Photos : Alexandre Bellemare

Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage à Lévis afin d’annoncer officiellement la candidature de Martine Biron dans la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, le 10 août. L’ancienne journaliste et analyste politique portera les couleurs de la Coalition avenir Québec (CAQ) à la prochaine élection provinciale dans la circonscription qui a élu Marc Picard au cours des 19 dernières années.

«Quand je l’ai rencontrée pour la première fois la semaine dernière en tant que possible candidate […], je lui ai demandé pourquoi? […] Elle m’a répondu que c’était pour le service public. C’était la bonne réponse et je trouve ça courageux», a d’emblée fait valoir M. Legault.

La femme qui évolue dans les médias depuis 30 ans a décidé de faire le saut en politique puisqu’elle était à «une croisée des chemins», elle qui vient tout juste de terminer une maîtrise à temps partiel.

«Mon intention, c’était de couvrir les élections générales et de revoir mes options ensuite pour relever de nouveaux défis, mais les choses se sont précipitées, une porte s’est ouverte et je suis entrée», a-t-elle raconté celle qui a été approchée au cours du mois de juillet pendant ses vacances.

Remise en question à plusieurs reprises sur son éthique journalistique par les journalistes présents, la candidate dans les Chutes-de-la-Chaudière a soutenu qu’elle a toujours fait preuve d’éthique dans sa démarche.

«Dans mon cas, j’ai été éthique du début jusqu’à la fin, j’ai pris ma décision cet été. Je ne suis pas la première ni la dernière journaliste à faire le saut en politique et ce n’est pas un phénomène qui se produit seulement au Québec», a soutenu Mme Biron.

Si elle a choisi de représenter la CAQ à la prochaine élection, c’est «parce que c’est un parti qui est jeune et axé sur les résultats. C’est un parti qui a montré qu’il peut identifier des besoins, proposer des solutions et poser des actions concrètes».

Une circonscription connue

Bien qu’elle ne soit pas originaire ni résidente de la circonscription qu’elle souhaite de représenter à l’Assemblée nationale, la candidate de la CAQ avoue être «très motivée et encouragée» par ce défi puisqu’elle entretient un lien particulier avec la région.

«J’ai un lien assez affectif avec la région, ma mère a habité pendant 30 ans sur la rue de la Corniche à Saint-Nicolas alors qu’elle travaillait comme directrice d’école. C’est un peu comme si elle me passait le témoin pour les petits enfants qu’elle a éduqués qui sont aujourd’hui des papas et des mamans qui ont besoin de nous», a-t-elle expliqué.

Au niveau national, Martine Biron souhaite discuter des enjeux entourant les droits des femmes, ceux du domaine de la santé, ceux de la nouvelle économie, ceux concernant l’inflation et elle souhaite réconcilier le développement et l’environnement.

À l’échelle locale, les enjeux de transport de la circonscription seront primordiaux pour elle.

«Il nous faut un troisième lien, un lien de remplacement, en plus de réaménager la tête des ponts et de soutenir le transport collectif. La circulation dans la circonscription est un gros enjeu, a partagé l’ancienne analyste politique. La circulation est un enjeu majeur, on m’a beaucoup parlé (du réaménagement) de la 116 et de la 132. On m’a également beaucoup parlé d’inflation, c’est un enjeu qui touche chaque citoyen.»

Aussi, Mme Biron travaillera de pair avec Marc Picard, le député sortant de la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, tout au long de la campagne électorale.

«Je suis très motivée et encouragée à être candidate dans cette circonscription parce que j’ai un lien personnel (avec celle-ci) et je suis contente que Marc souhaite faire campagne avec moi. Je désire prendre les enjeux un à un et faire avancer les choses. Je vais apprendre énormément au cours de la campagne, mais essentiellement, je vais aussi entendre le discours des citoyens», a soutenu la candidate caquiste.

Marc Picard rétorque aux propos du PCQ

Questionné à propos du discours du candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ), Mario Fortier, qui insinuait que M. Picard avait été «tassé» de son poste par la CAQ, le député sortant a répondu sans vergogne.

«C’est tout simplement dégueulasse. Mario Fortier connaît bien ma femme et moi puisqu’il est un ancien conseiller municipal. Il a vu les différentes activités auxquelles j’ai participé avec ma femme, il est bien au fait (de sa condition). C’est de la petite politique à la Éric Duhaime tout simplement», a argué Marc Picard.

Rappelons que ce dernier a pris la décision de quitter sa carrière politique afin de devenir proche aidant auprès de sa femme aux prises avec une maladie dégénérative.

Les plus lus

Équiterre rend publique une analyse contre le troisième lien

Équiterre, un organisme prônant une «société écologique et juste» basé à Montréal, a publié, le 14 septembre, une analyse sur le troisième lien, menée par son experte en mobilité en collaboration avec le Pôle intégré de recherche - environnement, santé et société (PIRESS). Selon cette étude, le projet désiré par le gouvernement caquiste sortant échoue lamentablement le «test climat» qui a servi de...

Foire d’empoigne entre Drainville et Laflamme

Un peu moins d’une semaine après le débat électoral de la Chambre de commerce et d’industrie du Grand Lévis (CCIGL), quatre des cinq candidats des principaux partis en lice dans la circonscription de Lévis ont croisé le fer lors d’un débat sur les ondes de CHOI FM, le 14 septembre en matinée. La joute a notamment été le théâtre de plusieurs prises de bec entre le candidat de la Coalition avenir Qu...

Le maire devra s'absenter du boulot

La Ville de Lévis a annoncé, le 22 septembre, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, devra s'absenter du travail au cours des prochaines semaines.

Une nouvelle recrue représentera le PLQ dans les Chutes-de-la-Chaudière

D’origine tunisienne ainsi que juriste et avocate de formation, la Lévisienne Wafa Oueslati portera les couleurs du Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription Chutes-de-la-Chaudière au cours de la campagne électorale provinciale, a annoncé le parti, le 24 août dernier. Installée à Lévis depuis 2020, Mme Oueslati tentera d’obtenir la confiance de ses concitoyens en allant à leur rencontr...

Pénurie de main-d’oeuvre : Biron présente ses solutions

La candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Chutes-de-la-Chaudière, Martine Biron, a détaillé ses engagements économiques, le 8 septembre. Si elle est élue le 3 octobre prochain, la nouvelle politicienne veut notamment miser sur l’immigration, la valorisation de la formation professionnelle, l’innovation et la concertation régionale pour s’attaquer au problème numéro un des entrepreneurs...

Martine Biron présente son «triangle de priorités»

C’était au tour de la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription des Chutes-de-la-Chaudière, Martine Biron, de lancer officiellement sa campagne électorale, le 1er septembre dernier. La candidate caquiste a alors présenté ses priorités divisées en trois volets.

Richard Garon portera les couleurs libérales dans Lévis

La candidature du Lévisien Richard Garon pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans Lévis a été annoncée le 15 août dernier, lors d’un rassemblement avec Marc Tanguay, député sortant de LaFontaine.

Bernard Drainville veut concrétiser les désirs lévisiens

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Lévis, Bernard Drainville, a officiellement lancé sa campagne électorale, le 31 août dernier. L’homme politique a alors énuméré plusieurs dossiers régionaux dans lesquels il souhaiterait s’impliquer s’il est élu le 3 octobre prochain.

Le PQ fera confiance à Jean-Daniel Fontaine dans Bellechasse

L’entrepreneur bellechassois, Jean-Daniel Fontaine, défendra les idées du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Bellechasse au cours de la campagne électorale provinciale qui se conclura le 3 octobre prochain. Celui qui vivra sa première expérience à titre de candidat souhaite travailler sur les enjeux de la pénurie de main-d’œuvre et de la dévitalisation de sa circonscription.

Mobilité régionale : le PQ mise plutôt sur un train léger

De passage à Québec le 2 septembre, le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, ainsi que plusieurs candidats péquistes de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont présenté leur proposition pour s'attaquer aux problèmes de congestion dans la région. Pour le PQ, la solution passe par la création d'un train léger entre Lévis et Lebourgneuf, s'il obtient le pouvoir le 3 ...