Karen Young et Marianne Trudel ont développé une complicité musicale unique. CRÉDIT : RANDY COLE

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

«Karen et moi, on est des fans de Joni Mitchell. On aime la simplicité de ses chansons. On a appelé notre album Portrait, parce que chaque chanson dépeint un portrait. C’est comme des personnages dans un film, ce sont des portraits détaillés et sensibles d’un homme, d’une femme, de la société», partage la pianiste, compositrice et arrangeuse depuis plus de vingt ans, Marianne Trudel.

Le spectacle, qui sera présenté à L’Anglicane samedi soir, est une invitation à redécouvrir l’œuvre de Joni Mitchell interprétée en duo piano et voix, par Marianne Trudel et Karen Young.

«Toutes les chansons, qu’elles aient été écrites dans les années 1960, 70, 80 ou 90, sont encore très actuelles. On avait envie de les revisiter pour lui rendre hommage. Joni Mitchell n’est presque plus active, elle est atteinte d’une maladie assez grave. On veut lui témoigner de notre admiration.»

Both Side Now, California et bien d’autres pièces, que le public entendra sous un autre éclairage. «On joue des chansons connues et aussi plusieurs moins connues, que j’ai complètement réarrangées», annonce-t-elle.

Un concert intime et chaleureux 

Les deux musiciennes ont développé une complicité musicale «exceptionnelle et unique». «Les gens sont très touchés, parce qu’on la sent et qu’on la voit sur scène. C’est palpable», observe la pianiste qui promet un concert «intime et chaleureux». Sur scène, elles racontent des anecdotes et des histoires sur les chansons. «C’est un spectacle très enveloppant.»

Un duo complémentaire

Une grande place est laissée à la spontanéité. «Ça se passe dans le moment, avec les gens. Parfois, on parle au public. On a une conversation en plein milieu du spectacle. C’est très près des gens», souligne Marianne Trudel. À chaque fois qu’elles jouent ensemble, «c’est un peu différent», car elles se laissent beaucoup de liberté.

«Dans ce spectacle, Karen et moi sommes en dialogue à part égale. Je la complète, elle me complète. Avec les arrangements, j’ai créé tout un environnement sonore qui supporte le texte et le commente. C’est très imagé et complémentaire, sans que la voix soit à l’avant et le piano à l’arrière», illustre la pianiste.

Native de Saint-Michel-de-Bellechasse, Marianne Trudel considère que Lévis, c’est chez elle. «Mon tout premier concert, à 6 ans, c’était à L’Anglicane. C’est un lieu très important pour moi, que j’adore. C’est lié à tout mon parcours musical», se souvient celle qui retrouvera av

Les plus lus

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Animation musicale ce week-end sur l'avenue Bégin

En plus de pouvoir sillonner à pied une nouvelle fois l'avenue Bégin sans rencontrer de voiture, les Lévisiens pourront participer à une activité bien spéciale ce week-end sur l'artère du Vieux-Lévis. En effet, la Ville de Lévis, Blue Ridge Band et Les Mecs présenteront, samedi et dimanche, L'avenue Bégin en musique.

Des capsules en ligne pour découvrir l’opéra

Série de capsules opératiques, «Folies et paillettes d’opéra» est diffusée tous les vendredis soirs de l’été, par l’Opéra de Lévis. Ces courtes vidéos présentent de façon légère, humoristique et coquette des airs d’opéra et d’opérette.

Opéra de Lévis : une dixième capsule participative

L'Opéra de Lévis invite le public à participer à une capsule supplémentaire qui sera diffusée le vendredi 11 septembre à 20h. Tout l'été l'organisme met en ligne de courtes vidéos afin de faire découvrir les arts lyriques.