Charles-Olivier Roy a modélisé une ébauche de ce à quoi la vue de chez lui pourrait ressembler si le projet de remplacement des Scies Mercier était réalisé. (Photo 1 : après. Photo 2 : avant.) - CRÉDIT : CHARLES-OLIVIER ROY

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Olivier Roy sollicite les citoyens à s’opposer à ce projet qui «changera le cœur du Vieux-Lévis».

Celui dont la famille possède depuis près de 150 ans les terrains voisins des Scies Mercier a modélisé, selon les barèmes établis par les promoteurs, ce à quoi pourrait ressembler l’immeuble si le projet se concrétisait. Pour Charles-Olivier Roy, qui a une expertise dans le domaine de la modélisation et qui modélisé la statue du chevalier de Lévis qui s’élève sur la terrasse située dans le Vieux-Lévis, le projet de remplacement des Scies Mercier cachera entièrement la vue des voisins et ne s’harmonisera pas au style du vieux quartier lévisien.

«Il y a, oui, notre intérêt personnel dans cet enjeu, mais il se conjugue très facilement avec l’intérêt de tous les citoyens de la ville de Lévis et tous ceux qui visitent le cœur du Vieux-Lévis pour profiter de ce secteur. Si on perd ce combat-là, tout le monde va perdre», expose-t-il.

Le Lévisien souligne que les propriétaires du terrain et du bâtiment qui abritaient autrefois les Scies Mercier ont laissé l’immeuble «tomber en ruines». Selon lui, les plans du projet qui ont été présentés à la Ville sont «trompe-l’œil», c’est ce qui l’a poussé à faire une modélisation de son cru du projet et l’a intégré dans les images satellites de Google Earth pour montrer une tout autre perspective.

Ajoutons que M. Roy comprend que la réfection du bâtiment serait onéreuse, mais il soutient qu’un projet de remplacement public comme un parc serait bien plus approprié.

Une adoption de règlement qui inquiète

Pour le voisin des Scies Mercier, une autre problématique ressort de ce dossier puisqu’un règlement a été adopté par le conseil municipal concernant le règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) – volet patrimonial. Ce règlement en vigueur depuis mars 2020 indique que si un bâtiment de grande valeur patrimoniale est démoli en raison d’un sinistre ou d’une demande de démolition autorisée par la Ville, son terrain perd sa vocation de grande valeur patrimoniale et n’est donc plus soumis aux règlements entourant le volet patrimonial lors de la construction d’un projet de remplacement.

«La Ville ouvre grand la porte à un changement radical dans le Vieux-Lévis. On pourrait voir des choses incroyables apparaître à côté du couvent de Lévis, on pourrait voir des condos ultras modernes à côté de L’Anglicane et ainsi de suite», s’inquiète M. Roy.

La Ville suit les processus établis

Questionné à ce propos lors d’une mêlée de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier a souligné qu’il était «un peu prématuré» pour le conseil municipal de prendre position puisqu’il n’a pas encore été «saisi du dossier» comme le comité désigné à ce projet y travaille toujours, conformément au processus à respecter.

De son côté, la direction des communications de la Ville de Lévis a mentionné dans un échange de courriels avec le Journal que «le comité de démolition doit, entre autres, évaluer le projet en fonction des critères énumérés à l’article 13 du règlement, dont l’harmonisation du bâtiment et de l’aménagement dans le voisinage ainsi que l’effet du bâtiment et de l’aménagement sur la qualité de vie du voisinage» et que «les élévations et des simulations visuelles ont été fournies par les requérants dans leur demande».

Concernant la modification à la règlementation, la direction des communications soutient qu’un terrain vacant ne possède pas de valeur patrimoniale en fonction de ce règlement. «Donc, si un bâtiment disparait en fonction d’un sinistre (incendie, effondrement, etc.) ou d’une démolition autorisée, il n’y a plus de valeur patrimoniale puisqu’il n’y a plus de bâtiment. Une valeur patrimoniale d’un bâtiment n’est pas transférable à son terrain», a spécifié la Ville. Cette dernière indique finalement qu’«un terrain peut évidemment avoir une valeur paysagère, une valeur de localisation, une valeur historique et archéologique», mais qu’il ne faut pas le confondre ces éléments avec ceux reliés à la valeur patrimoniale d’un bâtiment.

Les plus lus

La Chaudière-Appalaches encore en zone orange la semaine prochaine?

Si le gouvernement provincial désire que la Chaudière-Appalaches passe en zone jaune (palier de préalerte) lundi prochain, la région pourrait être la seule du Québec à demeurer lundi prochain en zone orange, en raison de sa situation épidémiologique.

La Ville crée une nouvelle direction pour la sécurité dans ses rues

La Ville de Lévis en est à l’élaboration d’une nouvelle direction des transports et de la mobilité durable au sein de son administration, a annoncé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le 27 mai dernier. Cette nouvelle branche administrative de la Ville aura comme premier mandat d’entreprendre un chantier sur la sécurité dans les rues résidentielles et la fluidité de la circulation sur l’ensembl...

Démolition de l’ancien hôtel Victoria refusée, le dossier des Scies Mercier bientôt étudié

Lors de la séance du 25 mai du conseil municipal de la Ville de Lévis, les échevins se sont penchés sur deux dossiers précédemment étudiés par le comité de démolition qui ont fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois : les demandes pour démolir l’ancien hôtel Victoria (5204-5224, rue Saint-Laurent) et le bâtiment ayant accueilli les Scies Mercier (220, rue Napoléon-Mercier).

Lévis Force 10 dévoile son équipe

Le maire de Lévis et chef du parti politique municipal Lévis Force 10 – Équipe Lehouillier, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 4 juin, les candidats qui composeront son équipe lors de la prochaine élection municipale prévue à l’automne. 12 des 15 échevins qui composent actuellement le conseil municipal seront de retour afin de solliciter un autre mandat tandis que trois nouveaux visages bien connus...

Surchauffe immobilière : Québec met en place des mesures de protection

«Afin de maintenir la capacité des ménages d'effectuer leurs versements hypothécaires en cas de modifications de la conjoncture économique et d'éviter qu'ils se placent dans une situation d'endettement excessif», l'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé le 21 mai dernier qu'à compter du 1er juin, le nouveau taux admissible applicable aux prêts hypothécaires résidentiels non assurés sera l...

Repensons Lévis fait une place aux jeunes

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a annoncé, le 8 juin, qu'il crée une aile jeunesse, Relève RL.

Une première candidate pour Repensons Lévis

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a dévoilé, le 4 juin, l'identité du quatrième membre qui défendra ses couleurs lors des prochaines élections municipales. En novembre prochain, Liz-Ann Picard tentera de devenir la conseillère municipale du district Lauzon. Il s'agit de la première femme à être officiellement candidate pour RL.

Un homme d’affaires défendra les couleurs de RL dans Taniata

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a annoncé, le 28 mai, que l’homme d’affaires Sébastien Arsenault sera son candidat au poste de conseiller dans le district Taniata (Saint-Jean-Chrysostome) lors des prochaines élections municipales à Lévis en novembre prochain.

Des projets lévisiens appuyés par Québec

C’est le 17 juin dernier que la pelletée de terre marquant le début des travaux de réaménagement du parc de l’Anse-Benson à Saint-Romuald d’une durée de deux ans a été effectuée. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que Geneviève Guilbault, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, en ont profité pour annoncer deux autres nouveaux investissements de Québec sur le territoi...

Un sixième candidat pour Repensons Lévis

Daniel Saindon (sur la photo) portera les couleurs de Repensons Lévis (RL) afin de devenir conseiller municipal du district Charny lors des prochaines élections municipales, en novembre prochain. La formation a dévoilé l’identité du rival de Karine Lavertu, conseillère actuelle et candidate de Lévis Force 10 – Équipe Lehouillier, le 18 juin dernier.