CRÉDIT : AUDE MALARET

Le public n’a pas boudé les retrouvailles, bien au contraire, avec le groupe qui a marqué le rock québécois des années 1990, jusqu’au milieu des années 2000. De passage sur la scène Hydro-Québec du Festivent vendredi soir, La Chicane a offert une prestation enlevée et touchante à la foule qui n’avait rien oublié des paroles de ses plus grands succès.

Plusieurs générations s’étaient réunies pour retrouver, ou faire découvrir aux plus jeunes, un groupe qui les a accompagnés jusqu’à sa séparation en 2006. La Chicane a ouvert la soirée avec sa plus récente chanson La dernière chicane, sortie en 2017, au moment où la nouvelle formation, constituée de Boom Desjardins, Dany et Martin Bédar, Éric Maheu, Yanick Boivin et Christian Legault, partait pour la tournée qui marquait son retour.

Plusieurs morceaux joués lors de cette dernière série de concerts sont réapparus, Au nom de la musique, Viens donc m’voir, J’veux pas vieillir, Jusqu'à dimanche. La Chicane n’a rien perdu de son énergie et les accents rock des chansons ont soulevé les spectateurs.

Entre souvenir et nostalgie, Boom Desjardins a évoqué les années écoulées par le nombre d’enfants, que les membres totalisent désormais. Le chanteur s’est rappelé ce temps où l’on achetait encore les albums de nos groupes préférés, écoutant ainsi toutes les chansons enregistrées sans se limiter aux seuls succès joués à la radio.

Le voyage dans le temps s’est poursuivi avec un medley composé de La blessure, Le fil et Le yab de Ste-Nitouche.

Dany Bédar a ensuite pris le micro pour Y’a du monde, Voyeur et Faire la paix avec l'amour, des chansons jouées pour la première fois dans une chambre d’hôtel et qu’il fallait faire entendre au public, a raconté Boom Desjardins. «Je suis convaincu que ces chansons là, vous les avez en dedans», a partagé le chanteur, qui est revenu avec Pour te voir.

C’est sur des rythmes country que le concert a continué avec Ma taverne et J’ai trop bu, avant de laisser place à un medley rock le Québec avec Donne-moi ma chance, Le train ainsi qu’Ombre et lumière.

Avant d’entamer Tu peux partir, Boom Desjardins a raconté l’histoire de cette pièce qu’il a écrite après le décès d’une amie de 19 ans, partie trop vite à cause d’une crise d’épilepsie. Il a ensuite continué avec Dieu et Je r’viens chez nous. La voix de Dany Bédar a résonné avec Histoire du bon vieux temps. Le tant attendu Calvaire a, presque, clos cette soirée pleine de ferveur.

La Chicane est revenue pour deux rappels, Juste pour voir le monde et Tu me manques, que la foule n’a pas manqué de reprendre en cœur, alors que le chanteur lui tendait le micro dans une dernière communion.


Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.