Rosalie Roberge a hâte de se produire dans sa ville avec The Lost Fingers, elle qui a déjà participé au spectacle lévisien Surface. CRÉDIT : ÉMILIE PELLETIER

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Bien connue pour son passage au populaire concours de chant La Voix, au printemps dernier, Rosalie Roberge termine tout juste ses études au Cégep de Saint-Laurent, à Montréal. Ayant quitté le nid à 17 ans pour faire carrière dans le domaine, elle détient désormais son diplôme en Techniques professionnelles de musique et chanson. Elle considère d’ailleurs son expérience télévisuelle comme d’une corde de plus à son arc d’artiste.

«Évidemment, chaque fois que ta performance est diffusée, c’est une visibilité instantanée et de l’amour à profusion que tu reçois, mais ça ne prend que quelques jours et c’est terminé», soutient Rosalie, reconnaissante de l’opportunité et des rencontres que l’émission ont pu lui apporter. 

Toutefois, comme elle l’explique, même si son aventure à La Voix ne s’est pas éternisée, elle n’est pas pour autant disparue de l’industrie musicale, elle qui estime que sa carrière «ne fait que commencer».

Voir la vie en rose  

C’est entre la fin de ses études collégiales et la diffusion de sa dernière prestation à La Voix que le téléphone a sonné, en mai dernier. En participant à l’édition 2018 du spectacle lévisien Surface, la chanteuse de 20 ans s’est fait remarquée du guitariste du groupe The Lost Fingers, Byron Mikaloff, alors directeur musical du spectacle de la relève à Lévis. «Il m’avait bien dit qu’il aimerait qu’on retravaille ensemble un jour», se souvient-elle avec nostalgie aux abords du quai Paquet.

Comme si le destin était tracé d’avance, au moment où il devait remplacer sa chanteuse, Valérie Amyot, pour des raisons médicales, Mikaloff a fait appel à Rosalie. «Il m’a parlé de shows aux États-Unis, tu ne peux pas dire non à ça! J’ai appris une quarantaine de chansons, pour comprendre que ce n’était pas juste un remplacement temporaire ; c’est comme une nouvelle version de The Lost Fingers», se réjouit celle qui a adhéré sans hésiter aux goûts musicaux et vestimentaires du trio masculin.  

Un nouveau chapitre musical 

 Une vidéo a donc été lancée en juillet dernier pour présenter officiellement Rosalie aux fidèles du groupe de jazz manouche, présent dans l’industrie depuis plus de 10 ans. Alors que de nombreux spectacles sont prévus en Amérique du Nord et en Europe d’ici la fin de l’année, elle a dévoilé qu’un nouvel album mettant en vedette sa voix devait paraître en 2020.

Si elle s’est jusqu’à présent approprié le matériel déjà existant du groupe, elle assure que les futurs projets seront colorés à sa sauce. La porte ne serait pas fermée, aux dires de Rosalie, à un premier album de compositions originales pour The Lost Fingers, tandis qu’elle aspire toujours à un opus solo dans les années à venir.

Pour le moment, elle se réjouit d’être parvenue à un jeune âge à mettre le pied dans le métier qu’elle a toujours souhaité pratiquer, même dans une industrie musicale en plein changement. Bien déterminée, elle ne compte pas s’arrêter là.

«En 2019, choisir de faire de la musique de sa vie c’est une idée folle, mais personne ne va m’arrêter de le faire», affirme-t-elle avec conviction, bien inspirée par le succès que connaît actuellement son frère, Vincent Roberge. Mieux connu sous son nom d’artiste, Les Louanges, son album siège au sommet des palmarès depuis son lancement, en septembre dernier. «Je l’ai vu réussir et c’est une motivation pour moi d’atteindre de nouveaux sommets. Sky is the limit.» 

Les plus lus

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Une visibilité internationale pour Daniel Bonneau

L’artiste et peintre animalier Daniel Bonneau de Saint-Anselme présente ses œuvres et son art dans la plus récente édition du magazine européen Art & Design, qui est édité en France.

Immersion dans le monde des livres au Cégep

Les étudiants en Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon ont rencontré Antoine Tanguay de la maison d’édition Alto, le 27 septembre.