La Lévisienne d’adoption Albane Fanny a écrit le scénario de La Muse. Photo : Luis Dion-Dussault

Scénariste et réalisatrice d’origine française installée à Lévis depuis quatre ans, Albane Fanny prépare La Muse, un court-métrage qui sera tourné cet été dans la région, dont certaines scènes à Lévis. Pour réaliser ce projet très personnel, la cinéaste se tourne vers la générosité du public en menant une campagne de sociofinancement.

L’histoire de La Muse trottait dans sa tête depuis des années. Artiste peintre en panne d’inspiration et qui traverse une crise existentielle, Léo rencontre Sybille, une jeune femme mystérieuse qui lui redonne espoir. «Elle est aussi très amoureuse de lui, mais c’est une relation éphémère. C’est ce qui lui donne toute son intensité», présente la réalisatrice Albane Fanny, captivée par ces relations fugaces «qui peuvent se terminer».

C’est dans le moment de la séparation des personnages qu’est née l’inspiration de la scénariste. «J’ai tout de suite vu la détresse de l’un, l’autre qui essaie de garder le contrôle et qui finalement est aussi peiné de devoir se séparer. Finalement, j’ai voulu revenir au début de l’histoire pour comprendre comment l’un et l’autre sont dans un tel état», explique-t-elle.

Mettre en image 

D’abord roman, La Muse a pris forme dans l’imagination d’Albane Fanny pour devenir un film. Alors que ses lecteurs lui parlaient de son écriture très visuelle, c’est tout naturellement qu’elle a choisi de passer des mots aux images. «Au départ, c’est dans ma tête et maintenant les autres peuvent voir ce que je me suis imaginée. Le processus complet, partir d’une idée vers un rendu final physique, je trouve ça génial», se réjouit la réalisatrice.

Attirée par le cinéma, Albane Fanny a concrétisé son rêve en arrivant au Québec il y a quatre ans lorsqu’elle a découvert Kinö Québec, un rassemblement de vidéastes et cinéastes de la région de Québec qui encourage la création et la diffusion de films. «En voyant Kinö, je me suis dit que c’était possible d’apprendre de toi-même avec des gens qui ont un peu plus d’expérience, même si on n’était pas du tout du métier, et gravir les échelons. Ça m’a vraiment plu», partage-t-elle.

En participant à plusieurs projets soutenus par l’organisme et conduits par des passionnées, elle a appris les ficelles du métier. Elle a ainsi participé à la création d’une dizaine de court-métrages, dont certains comme scénariste et réalisatrice.

«J’ai touché au poste de réalisatrice. Être cheffe d’équipe et mener le lead, ça m’a vraiment beaucoup plu», poursuit Albane Fanny. Après son premier tournage, elle sait que c’est ce qu’elle veut vraiment faire.

Se professionnaliser

Aujourd’hui à une étape charnière de sa carrière, elle a voulu ce film «plus professionnel» que ses autres créations. «Mais je ne suis pas encore au stade d’avoir une maison de production qui prend en charge les dépenses. Donc, c’est beaucoup d’autofinancement. J’ai économisé, ce qui permet déjà de faire les premières démarches», souligne la cinéaste.

Pour passer de l’idée de La Muse au film, il faudra payer la location des équipements, les lieux de tournages, les assurances, le transport, la nourriture, les décors, les costumes et les accessoires. Ce sont ces dépenses que couvrira le budget de 10 000 $, dont 2 500 $ seront issus d’une campagne de sociofinancement sur La Ruche. Autour d’elle, Albane Fanny a réuni une équipe entièrement bénévole qui donnera vie à ce premier projet personnel.

D’une quinzaine de minutes, le court-métrage sera tourné les 30-31 juillet et début septembre. Pendant, ces quelques jours de tournage, ce sont de 8 à 10 personnes dans l’équipe technique qui seront à l’œuvre, de 5 à 6 acteurs ainsi que 20 à 30 figurants.

Albane Fanny prévoit de finir le montage de La Muse pour le 1er novembre, afin de le présenter à la sélection du Festival international du court métrage au Saguenay, Regard, l’un des principaux festivals de films courts en Amérique du Nord.

Pour soutenir le projet : laruchequebec.com/fr/projet/court-metrage-la-muse. Vous pouvez suivre le travail de la cinéaste sur sa chaîne YouTube Albane Fanny.

Les plus lus

Critique - Une comédie à savourer sans retenue au VBP

Cet été, on se régale à l’El Dorado Snack-bar. Jusqu’au 27 août, le théâtre s’installe au Vieux Bureau de Poste (VBP) pour sa 18e saison avec une comédie savoureuse et réjouissante de Marie-Thérèse Quinton servie par les finissants du Conservatoire d’artdramatique de Québec.

Soutenir les premiers pas d’une réalisatrice en devenir

Scénariste et réalisatrice d’origine française installée à Lévis depuis quatre ans, Albane Fanny prépare La Muse, un court-métrage qui sera tourné cet été dans la région, dont certaines scènes à Lévis. Pour réaliser ce projet très personnel, la cinéaste se tourne vers la générosité du public en menant une campagne de sociofinancement.

Christopher Bard, un artiste pop rock à découvrir

Le Lévisien Christopher Bard a récemment sorti une nouvelle chanson, Time Travel Machine. L’auteur-compositeur et multi-instrumentiste, de 22 ans, sera aussi l’un des artistes à l’affiche du spectacle Surface, présenté par la Ville de Lévis au quai Paquet les 21, 22 et 23 juillet.

Coeur de Pirate et The Strumbellas complètent la programmation de Festivent

Par voie de communiqué, Festivent a annoncé, le 20 juillet, l'identité des artistes qui monteront sur sa scène principale, au parc Champigny de Saint-Jean-Chrysostome, le samedi 6 août. C'est l'autrice-compositrice-interprète québécoise Coeur de Pirate et le groupe rock ontarien The Strumbellas qui seront à l'honneur lors de cette soirée.

Un roman initiatique pour dépasser ses peurs

L’autrice lévisienne Mélanie Massouty a publié son premier roman La Dame du lac, aux éditions Deuxième Dimension, en juin dernier. Dans ce conte métaphorique et initiatique, elle explore la puissance de la pensée qui permet de découvrir qui nous sommes et se retrouver.

Expo : une Île inventée à la Maison Fréchette

Cet été à la Maison natale de Louis Fréchette, partez à la découverte de l’univers surprenant et fascinant de L’Île inventée. Ce projet artistique franco-québécois est présenté dans le cadre d’une exposition immersive et d’installations sonores.

Mathieu Lef Bouchard à Regart

Originaire de Saint-Romuald, Mathieu Lef Bouchard expose ses œuvres aux côtés de celles de l’artiste de Chicoutimi, Ysé Raoux, à l’Autre Gare jusqu’au 21 août, dans le cadre du projet Création Duo Diffusion. C’est une initiative du Centre d’artistes en art actuel Sagamie, situé à Alma dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à laquelle le centre de Lévis, Regart, participe.

Cage The Elephant enflamme la piste de danse du Festivent

C’est le groupe rock américain, Cage The Elephant, qui foulait les planches de la scène Loto-Québec située au parc Champigny dans le cadre de la deuxième soirée du Festivent de Lévis, le 4 août. Le groupe de musique a fait danser, chanter et hurler la foule tout au long de la soirée alors qu’il a offert une performance haute en couleur et électrisante.

Humour et légèreté au théâtre d’été à Beaumont-Saint-Michel

Jusqu’au 13 août, le Théâtre Beaumont-Saint-Michel présente Une heure de tranquillité, de Florian Zeller. Comédie colorée, la pièce met en vedette Carl Béchard, Éric Cabana, Caroline Dardenne, Isabelle Drainville, Denis Marchand et Gabriel Simard.

Les Matinées classiques bientôt de retour

La prochaine édition des Matinées classiques sera lancée le 31 juillet prochain. La mouture 2022 de cette série de concerts gratuits sera bonifiée par la présentation d'activités en marge de l'événement.