Photo : Alexandre Bellemare - Archives

Par voie de communiqué, le Collectif Virage, un regroupement de Lévisiens qui milite pour le développement d'une mobilité durable axé sur le transport collectif et actif dans la région, a critiqué, le 6 juillet, l'étude commandée par la Ville de Lévis concluant que le projet n'aurait que plusieurs retombées positives. Inquiet de voir la municipalité investir «des milliers de dollars dans une étude aux résultats prédéterminés», le groupe réclame une «évaluation objective du projet».

Rappelons que selon l'étude dévoilée par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, à la fin juin, le produit intérieur brut (PIB) de la Capitale-Nationale monterait de 373,3 M$ annuellement et celui de Chaudière-Appalaches de 258,1 M$, à partir de 2032, grâce à l'implantation d'un troisième lien.

Dans son analyse, la firme retenue pour réaliser la commande, WSP, estime que le tout sera notamment possible grâce à l'augmentation de la productivité des travailleurs, en raison de la diminution de la distance et du temps de déplacement obtenues grâce à l'ouverture du nouveau lien interrives.

L'étude soutient également que le troisième lien permettra la décongestion des ponts Pierre-Laporte et de Québec, des économies sur les coûts d’exploitation des véhicules et sur la consommation de carburant, une diminution des taux d’accidents routiers, une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), un meilleur accès aux établissements d’enseignement et un meilleur accès aux établissements de santé entre les deux rives.

Le Collectif Virage soutient toutefois que l'évaluation cache «des réalités moins reluisantes». «Lorsqu’une firme mène une étude visant à mesurer les impacts d’un projet et qu’il n’en ressort que des avantages, personne n’est dupe : la conclusion était écrite d’avance. Il existe une multitude d’études démontrant les effets néfastes d’un ajout routier. Toutefois, quand la Ville préfère croire sa propre étude commanditée et voit le projet d’un seul angle, il y a lieu de s’inquiéter d’une dérive», a argué Jocelyn Tremblay, membre du Collectif Virage.

Transport en commun et étalement urbain

Également, le Collectif Virage déplore que WSP n'ait pas chiffré les avantages économiques, sociaux et environnementaux des voies réservées aux heures de pointe que le troisième lien aura. De plus, le groupe estime que la stimulation du développement immobilier de part et d'autre du tunnel, l'un des bénéfices du projet selon l'étude commandée par la Ville de Lévis, ou l'étalement urbain selon le Collectif Virage, soit considéré comme un avantage.

«À nos yeux, le développement immobilier et économique qui découlerait d’un éventuel troisième lien doit respecter les impératifs de notre époque en matière de gestion du territoire», a affirmé Pierre Bisson, un autre membre du Collectif Virage.

Un comparatif «qui ne tient pas la route»

Du même souffle, le regroupement a critiqué un exemple cité dans l'étude et souvent avancé par le maire de Lévis pour justifier la construction d'un troisième lien, le pont de Normandie au Havre en France. 

Selon le Collectif Virage, en 2020, l’achalandage sur le premier pont (pont de Tancarville) «était revenu au même niveau qu’en 1995, soit 18 000 véhicules par jour». Pour le groupe de citoyens lévisiens, cet exemple illustre que le troisième lien ne réglera le problème de congestion sur les ponts à l'ouest de Lévis que de «façon temporaire».

«Six milliards de dollars pour une solution temporaire, c’est cher payé. En pleine crise climatique mondiale, une telle solution est-elle acceptable? Dans une perspective de développement durable, nous répondons non», a soutenu M. Tremblay.

Autre étude demandée

Soutenant que l'appui envers le tunnel Québec-Lévis est fort dans la population comme il s'agit du seul projet «sur la table pour alléger la circulation automobile entre les deux rives» et que l'étude commandée par la Ville n'a pas abordé certains éléments, le Collectif Virage a partagé son souhait de voir la Ville de Lévis et le gouvernement provincial se «montrer plus sérieux, objectifs et transparents dans l'évaluation globale du projet».

«Pour le moment, on débat sur du vide», a conclu M. Bisson.

Les plus lus

Marc Picard tire sa révérence

Après 19 ans de travail à titre de député provincial de la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard a annoncé, le 3 août, en entrevue avec le Journal qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de l’élection de cet automne. Bien qu’il avait réaffirmé son intention de se représenter en juin dernier, le député caquiste a entamé une nouvelle réflexion au courant du mois de juillet et a...

Réaménagement de la tête des ponts à Québec : le projet passe à une autre étape

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a annoncé, le 30 juin que le projet de réaménagement des échangeurs au nord des ponts Pierre-Laporte et de Québec passe à l'étape de l'élaboration du dossier d'affaires.

Nominations à la Ville de Lévis

Les membres du conseil municipal de Lévis se sont réunis, le 27 juillet, pour une séance extraordinaire de l'instance. La réunion a permis aux élus d'approuver les nominations de deux dirigeants.

Troisième lien : forages marins en cours

Comme plusieurs Lévisiens l'ont constaté au cours des dernières semaines, des forages marins en eau profonde sont actuellement menés le long du tracé du futur tunnel Québec-Lévis en vue de terminer la caractérisation des sols.

Conseil en bref : nomination d’un nouveau directeur au SPVL

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre de la dernière séance ordinaire du conseil municipal avant le congé de la saison estivale, le 12 juillet dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Une mesure qui arrive «trop peu, trop tard»

Bien qu'elles accueillent favorablement l'annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de payer à taux double le temps supplémentaire effectué par les travailleurs de la santé, les organisations syndicales les représentant se sont désolées, le 21 juillet, qu'il y ait des conditions à l'application de cette mesure et du «laxisme du gouvernement Legault dans ce dossier».

Les principaux partis se préparent pour la campagne

Malgré que l’été semble marquer une certaine pause dans la précampagne électorale, les principaux partis politiques provinciaux planchent sur leurs préparatifs dans la région en vue des élections provinciales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Candidate pour l’environnement

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Lévis en 2007, 2008 et 2012, Valérie Cayouette-Guilloteau défendra de nouveau les couleurs de la formation politique de gauche dans ce comté lors des prochaines élections provinciales. Si c’est plutôt les questions sociales qui l’avaient incitée à briguer les suffrages au tournant des années 2010, la professeure de philosophie au Cégep Limoilou sera le visag...

QS : une nouvelle recrue dans Chutes-de-la-Chaudière

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Chutes-de-la-Chaudière, Caroline Thibault se lance en politique pour la première fois et briguera le poste de députée dans cette circonscription lors du scrutin du 3 octobre prochain. L’environnement et l’accès à des logements abordables pour les familles sont au cœur de ses préoccupations.

Mario Fortier candidat conservateur dans Chutes-de-la-Chaudière

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) a annoncé Mario Fortier comme nouveau candidat dans la circonscription des Chutes-de-la-Chaudière, le 8 août. L’ancien conseiller municipal, qui a œuvré de 2009 à 2021 et avait été défait lors des dernières élections municipales à Lévis, affrontera donc la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) Martine Biron lors des prochaines élections provinciales.