Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Photo : Courtoisie

À une époque pas si lointaine, les femmes, bien que certaines se trouvaient au sommet de la monarchie, avaient rarement le pouvoir sur leur destin. Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue est le premier roman d’une duologie publié en mars dernier par la Lévisienne Arianne T. Lessard qui relate ce pan de l’histoire.

«Dans un point de vue sociologique, c’est la place de la femme au Moyen-Âge. Une reine dont le roi meurt qui n’a pas d’enfant, elle se voit perdre tous ses pouvoir. Je suis une fan d’histoire. C’était cette problématique là que je voulais souligner. Que même si elle avait été reine, qui est le poste le plus haut qu’une femme pouvait aspirer, elle n’avait pas de pouvoir propre», explique l’autrice.

Pour aborder ce thème qui l’inspirait, Arianne T. Lessard propose aux lecteurs de suivre l’histoire de Félicie. Quelques semaines après avoir été couronnée reine de Nérydia, cette dernière se retrouve subitement sans titre ni argent. Dépourvue de fils héritier pour monter sur le trône, c’est Ferdinand, le jeune frère de son défunt mari sur qui elle a promis de veiller, qui sera destiné à devenir roi.

Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Avec Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue, Arianne T. Lessard veut également montrer le courage pour refaire sa vie qui habite Félicie alors qu’elle perd presque tout.

Une muse appelée l’histoire

L’histoire de la reine déchue mijote depuis un moment dans la tête de l’auteure. Amatrice d’histoire, de voyage et de châteaux, Arianne T. Lessard a visité une multitude de ces résidences de la royauté lors de ses voyages aux quatre coins de l’Europe, des lieux qui lui ont inspiré les aventures de Félicie. L’autrice considère même que si Le Bouclier et l’Olivier devait prendre place dans un lieu réel, ce serait en Espagne, à l’époque où son territoire était morcelé après la conquête musulmane.

«Accompagnée d’un guide, je peux passer des heures à l’écouter et à visiter les différentes pièces d’un château», mentionne l’autrice lévisienne.

D’ailleurs, Arianne T. Lessard estime que les lecteurs qui ont aimé les séries historiques ou celles mettant en vedette le Moyen-Âge, telles que Les Chevaliers d’Émeraude, Outlander ou Le Chardon et le Tartan, sauront y trouver leur compte avec Le Bouclier et l’Olivier.

Écrire, écrire, encore écrire

Également, le projet littéraire d’Arianne T. Lessard est né en raison de sa grande passion pour l’écriture. Lorsqu’elle était élève au secondaire, l’une de ses amies rédigeait sur un forum d’histoire collaborative. Chaque personne pouvait soit y créer le début d’un récit, soit continuer celui qu’une ou d’autres personnes avaient déjà entamé. Au fil du temps, le forum s’est mis à occuper toutes les soirées de la jeune Arianne.

«J’étais vraiment une personne introvertie et c’était mon échappatoire pendant quelques années. Ensuite, c’est devenu malsain. Je préférais l’univers de mes romans plutôt que la vraie vie. Mais une fois au cégep, j’ai rencontré des personnes comme moi, puis après l’université j’ai eu plus de temps pour rédiger mes propres histoires», confie-t-elle.

C’est donc en 2019, après avoir complété une première série, que «son personnage (Félicie) l’a pris par la main» et que le récit a pris vie. D’ailleurs, elle possède déjà des pistes d’inspiration pour ses prochains livres.

Suite du roman

Le deuxième livre a été plus difficile à écrire pour l’autrice qui, contrairement à une trilogie, doit ficeler les éléments de son récit à l’intérieur de deux romans. «Le premier tome raconte l’histoire d’un personnage qui représente le Bouclier alors que le second tome raconte celle d’un personnage qui représente l’Olivier. Le personnage du second tome est plus difficile à cerner sur certaines choses, mais selon moi, en six mois je devrais arriver à quelque chose», illustre Mme T. Lessard.

Le deuxième et dernier roman de la série est prévu pour l’année prochaine. D’ici là, le premier est disponible dans les librairies.

Pour plus d’information, consultez le www.arianelessardauteure.com.

Les plus lus

Invitation à la nostalgie au quai Paquet

C’est vendredi prochain que la série d’activités présentée cet été au quai Paquet sera lancée avec un spectacle d’ouverture. Avec la contribution de plusieurs artistes locaux ou originaires de Lévis, les organisateurs de l’événement offriront aux spectateurs un voyage pour revivre les moments marquants de la scène culturelle lévisienne des 10 dernières années.

Une première réussie pour le Club photo de Lévis

Pour la première fois de son histoire, le Club photo de Lévis a soumis des photos au Défi interclubs Mongeon-Pépin (DIMG) de la Société de promotion de la photographie du Québec (SPPQ). Ce nouveau défi a été une réussite pour l’organisme lévisien qui a terminé au huitième rang.

Des projets plein la tête pour Diffusion culturelle de Lévis

À la tête de Diffusion culturelle de Lévis depuis bientôt un an, Jacques Leblanc a lancé sa première programmation de L’Anglicane le 25 mai dernier. Entre classiques et nouveautés, le directeur général et artistique veut séduire les spectateurs de tout âge et accroître le rayonnement de la salle.

Grands Feux Loto-Québec : la programmation révélée

Les thématiques officielles de la 26e édition des Grands Feux Loto-Québec ont été dévoilées le 14 juin, lors d’un point de presse au Terminal de croisière à Québec. Les divers spectacles de feux d’artifice seront bel et bien visibles à Lévis depuis le quai Paquet à partir du 21 juillet.

Une comédie savoureuse au menu du VBP cet été

Cet été, prenez place à une table de l’El Dorado Snack-Bar. Dès le 7 juillet, le théâtre est de retour au Vieux Bureau de Poste avec une comédie savoureuse et réjouissante de Marie-Thérèse Quinton servie par les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec.

Les Beaux Dimanches en musique reviennent à Charny le 26 juin

Après deux années de silence obligé, les Beaux Dimanches en musique seront de retour à l'Église de Charny jusqu’au 21 août.

Tout pour créer librement à la Ruche d’art du Filon

À la Ruche d’art du Filon, les participants laissent aller leur inspiration. Le temps d’un après-midi, un espace de liberté et de rencontre se forme et donne à chacun la possibilité d’exprimer sa créativité.

Un été à rêver et découvrir à la Maison Fréchette

La saison estivale de la Maison natale de Louis Fréchette démarrera le 16 juin avec une exposition historique soulignant les 30 ans de son ouverture au public. La programmation se poursuivra avec des rendez-vous festifs, musicaux et contés pour petits et grands.

Un chœur qui bat toujours

Après deux ans de pandémie, le Chœur du Monde bat toujours. Les choristes donneront un joyeux et bref concert, le 12 juin à 14h30 au quai Paquet à Lévis.

Le Chœur du Monde accueille le Leuvens Meisjeskoor

Le Leuvens Meisjeskoor, Chœur des jeunes filles de Louvain, sera de passage à Lévis lors de sa tournée canadienne. Les choristes lévisiens et belges se retrouveront pour un concert au Juvénat Notre-Dame, le 3 juillet.