Dans sa biographie, Pauline Marois revient sur sa dernière campagne électorale, lors de laquelle elle s’était notamment arrêtée dans la région. CRÉDIT : ARCHIVES

L’ex-première ministre du Québec, Pauline Marois, a publié Pauline Marois : Au-delà du pouvoir aux éditions Québec Amérique, écrit par Elyse-Andrée Héroux, le 28 septembre dernier. Dans cet ouvrage biographique, la femme originaire de la région partage l’histoire chargée de sa vie professionnelle et personnelle. La politicienne livre au lecteur une partie importante de ce qui a forgé la nation québécoise.

Pauline Marois est née à Québec et est déménagée à Saint-Étienne-de-Lauzon avec ses parents alors qu’elle était toute petite pour grandir en campagne sur la Rive-Sud. C’est ainsi qu’elle entame sa vie riche et remplie.

À travers ses yeux, on découvre la femme politique impliquée, engagée et passionnée ainsi qu’une partie de l’histoire du Québec comme elle a été aux premières loges de moments charnières de la nation québécoise. «J’ai vécu une longue expérience politique et je voulais passer le relais. Mon objectif était de laisser une trace pour que les jeunes femmes et les jeunes hommes puissent lire ma vie et ce que j’ai vécu comme expérience en espérant que ça puisse les influencer pour qu’ils s’engagent», a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique avec le Journal.

De sa petite enfance à son expérience de première ministre, on traverse 70 ans d’histoire, la voyant faire ses premiers pas en politique en passant par le référendum de 1995 et son ascension à la chefferie du Parti québécois. L’exercice de se remémorer  cette longue carrière lui a d’ailleurs permis de faire quelques constats.

«D’abord, j’ai vécu de grandes victoires et des échecs qui m’ont fait très mal et des moments très difficiles, mais aussi des moments très heureux. Ce que j’ai pu constater également, c’est la consistance qu’il y a eu dans mes engagements […] Aussi, j’ai réalisé que j’étais résiliente. Je ne me serais peut-être pas considérée comme ça il y a vingt ans, mais quand on regarde mon parcours, j’ai la capacité à absorber les chocs, à me relever et mettre ça derrière moi», a partagé Mme Marois.

Un impact de taille

 Tout au long de sa carrière, la politicienne s’est engagée à faciliter la vie de tous les Québécois, mais surtout des Québécoises. Dans le récit de sa vie, on peut constater tous les combats qu’elle a menés pour le Québec. «Je reste très fière de ce que j’ai accompli parce que je sais que ça a changé la vie de milliers de Québécoises et Québécois pour le mieux et le plus bel exemple de ça, c’est la politique familiale», a expliqué Pauline Marois.

Bien qu’elle soit en paix avec son parcours politique, quelques projets encore sur la table et dans sa tête bouillent toujours dans le cœur de la politicienne.

Je ressens un sentiment de fierté et de devoir accompli. En même temps, il y a une certaine frustration et un sentiment d’inachevé puisque la politique m’a quittée en 2014 lorsque j’ai été défaite. J’avais tellement à offrir à la nation québécoise encore. […] J’ai l’impression d’avoir réalisé une partie de ce projet auquel je rêvais. Il reste que je n’aurai pas fait l’indépendance, mais dans la vie d’un peuple, quelques années ce n’est rien dans l’histoire de l’humanité. Alors, il faut garder simplement espoir», a confié l’ex-première ministre.

Une passion qui se transmet

Retraitée de la vie politique depuis 2014, celle qui, à ce jour, a été la première et la seule première ministre du Québec, voulait partager sa longue carrière politique pour inciter les gens à s’engager et faire une différence dans la vie d’un peuple.

«C’est de permettre à d’autres de voir que c’est possible de se lancer en politique sans avoir à faire de compromission et surtout que c’est un moyen puissant pour améliorer le sort de nos concitoyens et concitoyennes, a-t-elle souligné. C’est un grand service public qu’on rend quand on décide de s’engager en politique.»

Pauline Marois : Au-delà du pouvoir est un ouvrage rempli d’histoires, de confidences et de dévotion pour un peuple, une nation ainsi qu’un grand projet. Pauline Marois et Elyse-Andrée Héroux peignent le Québec à travers les yeux d’une politicienne, mais surtout d’une femme engagée qui a offert le meilleur d’elle-même aux Québécoises et Québécois.

Les plus lus

Repensons Lévis devient un parti politique municipal

Formé à la fin du printemps dernier, le collectif citoyen Repensons Lévis a officiellement été autorisé à titre de parti politique municipal par le Directeur général des élections du Québec, le 13 novembre.

COVID-19 : Québec étudie la possibilité de fermer les écoles

François Legault, premier ministre du Québec, accompagné de Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, et de Horacio Arruda, directeur national de santé publique, a annoncé lors d’une conférence de presse concernant la situation de la COVID-19 dans la province, qu’il a demandé à la Santé publique d’étudier la possibilité de fermer les écoles pour une période de temps «bien défin...

Un collectif citoyen pour un transport plus vert à Lévis

Le Collectif Virage a été mis sur pied en décembre dernier. Ce regroupement de citoyens lévisiens souhaite sensibiliser les citoyens et les élus municipaux au développement d’une mobilité durable axée sur le transport collectif et actif afin de contrer la crise écologique provoquée par l’activité humaine ainsi que d’améliorer la qualité de vie sur le territoire.

Une manifestation contre le gouvernement se termine à Lévis

Des centaines d‘automobilistes ont convergé vers le secteur Lauzon, samedi après-midi, dans le cadre d’une manifestation automobile contre les mesures de la Santé publique.

Des appuis municipaux pour le projet Laurentia

En compagnie de Guylaine Sirois, la préfet de la MRC de Témiscouata, et de Mario Girard, le président-directeur général du Port de Québec, le préfet de la MRC de Lotbinière, Normand Côté, et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont pris part à une conférence de presse virtuelle, le 9 novembre dernier. À cette occasion, les deux élus de la Rive-Sud tout comme leur collègue du Témiscouata ont réit...

Action de l’APTS devant le siège social du CISSS-CA

Des membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont manifesté devant le siège social du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) à Sainte-Marie, le 3 novembre. Par cette action, la section régionale du syndicat provincial voulait inciter les dirigeants du CISSS-CA à mettre de la pression sur le go...

Les restrictions prolongées jusqu’au 23 novembre

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé le 26 octobre que les restrictions imposées en zone rouge sont prolongées jusqu’au 23 novembre. De plus, les élèves de troisième secondaire devront, passer à l’enseignement hybride, dès le 2 novembre.

Legault demande aux Québécois de demeurer prudents

En compagnie du Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, et de Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, le premier ministre du Québec, François Legault, a fait le point sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province. Comme depuis un certain temps, le chef du gouvernement a demandé à ses concitoyens de poursuivre leurs efforts afin de freiner la pro...

Rapport du vérificateur général : la Ville en retard dans la gestion de ses actifs et l’entretien de ses bâtiments

Le vérificateur général de la Ville de Lévis, Yves Denis, déposait, le 26 octobre, le tome 2 de son rapport et ses recommandations pour l’année 2019. Dans ce dernier, M. Denis a notamment relevé une gestion non organisée et non uniforme des actifs de l’organisation municipale ainsi que de grandes lacunes au niveau de l’entretien correctif de ses bâtiments.

Manifestation de membres du personnel de soutien du CSSDN

Des employés du soutien scolaire du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) affiliés à la CSN, notamment des éducatrices de services de garde, ont manifesté ce matin sur le viaduc permettant au chemin des Îles d'enjamber l'autoroute 20. Ces travailleurs ont effectué cette action en raison de la décision du gouvernement provincial d'ajouter trois journées pédagogiques supplémentaires à ...