CRÉDIT : REGART

Installé à Lévis depuis 1986, le centre d’artistes en art actuel a fait sa place dans le paysage lévisien en accordant une grande place au territoire dans sa programmation. En congé sabbatique pour un an et demi, Amélie Laurence Fortin fait le bilan de ses cinq années à la tête de Regart.

Dans les cinq dernières années, l’équipe de Regart a choisi de présenter «une programmation très lévisienne». Loin d’être «une cellule de Québec à Lévis», le lieu d’exposition et de création s’est donné l’objectif de refléter «son territoire, sa géographie, ses changements et son développement».

«L’enracinement, c’était mon mot d’ordre. Que Regart revienne au cœur des Lévisiens, qu’on parle ensemble, qu’on collabore et que, finalement, on fasse partie du paysage, pas juste comme un atome libre», partage la directrice générale et artistique, Amélie Laurence Fortin.

Celle qui a confié les clés du centre d’artistes en art actuel à une nouvelle directrice intérimaire, le temps d’une résidence artistique à Berlin, estime qu’avec le temps, Regart a construit de belles relations avec la Corporation de développement du Vieux-Lévis, la Maison natale de Louis Fréchette ou encore Élédanse.

«On a travaillé très fort à s’intégrer. Le Vieux-Lévis, c’est comme un village à part. On voulait en faire partie, même si on est en bas de la falaise. On a multiplié les initiatives», souligne-t-elle. Maintenant, on récolte énormément, car on a créé des liens de confiance avec les artistes, nos propriétaires, la Ville et les autres organismes.» 

Des efforts ont également été mis «pour que les espaces de diffusion de la galerie et de la vitrine deviennent des lieux de professionnalisation et qu’on obtienne des prix».

Une porte d’entrée vers Lévis

Avec les transformations à venir dans le secteur de la Traverse, «il y a plein d’inconnues et d’angles morts, reconnaît Amélie Laurence Fortin. On est en train de travailler avec la Ville pour bien définir nos besoins». Le centre souhaite en effet rester sur la rue Saint-Laurent. «On est comme une porte d’entrée vers Lévis. Il y a tout un ensemble de gens d’influence, qui traversent et qui viennent», rappelle-t-elle.

L’actuelle localisation de Regart, dans un secteur ouvert, touristique et fréquenté par les Lévisiens, permet aussi de toucher un large public et «démocratiser le geste artistique». «Les gens qui empruntent la piste cyclable, s’ils ne connaissaient pas l’art contemporain, mais qu’ils sont curieux et rentrent, ils sont contents. Ils viennent de découvrir quelque chose d’autre et ça va peut être les pousser à aller au musée», fait valoir la directrice. 

Dans son développement, Regart veut continuer à assurer des revenus autonomes, dont une partie vient présentement de la location d’ateliers d’artiste.

«Mon plan avec le conseil d’administration, c’est que nos revenus autonomes deviennent des résidences internationales. La proximité du fleuve et ce paysage exceptionnel font du centre un lieu de ressourcement et de création», annonce Amélie Laurence Fortin. Le projet pourrait se concrétiser en rejoignant le réseau ResArtis.

C’est la première fois que la directrice générale et artistique se sépare du centre pendant une aussi longue période. «C’est sûr que je vais revenir. Cinq ans, ça aurait pu être la fin d’un mandat. Mais le conseil d’administration m’a donné un an et demi. Partir à l’international, ça fonctionne avec notre développement», conclut-elle.

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Une chanteuse qui trace son chemin

Originaire de Rivière-du-Loup et emménagée à Lévis il y a deux ans, la chanteuse Camila Woodman n’est qu’au début de sa carrière. Après avoir sorti son premier mini-album en 2018, elle proposera son premier album cet automne. Avec ce nouveau projet, la jeune artiste espère réussir à partager sa musique avec le public.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’Internationale d’art miniature dévoile ses gagnants

Le dimanche 27 juin avait lieu le dévoilement des gagnants du concours international de la 11e édition de l’Internationale d’art miniature. Lors de ce rendez-vous virtuel, 3 650 $ ont été partagés entre les artistes dont les œuvres ont été sélectionnées par le jury

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

Village en Arts soutient de nouveau les jeunes artistes

La 24e édition du symposium Village en Arts accueille encore cette année les artistes de la relève pour sa deuxième année de mentorat, avec comme partenaire le Festivent.