Photo : Gilles Boutin - Archives

En plein conflit de travail avec le gouvernement du Québec, l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) a fait une sortie, le 4 mai, pour dénoncer les conséquences du retard salarial chez les ingénieurs du gouvernement et de la perte d'expertise au sein des équipes. Le groupe a alors fait part qu'il a récemment appris que «l'intégrité de plusieurs infrastructures routières est menacée, incluant celles du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte».

Pour appuyer son affirmation, l'APIGQ cite les déclarations sous serment de seize directeurs généraux du ministère des Transports du Québec (MTQ) déposés dans le cadre du recours du MTQ devant le Tribunal administratif du Travail pour que les ingénieurs gouvernementaux assurent davantage de services essentiels durant la grève générale illimitée qu'ils mènent actuellement.

Selon ce qu'on peut y lire, le pont Pierre-Laporte requiert des interventions rapides sur le système de suspension et des travaux de consolidation des suspentes doivent être faits dans les meilleurs délais. Le remplacement de toutes les suspentes doit être planifié à court terme, incluant en urgence dans certains cas, «sans quoi l'intégrité du pont est compromise». Si les suspentes ne sont pas remplacées, l'APIGQ soutient que «des entraves permanentes sont à prévoir, ce qui rendrait la circulation des services d'urgence extrêmement difficile».

Toujours selon ce qu'a lu le groupe dans les déclarations sous serment, le pont de Québec «a atteint la fin de la vie utile et est affligé de multiples problèmes pour lesquels le MTQ doit intervenir sans délai afin de le maintenir sécuritaire». Le maintien d'actifs est essentiel au bon comportement des pièces métalliques supportant les voies routières et piétonnières. Si ces travaux ne sont pas réalisés, l'intégrité du Pont de Québec serait compromise.

De plus, des travaux de renforcement de la structure sont nécessaires, puisque la mise en service du nouveau tablier est requise au plus tard à la fin 2026. Si ce projet est retardé, le pont devra être fermé puisque le MTQ ne pourra assurer la sécurité de la structure.

«Nous savons depuis longtemps que nos infrastructures au Québec étaient mal en point, mais avec les affidavits que le MTQ a été contraint de fournir au tribunal, nous constatons la gravité extrême de la situation. Au Québec, on gère nos infrastructures à la petite semaine depuis trop longtemps et ça va nous sauter au visage bientôt, les déclarations sous serment des plus hauts directeurs du MTQ en fournissent la preuve. Pendant ce temps, le gouvernement est indifférent d'avoir les ingénieurs les moins bien payés du Québec et on les laisse en grève sans trop s'en soucier. À rien n'y comprendre!», a déclaré Marc-André Martin, le président de l'APIGQ, par voie de communiqué.

Répondre aux demandes

Pour corriger la situation, l'APIGQ demande au gouvernement de répondre favorablement à ses demandes dans le cadre du conflit de travail en cours. Estimant que le gouvernement manque d'ingénieurs d'expérience pour assurer la réalisation des travaux nécessaires, le groupe demande à Québec d'améliorer les conditions salariales de ses ingénieurs.

Arguant que l'ingénieur du gouvernement est le «professionnel le plus en retard au niveau salarial dans la fonction publique», l'APIGQ demande un rattrapage salarial de 14,7%, qui s'ajoute aux augmentations économiques. Rien ne justifie que les ingénieurs soient les professionnels les plus en retard par rapport à leur confrère du secteur public.

«Notre objectif est de pouvoir renforcer notre expertise interne, qui ne tient présentement qu'à un fil. Il est primordial que nous puissions recruter des ingénieurs d'expérience et de les retenir à l'emploi du MTQ, sans quoi nous devrons commencer à choisir quelles infrastructures sont réellement essentielles et fermer les autres à la circulation. Nous espérons réellement ne pas en arriver là, mais sans de meilleures conditions salariales, je ne vois pas quelles autres solutions sont possibles», a affirmé M. Martin.

Notons finalement que selon La Presse Canadienne, le gouvernement Legault a démenti les affirmations de l'APIGQ. Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a déclaré que les infrastructures «étaient absolument sécuritaires».

Les plus lus

Conseil en bref : des enjeux de main-d’œuvre retardent la collecte du compost

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 13 juin dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Pont Pierre-Laporte : Lehouillier lance un appel à la «solidarité régionale»

À la suite d’un reportage conduit par Radio-Canada qui révélait une situation d’urgence au niveau des suspentes du pont Pierre-Laporte, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a interpellé la population et a invité le ministère des Transports du Québec (MTQ) «à passer à l’action» dans le dossier du troisième lien, le 16 juin.

Bernard Drainville portera les couleurs de la CAQ à Lévis aux prochaines élections

Le premier ministre du Québec et chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a confirmé les rumeurs que l’ancien ministre sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois, Bernard Drainville, sera le candidat de la CAQ dans la circonscription de Lévis aux élections provinciales du 3 octobre prochain. De passage à Lévis, M. Legault a présenté son nouveau candidat, le 7 juin dernier.

Picard fier de son bilan

Quelques jours après la fin de la 42e législature à l’Assemblée nationale, le député provincial des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a dressé le bilan de son dernier mandat lors d’une rencontre avec le Journal de Lévis. Selon l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ), les quatre dernières années ont permis plusieurs avancées pour sa circonscription.

Troisième lien : l’appui de la population demeure stable

La Ville de Lévis a révélé un sondage réalisé par la firme Léger lors d’un point de presse à l'hôtel de ville de Lévis, le 30 juin. L’échantillonnage indique un intérêt des populations de Lévis, Québec, de la MRC de Bellechasse ainsi que de la MRC de la Côte-de-Beaupré face au tunnel Québec-Lévis.

Des projets de logements sociaux soutenus par les gouvernements

Le ministre du Logement du Canada, Ahmed Hussen, et la ministre de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, sont ont annoncé, le 22 février, que 79 projets, qui permettront la construction de 1 458 logements sociaux et abordables au Québec, seront réalisés d’ici la fin de l’année 2022. C’est grâce à un investissement de près de 338 M$ prévu dans le cadre de la Seconde Entente Canada-Québec concern...

Un nouveau coup de pouce de Québec à Alliance-Jeunesse

Au nom de l’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse, Samuel Poulin, le député des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a annoncé, le 5 mai, qu’Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière recevra un appui gouvernemental de 99 802 $ pour son projet Tremplin-Autonomie.

Stéphanie Lachance est satisfaite de son bilan de mandat

Adjointe parlementaire à la famille et députée de Bellechasse, l'élue a partagé son bilan de ses quatre années passées dans sa circonscription, par l’entremise d’un communiqué de presse, le 15 juin. Mme Lachance s'est dite satisfaite travail qu’elle a réalisé durant son mandat.

Retombées du troisième lien : le Collectif Virage demande une «évaluation objective»

Par voie de communiqué, le Collectif Virage, un regroupement de Lévisiens qui milite pour le développement d'une mobilité durable axée sur le transport collectif et actif dans la région, a critiqué, le 6 juillet, l'étude commandée par la Ville de Lévis concluant que le projet n'aurait que plusieurs retombées positives. Inquiet de voir la municipalité investir «des milliers de dollars dans une étud...