La demande des proches de Jean Garon de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon ne plaît pas aux commerçants ayant pignon sur rue sur cette artère. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a dévoilé, le 23 février, les résultats d'un sondage mené plus tôt ce mois-ci auprès des dirigeants d'entreprises situées sur la route du Président-Kennedy afin de connaître leur opinion sur la possibilité d'un changement de nom de la portion lévisienne de l'artère. 78 % des répondants ont alors manifesté leur opposition à tout changement de nom.

Rappelons que la famille et les amis de Jean Garon, le regretté député péquiste de Lévis et ancien maire de la ville, demandent depuis plusieurs mois que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon afin de lui rendre hommage.

Cependant, la majorité des représentants des 125 entreprises situées sur Président-Kennedy sondés par la CCL estiment que le changement provoquerait trop d'impacts négatifs pour eux. En effet, 85 % de ces entreprises jugent qu’il y aurait au moins un impact négatif pour elles si l’artère venait à changer de nom.

Parmi les exemples énumérés, 21 % des entrepreneurs sondés jugent qu’il y aurait un risque de confusion pour leurs clientèles (NDLR : certaines d’entre elles utilisent Kennedy dans le nom de leurs entreprises), 19 % d'entre eux déplorent qu'ils seraient obligés de changer l’ensemble de leur papeterie, 18 % notent l’obligation de faire leur changement d’adresse et 13 % mentionnent que ce changement de nom leur amènerait des frais supplémentaires.

Seulement 2 % des entreprises sondées ont fait savoir que le changement pourrait leur amener un impact positif et 13 % d'entre elles jugent qu’un changement de nom n’aurait aucun impact pour elles.

«La CCL tient à réitérer qu’elle est toujours en défaveur d’un changement de nom dû aux impacts négatifs occasionnés sur les entreprises potentiellement touchées. [...] Nous sommes en accord avec le fait de pouvoir honorer des personnalités publiques marquantes pour la communauté de Lévis. Cependant, les impacts négatifs évoqués par les entreprises situées sur la route du Président-Kennedy nous démontrent bien que de modifier le nom d’une artère commerciale aussi névralgique n’est pas la solution à privilégier», a argué Mme Morency.

Les proches de Jean Garon tiennent mordicus à cet hommage

Dans un communiqué de presse envoyé aux médias le 23 février, les proches de Jean Garon ont fait savoir qu'ils rejetaient les trois contre-propositions de la Ville de Lévis afin de rendre hommage au défunt politicien. Dans ces propositions, la municipalité n'envisageait pas de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon.

En rappelant qu'il appartient au comité de toponymie de les faire connaître s'il le désire, la famille et les amis de Jean Garon estiment que les trois contre-propositions formulées ne rencontrent pas leur souhait que le geste de commémoration soit à la hauteur de la contribution de M. Garon à l’essor de Lévis, soit lié directement à une réalisation qui porte sa signature et ait une visibilité significative. Ainsi, ils tiennent à ce que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon, la transformation de cette artère de deux à quatre voies entre Lévis et les limites de Saint-Henri étant un legs important de l'ancien élu péquiste.

Comprenant que le changement de nom ajouterait un autre souci à des entreprises qui sont déjà aux prises avec les conséquences de la crise sanitaire, les proches de Jean Garon sont cependant prêts à attendre quelques années avant que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon.

«Nous demandons à la Ville de Lévis une déclaration de principe à l’effet que la route du Président-Kennedy deviendra le boulevard Jean-Garon, dans un horizon de trois ans après la fin de la pandémie, et de mettre en place une stratégie d’appui et d’information auprès des citoyens et entreprises directement touchés. Le nom d’une artère comme Kennedy est un bien public et il appartient aux pouvoirs publics et non aux intérêts privés de décider de son utilisation pour commémorer ou non un grand personnage comme M. Garon», a déclaré Simon Bégin, porte-parole du groupe.

Les proches ont fait savoir que le président du comité de toponymie, Serge Côté, a accepté de soumettre aux autres membres du comité l'approche graduelle proposée par la famille et les amis de Jean Garon.

Notons finalement que s'ils affirment qu'ils maintiendront leur lien avec le comité de toponymie, les proches de Jean Garon réitèrent leur demande formulée à diverses reprises de rencontrer le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, «afin de pouvoir lui exposer directement les raisons de leur choix et faire appel à son leadership dans ce dossier».

Les plus lus

COVID-19 : vers un resserrement des mesures dans la région?

Face à l'importante augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 constatée en Beauce au cours des dernières semaines, le gouvernement provincial envisage de resserrer les mesures sanitaires en vigueur dans la région afin de freiner la propagation du coronavirus. C'est notamment que ce qu'a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors d'une mise à jour sur la situation pandém...

Lehouillier se lance dans «l’élection de trop», selon RL

Repensons Lévis (RL) a réagi, le 9 avril, à l’annonce du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui a confirmé son intention d’obtenir un troisième mandat à la tête de Lévis en novembre prochain. Selon RL, la population lévisienne doit «tourner la page sur l’ère Lehouillier» et estime que le premier citoyen de Lévis s’engage dans «une élection de trop».

Boulevard Jean-Garon : les proches de l'ancien élu ne discuteront plus avec l'administration Lehouillier

Par voie de communiqué, la famille et les amis de Jean Garon ont réagi, le 14 avril, aux déclarations du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en ce qui a trait à leur demande de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon afin d'honorer la mémoire de l'ancien maire et député de Lévis. Devant le refus de l'administration Lehouillier de considérer leur souhait, le groupe ne discute...

Repensons Lévis à la recherche de candidats

Le nouveau parti politique municipal lévisien, Repensons Lévis, a annoncé l’ouverture des candidatures dans les 14 districts vacants de son parti. Ce dernier invite les citoyens à soumettre leur intérêt pour le poste de candidat à titre de conseiller municipal dans l’un de ces districts pour les prochaines élections prévues cet automne.

Poules urbaines : le conseil municipal va de l’avant avec le projet

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé le dépôt d’un nouveau règlement venant encadrer l’implantation de poulaillers domestiques lors d’une conférence de presse, le 29 mars. Cette demande citoyenne était récurrente depuis l’automne dernier.

COVID-19 : le maire de Lévis reçoit une première dose de vaccin

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a reçu la première dose d'un vaccin contre la COVID-19, cet après-midi au centre de vaccination massif de Lévis.

Un budget somme toute satisfaisant pour la région

À la suite des différentes annonces faites concernant le budget provincial déposé le 25 mars dernier, plusieurs acteurs lévisiens ont exposé leur point de vue quant à l’exercice budgétaire annuel du gouvernement. Pour la plupart d’entre eux, ces annonces sont «un pas dans la bonne direction».

Une action de QS à Lévis contre le projet GNL Québec

Une dizaine de militants de Québec solidaire (QS) Chaudière-Appalaches ont déployé une bannière contre le projet GNL Québec, le 14 mars, au-dessus de l’autoroute 20 à la hauteur du viaduc de Saint-Rédempteur. L’opération était menée en simultané dans 14 villes du Québec.

Abolition du sifflet de train à Charny : la Ville étend le périmètre d’étude

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 18 mars, qu’elle agrandit le périmètre d’étude dans le cadre de son projet d’abolition du sifflet de train aux passages à niveau à Charny. La municipalité se penchera également sur la possibilité que les trains cessent de siffler lorsqu’ils emprunteront la traverse située sur l’avenue des Générations.

Troisième lien : Lehouillier rencontre Legault

À la sortie d’une rencontre avec le premier ministre du Québec, François Legault, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a indiqué, le 31 mars dernier, que le gouvernement lui a réitéré sa ferme intention d'amorcer le projet du tunnel Québec-Lévis avant les prochaines élections provinciales prévues pour 2022.