CRÉDIT : EMILIE PELLETIER

Le dernier invité à fouler les planches de la scène Hydro-Québec pour l’édition 2019 du festival était nul autre que le généreux Gregory Charles. Le virtuose, entouré d’une équipe de six musiciens, a mis le feu à la place en laissant libre cours à la musique.

«J’espère que vous n’avez pas de party prévu après celui-là, parce qu’on est ensemble pour les huit prochaines heures», a d’emblée lancé le prodige de 51 ans, qui a révélé son talent au public dans les années 1980. Il venait d’ailleurs de lancer le bal, avec l’énergique Born To Be Wild, première interprétation du programme entièrement improvisé de l’artiste.

Le chanteur a fait part de ses intentions au public, en soutenant vouloir couvrir tout le répertoire de la musique, «sauf celui de Weezer», le groupe qui se donnait en concert au même moment, sur la scène Loto-Québec du Parc Champigny. C’est ainsi que, sans perdre aucune minute du précieux temps qui lui était alloué, Gregory Charles a entamé avec son band un marathon essoufflant de plus de 50 chansons.

Dès que les premières notes de J’entends frapper de Pagliaro ont résonné, le tour était joué. La foule accompagnait sans gêne la voix du pianiste, qui se contentait de donner la note à ses musiciens avant de se relever et de danser aux abords de la scène avec la foule, somme toute peu nombreuse présente à ses pieds.

Un répertoire infini

On a rapidement pu comprendre que l’émission Virtuose, qu’il a animé sur les ondes de la première chaîne de ICI Radio-Canada, n’avait pas été baptisée ainsi simplement pour les participants. À mi-chemin entre homme et magicien, Gregory Charles n’a cessé d’impressionner avec ses connaissances inépuisables de la musique.

Entre nostalgie et intensité se sont défilées des versions enivrantes de succès d’artistes internationaux comme Metallica, Bruno Mars, Bryan Adams et les Beatles, alors que la francophonie a elle aussi été à l’honneur avec des reprises de Robert Charlebois, Les Trois Accords et Jean Leloup, les spectateurs étant toujours impliqués dans leur rôle de choristes.  

Puis, Un peu plus haut, de la grande Ginette Reno a été entonnée sur un ton intimiste, en hommage à «une amie partie trop vite», la comédienne et animatrice Marie-Soleil Tougas. La fête a ensuite repris de plus belle avec un pot-pourri de gigues québécoises, où l’on a cru que la fin approchait, au grand dam du public qui n’était toujours pas rassasié du talent de l’imprévisible interprète.

C’est à ce moment qu’à la demande généralisée de la foule, la troupe de Gregory Charles a poursuivi, sous un torrent d’acclamations, l’impressionnante performance entamée depuis déjà 1h30.

I Feel Good de James Brown, Celebration et Ça fait rire les oiseaux témoignaient bien de l’ambiance qui régnait et qui avait conquis les spectateurs. Sur le coup de 23h, la soirée tirait à sa fin avec des hits radio actuels. Satisfaits et sans doute stupéfaits par l’effervescence musicale, les gens ont donc pris le chemin de la sortie en chantonnant des succès qu’ils venaient d’entendre.

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.