Les visiteurs peuvent interagir avec la carte. Photo : Jean Richard

Cet été à la Maison natale de Louis Fréchette, partez à la découverte de l’univers surprenant et fascinant de L’Île inventée. Ce projet artistique franco-québécois est présenté dans le cadre d’une exposition immersive et d’installations sonores.

En entrant dans l’univers fantastico-littéraire de L’Île inventée, le public découvre une communauté étrangement symbiotique d’humains et de plantes. Alimentée par l’énergie des émotions, cette société est entièrement basée sur la parole et le conte.

«Si vous avez décidé d’y croire, vous allez rentrer dans cette histoire de L’Île inventée. C’est une île sur laquelle il y a des hybridations botaniques étonnantes et de l’archéologie sonore, c’est-à-dire des bulles qui permettent de stocker des sons et de les utiliser pour transmettre de la mémoire, créer une mémoire collective», a présenté Jérôme Fihey, directeur artistique de l’association Arkham sur Loire, et l’un des co-créateurs avec notamment Maxime Labat et Yves Doyon de Rhizome, lors du lancement de l’exposition.

Fruit d’une collaboration entre Rhizome à Québec et Arkham sur Loire à Nantes, cette exposition immersive présentée à la Maison natale de Louis Fréchette se déploie tel un vaste territoire narratif à explorer.

Cartes, illustrations, enregistrements audio et divers artefacts rapportés de l’Île par des archéologues intrépides ponctuent ce voyage et invitent le visiteur à s’imprégner de ce monde enchanteur, comme s’il y était.

Micro-société aujourd’hui disparue, L’Île inventée dévoile ses vestiges, témoins d’une civilisation construite sur une utopie. «Comme le dit Christiane Vadnais (autrice de L’Île inventée), l’utopie, c’est le désir, le mouvement, c’est un courant de fond. On a donc essayé de créer un récit qui va créer ce mouvement et ce désir vers des mondes plus fluides et écologiques, mais surtout qui vont stimuler votre imaginaire au maximum», a partagé Jérôme Fihey.

Merveilleux, ce récit met en scène de nouvelles manières de voir les sociétés humaines et leurs écosystèmes et propose d’autres visions du monde portées par les personnages. Pendant une centaine d’années, la communauté de L’Île inventée s’est développée sur les bases du XIXe siècle, puis a évoluée totalement à l’écart.

Une carte interactive

Clou de l’exposition, une carte interactive est installée dans le sous-sol de la Maison Fréchette. Conçue par Jérôme Maillet et Peio, l’installation a été animée par l’artiste numérique français Laurent La Torpille. En posant son doigt dessus, le visiteur active des univers sonores et visuels générés en temps réel.

«Plus on laisse sa main longtemps, plus on est connecté à cet espace, plus il se génère et se déforme, explique l’artiste. La machine derrière, ce sont des codes que j’ai écrits et qui permettent de générer des images qui n’existent pas et font appellent à notre poésie et notre imaginaire. On a l’impression qu’on voit la mer ou une île. Peut-être que ce n’est pas ça l’origine de l’image, mais ce qui est important, c’est ce à quoi ça fait appel chez nous. C’est la même chose pour le son, généré par des algorithmes capables de composer la musique.»

«L’idée, c’était de ne pas avoir de bouton, de ne pas faire de clic ou de on/off, mais plutôt d’avoir une connexion avec la carte. Ce sont des clous de tapissier en cuivre, qui sont donc très conducteurs. Avec l’énergie qu’on dégage, nous nous connectons avec la carte. Quand on la touche, on fait une connexion électrique entre nous et le programme qui va, à ce moment-là, générer un territoire.»

Des sculptures dans les jardins

En complément de l’exposition, les jardins littéraires de la Maison natale de Louis Fréchette accueillent trois installations sonores. Chacune de ces œuvres reflète l’approche artistique de trois sculpteurs, José Luis Torres, Magalie Huot-Hébert et Olivier Moisan.

Ces installations permettent d’écouter des extraits des contes créés spécifiquement dans le cadre l’exposition L’île inventée. Une immersion totale dans des mondes imaginaires et surprenants où les mots deviennent sons.

Exposition, installations sonores extérieures, livres, contes, balado, L’Île inventée est une aventure transmédia et transatlantique imaginée et développée entre trois villes : Nantes, Québec et Lévis. Une émission de radio, diffusée les mardis, de 16h à 17h sur CKIA FM 88.3, présente les acteurs de ce projet de grande envergure.

L’Île inventée, à la Maison natale de Louis Fréchette, située 4385, rue Saint-Laurent à Lévis. L’exposition est ouverte de 10h30 à 16h30, du mardi au dimanche, jusqu’au 28 août. Informations au www.maisonfrechette.com.

Les plus lus

Critique - Une comédie à savourer sans retenue au VBP

Cet été, on se régale à l’El Dorado Snack-bar. Jusqu’au 27 août, le théâtre s’installe au Vieux Bureau de Poste (VBP) pour sa 18e saison avec une comédie savoureuse et réjouissante de Marie-Thérèse Quinton servie par les finissants du Conservatoire d’artdramatique de Québec.

Soutenir les premiers pas d’une réalisatrice en devenir

Scénariste et réalisatrice d’origine française installée à Lévis depuis quatre ans, Albane Fanny prépare La Muse, un court-métrage qui sera tourné cet été dans la région, dont certaines scènes à Lévis. Pour réaliser ce projet très personnel, la cinéaste se tourne vers la générosité du public en menant une campagne de sociofinancement.

Christopher Bard, un artiste pop rock à découvrir

Le Lévisien Christopher Bard a récemment sorti une nouvelle chanson, Time Travel Machine. L’auteur-compositeur et multi-instrumentiste, de 22 ans, sera aussi l’un des artistes à l’affiche du spectacle Surface, présenté par la Ville de Lévis au quai Paquet les 21, 22 et 23 juillet.

Coeur de Pirate et The Strumbellas complètent la programmation de Festivent

Par voie de communiqué, Festivent a annoncé, le 20 juillet, l'identité des artistes qui monteront sur sa scène principale, au parc Champigny de Saint-Jean-Chrysostome, le samedi 6 août. C'est l'autrice-compositrice-interprète québécoise Coeur de Pirate et le groupe rock ontarien The Strumbellas qui seront à l'honneur lors de cette soirée.

Un roman initiatique pour dépasser ses peurs

L’autrice lévisienne Mélanie Massouty a publié son premier roman La Dame du lac, aux éditions Deuxième Dimension, en juin dernier. Dans ce conte métaphorique et initiatique, elle explore la puissance de la pensée qui permet de découvrir qui nous sommes et se retrouver.

Expo : une Île inventée à la Maison Fréchette

Cet été à la Maison natale de Louis Fréchette, partez à la découverte de l’univers surprenant et fascinant de L’Île inventée. Ce projet artistique franco-québécois est présenté dans le cadre d’une exposition immersive et d’installations sonores.

Mathieu Lef Bouchard à Regart

Originaire de Saint-Romuald, Mathieu Lef Bouchard expose ses œuvres aux côtés de celles de l’artiste de Chicoutimi, Ysé Raoux, à l’Autre Gare jusqu’au 21 août, dans le cadre du projet Création Duo Diffusion. C’est une initiative du Centre d’artistes en art actuel Sagamie, situé à Alma dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à laquelle le centre de Lévis, Regart, participe.

Cage The Elephant enflamme la piste de danse du Festivent

C’est le groupe rock américain, Cage The Elephant, qui foulait les planches de la scène Loto-Québec située au parc Champigny dans le cadre de la deuxième soirée du Festivent de Lévis, le 4 août. Le groupe de musique a fait danser, chanter et hurler la foule tout au long de la soirée alors qu’il a offert une performance haute en couleur et électrisante.

Humour et légèreté au théâtre d’été à Beaumont-Saint-Michel

Jusqu’au 13 août, le Théâtre Beaumont-Saint-Michel présente Une heure de tranquillité, de Florian Zeller. Comédie colorée, la pièce met en vedette Carl Béchard, Éric Cabana, Caroline Dardenne, Isabelle Drainville, Denis Marchand et Gabriel Simard.

Les Matinées classiques bientôt de retour

La prochaine édition des Matinées classiques sera lancée le 31 juillet prochain. La mouture 2022 de cette série de concerts gratuits sera bonifiée par la présentation d'activités en marge de l'événement.