin de revenir dans une forme physique impeccable. «C’est sûr que pour retrouver mon niveau de jeu, ça va prendre quelques semaines de compétition, si ce n’est pas plus. Les coups vont rester, mais le temps de réaction, les petits mouvements spécifiques à un match de squash et la façon que tu réagis quand l’autre joueur frappe la balle, ce sont des choses qui sont très difficiles à simuler», expose-t-il.

Au cours de la dernière saison, le joueur de squash lévisien cumulait les finales et les demi-finales sur le circuit avant de voir le reste de sa saison annulée. Il tentera de retrouver cet élan important qui lui aurait permis de «passer au prochain niveau» de sa carrière dès qu’il renouera avec la compétition.

Les plus lus

La fréquentation du centre de ski de Lévis en hausse

La saison hivernale a commencé le 28 décembre dernier au Centre de plein air de Lévis avec l’ouverture des pistes. Les skieurs peuvent maintenant rejoindre le haut du mont Lauzon en empruntant la nouvelle remontée mécanique, le quadruple.

Une excellente moitié de saison malgré le contexte

Les hockeyeurs lévisiens Maxence Guenette, Jérémy Michel et Edouard St-Laurent, joueurs des Foreurs de Val-d’Or, entameront la deuxième partie de la saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) le 22 janvier prochain. Les trois hockeyeurs de la région et leur formation n’aspirent qu’à la Coupe du Président malgré le contexte d’incertitude qui règne en raison de la pandémie.

Un retour à la compétition attendu pour Laurent Dubreuil

Le patineur de vitesse lévisien, Laurent Dubreuil, renouera avec la compétition à compter du 23 janvier prochain alors qu’il prendra part à la saison du circuit de la Coupe du monde de patinage de vitesse qui se déroulera à Heerenveen, aux Pays-Bas.

Ferland et Matte en deuxième position nationale

Le duo de patineurs artistiques Thierry Ferland et Lori-Ann Matte, de Lévis, se sont démarqués lors du Défi patinage Canada, qui s’est déroulé virtuellement les 8 et 9 janvier derniers. Les Lévisiens ont conclu lacompétition en grimpant sur la deuxième marche du podium.

Jouer dehors avec le Défi château de neige

Jusqu’au 8 mars prochain, les familles sont invitées à participer au Défi château de neige organisé par l’Unité régionale de loisir et de sport de la Chaudière-Appalaches (URLS-CA).