En 2019, la Ville de Lévis prenait place avec Sherbrooke et Gatineau comme l’une des villes de la province les plus performantes dans la gestion des déchets. Photo : Josyanne Prescott

La Ville de Lévis a tenu, le 3 mai dernier, sa consultation publique sur le nouveau plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon. Avec d’autres collègues, le président de la Régie intermunicipale de gestion des déchets des Chutes-de-la-Chaudière et conseiller municipal du district Saint-Étienne, Serge Bonin, a pu prendre en note les commentaires des citoyens sur le nouveau plan de match.

Rappelons d’emblée que chaque ville ou MRC est dans l’obligation de présenter au gouvernement du Québec un PGMR afin de mettre en place des moyens concrets qui favorisent l’atteinte des objectifs provinciaux concernant la gestion des matières résiduelles dans les secteurs résidentiel, institutionnel, commercial et industriel.

Une ville zéro déchet, c’est l’objectif premier qui a été nommé lors de la présentation du PGMR. Alors que Lévis aimerait tendre vers cette idylle écologique, ce sont 11 axes, composés de 26 orientations et d’un total de 77 mesures pour la Ville de Lévis ainsi que 42 mesures pour Saint-Lambert-de-Lauzon qui ont été proposées.

Pour justifier cette orientation, la Ville de Lévis cite les résultats d’une étude menée en 2018. La municipalité a alors appris que 75 % des matières se retrouvant dans les sacs à ordures auraient pu être envoyées au recyclage, au compostage ou à l’écocentre.

«Le zéro déchet, ça peut faire peur, mais avant d’aller trop vite, on y va une étape à la fois, un jour à la fois. On transforme tranquillement nos habitudes pour éliminer l’élimination», a mentionné Serge Bonin.

Avis des citoyens

Plusieurs des citoyens présents lors de la consultation publique se sont prononcés sur les objectifs inscrits dans le nouveau PGMR de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des Lévisiens ont d’abord abordé la question de la fréquence de la collecte des déchets. Plusieurs d’entre eux ont alors affirmé que celle-ci serait suffisante une semaine sur deux tout au long de l’année plutôt qu’elle soit hebdomadaire à l’été, comme c’est le cas depuis 2014. Le changement ne permettrait pas seulement à la municipalité de sauver des sous, mais il serait un incitatif pour les citoyens afin qu’ils gèrent mieux leurs matières résiduelles, arguent ces citoyens.

«Comment ça se fait qu’on ramasse les dé-chets toutes les semaines? Les résidus alimentaires demeurent en grande partie dans les ordures ménagères et pour nos résidus, on est toujours en dessous en termes de pourcentage des objectifs du provincial. Les résidus alimentaires sont une source importante de gaz à effet de serre (GES). Ça devient un enjeu important», a souligné Michel Laforest, citoyen de Lévis.

Alors que le compte de taxes risque d’augmenter d’un montant entre 9 et 10 $ pour la collecte, une citoyenne a proposé l’idée d’une collecte à la carte qui pourrait également être offerte. Cette dernière a soutenu que sa proposition inciterait davantage ses concitoyens à faire attention au nombre de sacs à ordures qu’ils envoient à la collecte.

L’accessibilité au compostage a aussi été nommée comme inquiétude. Lors de la consultation publique sur le PGMR, des citoyens ont voulu savoir si la Ville envisage d’étendre la collecte des matières compostables. Les élus présents lors de la rencontre ont notamment affirmé qu’il allait y avoir des projets pilotes concernant les méthodes de collecte, mais qu’il était possible pour les résidents d’immeuble à logements d’avoir accès à des bacs de compostage.

Un comité attentif

Les propositions faites par les citoyens ont bien été entendues par les élus. Alors que certaines étaient déjà en réflexion ou confirmaient l’idée d’un projet pilote, d’autres ont été prises en note afin de devenir des pistes de réflexion.

«J’entends que vous trouvez que ce n’est pas suffisamment audacieux et on va mesurer davantage. La question de la collecte aux deux semaines, c’est quelque chose auquel on réfléchit. On prépare la recommandation qui n’est pas dans le PGMR», a notamment déclaré Serge Bonin.

Notons que les citoyens intéressés peuvent transmettre leur opinion sur le nouveau PGMR jusqu’au 18 mai, par l’entremise du site Web de la Ville de Lévis.

Les plus lus

Conseil en bref : des enjeux de main-d’œuvre retardent la collecte du compost

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 13 juin dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Pont Pierre-Laporte : Lehouillier lance un appel à la «solidarité régionale»

À la suite d’un reportage conduit par Radio-Canada qui révélait une situation d’urgence au niveau des suspentes du pont Pierre-Laporte, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a interpellé la population et a invité le ministère des Transports du Québec (MTQ) «à passer à l’action» dans le dossier du troisième lien, le 16 juin.

Bernard Drainville portera les couleurs de la CAQ à Lévis aux prochaines élections

Le premier ministre du Québec et chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a confirmé les rumeurs que l’ancien ministre sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois, Bernard Drainville, sera le candidat de la CAQ dans la circonscription de Lévis aux élections provinciales du 3 octobre prochain. De passage à Lévis, M. Legault a présenté son nouveau candidat, le 7 juin dernier.

Picard fier de son bilan

Quelques jours après la fin de la 42e législature à l’Assemblée nationale, le député provincial des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a dressé le bilan de son dernier mandat lors d’une rencontre avec le Journal de Lévis. Selon l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ), les quatre dernières années ont permis plusieurs avancées pour sa circonscription.

Troisième lien : l’appui de la population demeure stable

La Ville de Lévis a révélé un sondage réalisé par la firme Léger lors d’un point de presse à l'hôtel de ville de Lévis, le 30 juin. L’échantillonnage indique un intérêt des populations de Lévis, Québec, de la MRC de Bellechasse ainsi que de la MRC de la Côte-de-Beaupré face au tunnel Québec-Lévis.

Des projets de logements sociaux soutenus par les gouvernements

Le ministre du Logement du Canada, Ahmed Hussen, et la ministre de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, sont ont annoncé, le 22 février, que 79 projets, qui permettront la construction de 1 458 logements sociaux et abordables au Québec, seront réalisés d’ici la fin de l’année 2022. C’est grâce à un investissement de près de 338 M$ prévu dans le cadre de la Seconde Entente Canada-Québec concern...

Un nouveau coup de pouce de Québec à Alliance-Jeunesse

Au nom de l’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse, Samuel Poulin, le député des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a annoncé, le 5 mai, qu’Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière recevra un appui gouvernemental de 99 802 $ pour son projet Tremplin-Autonomie.

Stéphanie Lachance est satisfaite de son bilan de mandat

Adjointe parlementaire à la famille et députée de Bellechasse, l'élue a partagé son bilan de ses quatre années passées dans sa circonscription, par l’entremise d’un communiqué de presse, le 15 juin. Mme Lachance s'est dite satisfaite travail qu’elle a réalisé durant son mandat.

Retombées du troisième lien : le Collectif Virage demande une «évaluation objective»

Par voie de communiqué, le Collectif Virage, un regroupement de Lévisiens qui milite pour le développement d'une mobilité durable axée sur le transport collectif et actif dans la région, a critiqué, le 6 juillet, l'étude commandée par la Ville de Lévis concluant que le projet n'aurait que plusieurs retombées positives. Inquiet de voir la municipalité investir «des milliers de dollars dans une étud...