Plusieurs artistes qui feront vibrer les spectateurs de L'Anglicane sont montés sur scène lors du lancement de saison. CRÉDIT : GILLES BOUTIN

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Avec des propositions originales et singulières à découvrir notamment lors des Apéros éclatés et dans la série Les oreilles dégourdies, Ariane Moffatt, Émile Bilodeau, Judi Richards, Elisapie, Taktika et bien d’autres sont à l’affiche de L’Anglicane cette saison. Deux incontournables présentés au Cégep de Lévis-Lauzon, Claude Dubois et François Bellefeuille, viennent compléter la programmation de 26 spectacles.

Dans la série Chanson, place aux femmes jeunes et créatives avec Roxane Bruneau (26 octobre), la multi-instrumentiste Salomé Leclerc (29 novembre) et ses ambiances en clair-obscur, et Ariane Moffatt (7 décembre).

«Ce n’est pas un parti pris. Les femmes sont hyper talentueuses, elles ont des choses à dire. Alors, il faut que ça se reflète dans une programmation», affirme la directrice générale et artistique de Diffusion culturelle Lévis, Diane Blanchette.

Riche de l’héritage musical exceptionnel de sa famille, Lou-Adriane Cassidy (1er novembre) aux accents plus rock est «une fille de Québec» de cette nouvelle génération très talentueuse qui se démarque. «Toute la province et les Montréalais ont les yeux tournés vers Québec», observe Diane Blanchette.

Seule exception à cette prise de parole et de musique au féminin, le vétéran et tant aimé Claude Dubois (8 novembre), présenté au Cégep de Lévis-Lauzon, porte jusqu’à nous ses succès devenus classiques avec sa voix toujours aussi exceptionnelle.

Des coups de cœur à découvrir

Parmi les coups de cœur, on retrouve Natasha Kanapé Fontaine (25 octobre), si jeune et si résolue à se comprendre et à partager en poésie, en slam et en chansons ce qui la définit. Le théâtre musical de Rivard (complet) fouille lui aussi ses origines pour mieux savoir d’où il vient. Alexandra Stréliski (complet), pianiste au succès fulgurant, donnera un concert qui apaise l’âme et en met plein la vue. À l’approche des Fêtes, les spectateurs seront invités à un Noël en famille chez les Deschamps (8 décembre, à 15h), avec Judi Richards et ses filles.

Après Sussex (11 octobre), un ensemble folk-blues qui réunit Rob Lutes et le vibraphoniste Michael Emenau, la série Jazz, Monde et Blues met l’accent sur la musique qui vient de notre bord du monde en ramenant dans la région la folk-rock multilingue d’Elisapie (19 octobre), alors que la chanteuse n’a donné dans la région qu’un seul concert depuis la sortie de son album. «Elle parle de ses racines, c’est toujours une recherche de qui elle est», présente la directrice.

«La musique traditionnelle est aux autres ce que la musique du monde est pour nous», remarque Diane Blanchette. La salle accueillera tout un party avec le collectif de musique trad SOLO (13 décembre), formé des groupes Le Vent du Nord et De Temps Antan.

Pour les plus jeunes ou les oreilles dégourdies, le nouveau spectacle de l’album à paraître en octobre du sympathique et tellement doué Émile Bilodeau (27 septembre) et le party de Qualité Motel (14 décembre), un DJ set virtuose, éclaté et irrésistible qui sera présenté exceptionnellement à 21h. Le public pourra faire la fête dans une salle transformée en piste de danse sur des succès des années 80 et plus récents.

Un spectacle et du maïs éclaté

Servis avec du pop-corn, les Apéros éclatés invitent les spectateurs à découvrir «des propositions artistiques moins fréquentées, moins connues, mais qui méritent vraiment d’être reconnues et applaudies». David Myles (3 octobre) semble tout droit sorti des années 60 et se commet pour la première fois en français. Avec Los 2 Lunáticos (5 décembre), Juan Sebastian Larobina entraîne dans son territoire de chansons en espagnol et d’airs sud-américains le fabuleux guitariste Yves Desrosiers. Les représentations d’une heure sans entracte commencent à 17h45.

L’hommage à Simon & Garfunkel et Cat Stevens de l’ensemble Time It Was (25 janvier, le spectacle du 28 septembre est complet) revient de nouveau dans la série Lévis en scène qui accueille également le duo violon-piano Annie Dumont et Sylvain Lévesque (16 novembre) ainsi que le nouveau spectacle d’un groupe fondateur du rap québécois, Taktika (4 octobre).

Dans la série Rire collectif la démence du populaire personnage bourru et bougon de François Bellefeuille (14 novembre) occupera les planches au Cégep de Lévis-Lauzon, sur un ton légèrement provocateur et un peu baveux, Mathieu Cyr (30 novembre) relate des anecdotes de sa vie un peu marginale en commune et l’authentique Patrick Groulx (6 décembre) aborde sans retenue la parentalité dans son spectacle Groulx (16 ans et plus).

Les plus lus

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Animation musicale ce week-end sur l'avenue Bégin

En plus de pouvoir sillonner à pied une nouvelle fois l'avenue Bégin sans rencontrer de voiture, les Lévisiens pourront participer à une activité bien spéciale ce week-end sur l'artère du Vieux-Lévis. En effet, la Ville de Lévis, Blue Ridge Band et Les Mecs présenteront, samedi et dimanche, L'avenue Bégin en musique.

Des capsules en ligne pour découvrir l’opéra

Série de capsules opératiques, «Folies et paillettes d’opéra» est diffusée tous les vendredis soirs de l’été, par l’Opéra de Lévis. Ces courtes vidéos présentent de façon légère, humoristique et coquette des airs d’opéra et d’opérette.

Opéra de Lévis : une dixième capsule participative

L'Opéra de Lévis invite le public à participer à une capsule supplémentaire qui sera diffusée le vendredi 11 septembre à 20h. Tout l'été l'organisme met en ligne de courtes vidéos afin de faire découvrir les arts lyriques.