CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Alors que le printemps déploie ses ailes, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSL) mettra à l’avant plan de jeunes pousses prometteuses lors de son dernier concert de la saison 2018-2019, le 26 mai prochain dès 13h15 à l’Espace symphonique de Lévis. Fraîchement diplômés du Conservatoire de musique de Québec, le hautboïste Jean-Sébastien Blais et la soprano Evelyne Larochelle interprèteront les solos du spectacle Les grands interprètes de demain.

«Cette année, nous avons décidé de donner une tribune à deux musiciens prometteurs. Jean-Sébastien vient d’avoir sa maîtrise en hautbois et il a longtemps été notre premier hautbois à l’OSL. C’est un peu comme s’il revenait à la maison. Quant à elle, Evelyne, diplômée du Conservatoire l’an dernier, a suivi depuis des cours de maître et étudié à New York. Sa carrière est en pleine lancée, elle vient de chanter à Baltimore. Ce sont des jeunes qui sont en train de devenir nos solistes de demain», s’est d’emblée réjoui Gilles Auger, le chef de l’OSL.

En effet, les deux invités de l’ensemble lévisien sont en train de percer dans le monde de la musique classique. Originaire de Causapscal, Jean-Sébastien Blais est, depuis 2016, surnuméraire avec l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre symphonique de Sherbrooke, l’Orchestre symphonique de l’Estuaire ainsi qu’avec la Sinfonia de Lanaudière.

Pour sa part, Evelyne Larochelle, une chanteuse originaire de Sainte-Marie-de-Beauce, poursuit sa formation, depuis juin 2018, au sein du Vetere studio, association parrainée par la soprano de renommée internationale Aprile Millo. Auparavant, la soprano s’est fait remarquer dans plusieurs productions lyriques présentées à Québec.

Vivre toute une gamme d’émotions

Quant au concert en lui-même, l’apport des deux solistes permettra à l’ensemble lévisien de proposer un spectacle qui abordera une panoplie d’émotions.

Jean-Sébastien Blais jouera à cette occasion le Concerto pour hautbois de Richard Strauss, l’une des œuvres les plus difficiles pour un hautboïste. Evelyne Larochelle interprétera quant à elle Un cycle Nelligan. Cette œuvre, écrite par Gilles Auger pour Evelyne Larochelle, sera jouée par un orchestre pour la première fois.

En ouverture du concert, l’OSL, sous la direction de l’assistant chef d’orchestre Félix Ste-Marie, proposera son interprétation des Hébrides de Mendelssohn. Pour conclure en beauté la saison 2018-2019, l’ensemble offrira aux mélomanes la 6e symphonie de Beethoven, la Pastorale. Ces deux pièces célèbrent la beauté de la nature et les émotions qu’elles font vivre aux humains.

«Les poésies de Nelligan, qui ont inspiré Un cycle Nelligan, ne sont pas lumineuses, mais très troublantes et très profondes. Le Concerto pour hautbois de Strauss, c’est une musique qui te prend puisqu’elle est plus forte que la virtuosité nécessaire pour interpréter cette œuvre. La Pastorale est une symphonie très zen dans laquelle la musique n’a pas de conflit. C’est comme s’assoir dans le bois et écouter les oiseaux», a analysé Maestro Auger.

Notons qu’avant le concert de l’OSL prévu à 14h, des élèves de l’École de musique Jésus-Marie de Lévis offriront une prestation à compter de 13h15. Cette performance s’inscrit dans la volonté de l’OSL de faire connaître la relève musicale de la région lors de son dernier spectacle de chaque saison.

Pour plus d’information sur l’événement, vous pouvez consulter le www.oslevis.org.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Immersion dans le monde des livres au Cégep

Les étudiants en Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon ont rencontré Antoine Tanguay de la maison d’édition Alto, le 27 septembre.

Des mots pour dire ses origines

Présenté le 25 octobre à L’Anglicane, Nui Pimuten – Je veux marcher ouvre une fenêtre sur la réalité autochtone. Dans ce spectacle de poésie et de chanson, Natasha Kanapé Fontaine interprète de nouveaux textes qui rendent hommage aux siens.