CRÉDIT : EMILIE PELLETIER

Après avoir fracassé des records d’affluence en 2018, les attentes étaient élevées en cette première soirée de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis, le mercredi 31 août. C’est la formation californienne Smash Mouth qui avait la tâche ardue de performer en premier sur la toute nouvelle scène Loto-Québec.

C’est sous les gouttelettes et devant une foule éparse, mais tout de même impatiente de vivre des retrouvailles avec le groupe absent de la scène musicale depuis six ans, que la soirée a débuté.

Au son des premières notes, le chanteur, Steve Harwell, n’y est pas allé de main morte pour divertir les spectateurs courageux qui s’étaient déplacés pour assister au spectacle malgré la météo un peu incertaine.

«I love you guys so much!» a même scandé Harwell dès la fin de la première chanson, Can’t Get Enough of You Baby, qui a donné le ton à la veillée, où l’on reconnaissait facilement la bonne vieille recette de rock alternatif des années 1990-2000.

Bien que semblable dans le style musical, The Offspring, qui avait performé au Festivent en 2016, avait contrairement à son homologue californien rassemblé des dizaines de milliers de festivaliers.

Temps morts et succès

Une dizaine d’autres pièces, plus ou moins connues, ont été enchaînées par le quatuor, qui cache derrière sa cravate pas moins de 25 ans de carrière. Bien que divertissant et toujours passionné, Smash Mouth semblait avoir perdu en fougue et en vigueur depuis le temps, puisque le spectacle a à peine duré une heure. 

Des succès comme Why Can’t We Be Friends? et Then The Morning Comes, attendus par la foule ont malgré tout eu l’effet escompté. Un long solo du batteur et une version allongée de Walkin’ On The Sun ont toutefois refroidi le public, fébrile d’entendre ce pourquoi il s’était déplacé.

 Il est où, Shrek?

Évidemment, pour plusieurs, Smash Mouth rime avec Shrek. Pas étonnant, puisque le groupe, qui a participé à la bande originale, a connu ses années de gloire lors de la sortie du film d’animation en 2001.

 Les toujours aussi populaires I’m a Believer et All Star ont ainsi été reprises en cœur par tous ceux qui étaient restés jusqu’à la toute fin, puisque ces dernières ont été le son de cloche de la fin du court spectacle.

À ce moment, les admirateurs étaient satisfaits et en ont même redemandé. Les acclamations ont été entendues et personne n’est resté sur son appétit bien longtemps, puisque la bande d’Harwell est remontée sur scène pour You Really Got Me, une reprise de The Kinks (1964) et Van Halen (1978).   

Ce jeudi 1er août, c’est Rick Pagano, le demi-finaliste de l’émission télévisée La Voix et chanteur du groupe Final State qui foulera les planches de la scène Loto-Québec au Parc Champigny dès 20h, tout juste avant X Ambassadors, sur le coup de 21h30.

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.