CRÉDIT : REGART

Installé à Lévis depuis 1986, le centre d’artistes en art actuel a fait sa place dans le paysage lévisien en accordant une grande place au territoire dans sa programmation. En congé sabbatique pour un an et demi, Amélie Laurence Fortin fait le bilan de ses cinq années à la tête de Regart.

Dans les cinq dernières années, l’équipe de Regart a choisi de présenter «une programmation très lévisienne». Loin d’être «une cellule de Québec à Lévis», le lieu d’exposition et de création s’est donné l’objectif de refléter «son territoire, sa géographie, ses changements et son développement».

«L’enracinement, c’était mon mot d’ordre. Que Regart revienne au cœur des Lévisiens, qu’on parle ensemble, qu’on collabore et que, finalement, on fasse partie du paysage, pas juste comme un atome libre», partage la directrice générale et artistique, Amélie Laurence Fortin.

Celle qui a confié les clés du centre d’artistes en art actuel à une nouvelle directrice intérimaire, le temps d’une résidence artistique à Berlin, estime qu’avec le temps, Regart a construit de belles relations avec la Corporation de développement du Vieux-Lévis, la Maison natale de Louis Fréchette ou encore Élédanse.

«On a travaillé très fort à s’intégrer. Le Vieux-Lévis, c’est comme un village à part. On voulait en faire partie, même si on est en bas de la falaise. On a multiplié les initiatives», souligne-t-elle. Maintenant, on récolte énormément, car on a créé des liens de confiance avec les artistes, nos propriétaires, la Ville et les autres organismes.» 

Des efforts ont également été mis «pour que les espaces de diffusion de la galerie et de la vitrine deviennent des lieux de professionnalisation et qu’on obtienne des prix».

Une porte d’entrée vers Lévis

Avec les transformations à venir dans le secteur de la Traverse, «il y a plein d’inconnues et d’angles morts, reconnaît Amélie Laurence Fortin. On est en train de travailler avec la Ville pour bien définir nos besoins». Le centre souhaite en effet rester sur la rue Saint-Laurent. «On est comme une porte d’entrée vers Lévis. Il y a tout un ensemble de gens d’influence, qui traversent et qui viennent», rappelle-t-elle.

L’actuelle localisation de Regart, dans un secteur ouvert, touristique et fréquenté par les Lévisiens, permet aussi de toucher un large public et «démocratiser le geste artistique». «Les gens qui empruntent la piste cyclable, s’ils ne connaissaient pas l’art contemporain, mais qu’ils sont curieux et rentrent, ils sont contents. Ils viennent de découvrir quelque chose d’autre et ça va peut être les pousser à aller au musée», fait valoir la directrice. 

Dans son développement, Regart veut continuer à assurer des revenus autonomes, dont une partie vient présentement de la location d’ateliers d’artiste.

«Mon plan avec le conseil d’administration, c’est que nos revenus autonomes deviennent des résidences internationales. La proximité du fleuve et ce paysage exceptionnel font du centre un lieu de ressourcement et de création», annonce Amélie Laurence Fortin. Le projet pourrait se concrétiser en rejoignant le réseau ResArtis.

C’est la première fois que la directrice générale et artistique se sépare du centre pendant une aussi longue période. «C’est sûr que je vais revenir. Cinq ans, ça aurait pu être la fin d’un mandat. Mais le conseil d’administration m’a donné un an et demi. Partir à l’international, ça fonctionne avec notre développement», conclut-elle.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

François Bellefeuille au Cégep de Lévis-Lauzon

Bardé de récompenses pour ce deuxième one-man-show intitulé Le plus fort au monde, François Bellefeuille est passé maître dans l’art de faire rire. Le 14 novembre au Cégep de Lévis-Lauzon, l’humoriste se racontera avec la folie décoiffante qui a fait sa réputation.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.

Une soirée à rire en compagnie de Neev au VBP

L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.