CRÉDIT : COURTOISIE

Comme il en a pris l’habitude depuis quelques années, le Lévisien Raymond Dionne nous offre encore une fois un récit de Noël «entièrement authentique», seul le nom du personnage étant fictif. Voici donc cette nouvelle aventure.

Par Raymond Dionne - Collaboration spéciale

En déménageant avec sa famille dans un nouveau quartier, Jeannot Lelièvre avait dû, avec beaucoup de regrets, faire ses adieux à ses amis d’enfance.

N’ayant plus personne avec qui dépenser son surplus d’énergie, il se défoula sur ses sœurs, qu’il prenait plaisir à taquiner. Celles-ci, gémissant et pleurant, se plaignirent à leurs parents, qui finirent par envoyer fiston au pensionnat. La pilule était très difficile à avaler, lui qui adorait gambader dans les rues de la ville.

Arrivent les vacances de Noël. Son retour à la maison ne soulève aucune vague; l’accueil est plutôt glacial, au propre comme au figuré. Il se dépêche donc de se rendre à l’église paroissiale pour la messe de minuit. Il y trouve une ambiance chaleureuse; les cantiques lui rappellent les jours heureux d’un temps pas si lointain.

Il prolonge sa méditation dans la nuit polaire, en faisant un long détour dans la neige immaculée qui lui fouette doucement le visage… Avant de rentrer finalement à la maison, le cœur encore rempli d’appréhension.

On avait commencé à réveillonner sans lui. Un peu fatigué après sa longue marche, il savoura, en silence, les bons petits plats qu’on lui servait. L’une de ses sœurs, qui avait remarqué la rougeur sur son visage, lui demanda, à brûle-pourpoint, si c’était dû à la gêne.

«Ça doit être à cause de l’air froid de l’extérieur», répondit-il, comme pour détourner la conversation. «On va te réchauffer, mon petit frère», dit-elle, pendant que les autres, le regard complice, le sourire en coin et la mine réjouie, acquiesçaient d’un signe de tête.

Jeannot n’avait pas besoin qu’on lui fasse un dessin pour comprendre que la magie de Noël, telle une bouffée de chaleur, venait de faire fondre la glace. En même temps qu’il voulait pleurer à chaudes larmes, il ressentait une immense joie envahir tout son être.

Ragaillardi par ces joyeuses retrouvailles, il retourna à ses études avec plus d’entrain que jamais, et réussit brillamment son année scolaire, en remerciant l’enfant de la crèche d’avoir exaucé son humble prière.

Les plus lus

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Patrice Michaud sans accroc au Festivent

C’est un Patrice Michaud solide accompagné de ses musiciens qu’ont accueilli à bras ouverts les festivaliers du Festivent Ville de Lévis sur la scène Hydro-Québec, hier soir. L’auteur-compositeur-interprète a offert une prestation complètement folle à la foule nombreuse.

Un succès pour la 37e édition du Festivent

Le Festivent Ville de Lévis a conclu ses festivités le 4 août dernier, celles-ci avaient débuté le 31 juillet. Le festival de Saint-Jean-Chrysostome comptait parmi ses têtes d’affiche Weezer, les Cowboys Fringants et Sean Paul pour ne nommer que ceux-là.

Festivent : Le bal est ouvert avec Smash Mouth

Après avoir fracassé des records d’affluence en 2018, les attentes étaient élevées en cette première soirée de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis, le mercredi 31 août. C’est la formation californienne Smash Mouth qui avait la tâche ardue de performer en premier sur la toute nouvelle scène Loto-Québec.

Festivent : Effervescence musicale signée Gregory Charles

Le dernier invité à fouler les planches de la scène Hydro-Québec pour l’édition 2019 du festival était nul autre que le généreux Gregory Charles. Le virtuose, entouré d’une équipe de six musiciens, a mis le feu à la place en laissant libre cours à la musique.

La Chicane rallume la flamme

Le public n’a pas boudé les retrouvailles, bien au contraire, avec le groupe qui a marqué le rock québécois des années 1990, jusqu’au milieu des années 2000. De passage sur la scène Hydro-Québec du Festivent vendredi soir, La Chicane a offert une prestation enlevée et touchante à la foule qui n’avait rien oublié des paroles de ses plus grands succès.

Weezer et sa performance impeccable

Le parc Champigny était bien plein hier soir lorsque la tête d’affiche de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis s’est présentée sur la scène Loto-Québec. Weezer s’est organisé pour offrir une performance sans flafla à la hauteur de sa renommée.

Ça jazze à Lévis avec des spectacles hauts en couleur

Le Festival Jazz etcetera, qui a débuté hier soir, fait vibrer les rues du Vieux-Lévis jusqu’à dimanche, pour une treizième année consécutive. En ouverture, Roxanne Burns and the Gentlemen, Daniel Thouin et la Lévisienne Carmen Genest, accompagnée de Joël Thibault and the Outsiders, se sont succédés sur les deux scènes.