Première photo : La directrice de Regart a pris une pause dans ses fonctions (CRÉDIT : ÉMILIE DUMAIS). Deuxième photo : Patricia Nadeau CRÉDIT : COURTOISIE).

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Depuis le 1er août, Amélie Laurence Fortin a confié les clés de Regart à une nouvelle directrice générale par intérim. À la tête du centre d’art lévisien, celle qui mène en parallèle une carrière artistique prend une pause dans ses fonctions. Elle va passer un an et demi à Berlin dans le cadre d’une résidence du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) de douze mois.

Après la joaillière lévisienne et membre du conseil d’administration de Regart, Catherine Sheedy, l’an passé, c’est la deuxième fois qu’une artiste du territoire est sélectionnée pour partir créer à l’étranger. «C’est vraiment rare que des supers résidences, qui sont prestigieuses, apparaissent dans la même région. Il y a un focus sur la grande région Québec-Chaudière-Appalaches. Il se passe quelque chose», observe Amélie Laurence Fortin qui cumule déjà cinq années à Regart. 

«Je m’associe beaucoup au territoire de Chaudière-Appalaches, même si mon appartement est à Québec. Je me considère comme une personne de Lévis. Mes parents sont à Lévis, mon travail, ma vie. Quand je fais des demandes, j’écris de Lévis», partage-t-elle.

Même si la résidence dans la capitale allemande, sa ville «préférée», ne débutera que le 1er janvier prochain, l’artiste a devancé son départ de six mois afin de prendre ses repères et faire de la prospection en amont. «J’ai de la difficulté à me trouver dans un nouveau lieu et m’adapter rapidement. Ça me prend beaucoup de temps, parce que je fais de la cartographie. J’explore en cercles concentriques, de plus en plus larges.»

Des concepts scientifiques cachés

Bien loin du «divertissement», comme elle l’avoue, Amélie Laurence Fortin «rentre dans des obsessions» et va jusqu’au bout. Celle qui travaille maintenant sur la gravité a toujours des concepts scientifiques cachés derrière ses propositions. L’art et la science ne sont finalement pour elle que deux façons d’observer les mêmes phénomènes.

«Faire de l’art me permet d’acquérir des connaissances. Je travaille avec des phénomènes que je ne comprends pas tout à fait. Je les expérimente jusqu’à ce que je les comprenne vraiment bien. C’est comme si j’étais en train de faire la physique du cégep», explique-t-elle.

L’artiste s’intéresse aux éléments de la nature ou à des objets mécaniques, les augmente et les transforme afin d’en révéler la dimension sublime, sans laisser paraître l’aspect technique pour autant. 

«La façon dont je fais de l’art, c’est sur la résolution de problèmes. Donc, j’ai un problème que je ne sais pas comment résoudre et j’essaie d’arriver à sa finalité, illustre Amélie Laurence Fortin. Je fais des objets clairs. Je travaille avec la visibilité et le poids, donc, la gravité. La mise en espace est aussi importante que la recherche. C’est là que je crée quand j’installe les œuvres.»

Explorer les rêves

À Berlin, l’artiste explorera le rêve, dans l’un des trois projets qu’elle prévoit développer. Vie rêvée ou songes du sommeil, elle travaillera à partir de ses rêves et ceux de l’astrophysicienne, Gabrielle Simard, qui a la particularité de ne rêver que de formes géométriques, avec qui elle collabore. La scientifique est impliquée dans le mouvement STEAM, Science Technology Engineering Art and Mathematics, qui relie les arts et la science afin de créer des projets hybrides.

«Le monde invisible, le monde du rêve, c’est chargé de lyrisme. Je remplis des formes géométriques de lyrisme et, elle, c’est l’inverse. Elle a un monde très géométrique et elle veut que sa vie soit lyrique. On est dans une opposition, qui fait qu’on a envie de se parler», raconte Amélie Laurence Fortin.

Ensemble, elles essaieront de trouver une façon de travailler sans s’instrumentaliser l’une et l’autre. «Je travaille avec beaucoup de scientifiques, mais en général, je vais chercher leurs connaissances et je les ramène dans mon domaine. Il y a une entente cordiale et tacite. Mais je ne leur transfère pas mon domaine.»

Écriture ou dessin, la forme finale reste à déterminer, tant que tout se passe «dans le consentement» entre les deux partenaires qui se trouvent au début de leurs recherches.

Patricia Nadeau assure l’intérim

Depuis le début du mois d’août, Patricia Nadeau a pris ses fonctions au poste de directrice générale par intérim, puisqu’Amélie Laurence Fortin est en congé sabatique d’un an et demi, le temps d’une résidence à Berlin. Récemment retraitée du Conseil des arts et des lettres du Québec, où Patricia Nadeau a agi en tant que chargée de programmes pendant plus de 20 ans, elle est reconnue pour son dynamisme et sa détermination.

Les plus lus

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Animation musicale ce week-end sur l'avenue Bégin

En plus de pouvoir sillonner à pied une nouvelle fois l'avenue Bégin sans rencontrer de voiture, les Lévisiens pourront participer à une activité bien spéciale ce week-end sur l'artère du Vieux-Lévis. En effet, la Ville de Lévis, Blue Ridge Band et Les Mecs présenteront, samedi et dimanche, L'avenue Bégin en musique.

Des capsules en ligne pour découvrir l’opéra

Série de capsules opératiques, «Folies et paillettes d’opéra» est diffusée tous les vendredis soirs de l’été, par l’Opéra de Lévis. Ces courtes vidéos présentent de façon légère, humoristique et coquette des airs d’opéra et d’opérette.

Opéra de Lévis : une dixième capsule participative

L'Opéra de Lévis invite le public à participer à une capsule supplémentaire qui sera diffusée le vendredi 11 septembre à 20h. Tout l'été l'organisme met en ligne de courtes vidéos afin de faire découvrir les arts lyriques.