Jonathan Gagnon fait la liste de ces moments qui donnent un sens à la vie. CRÉDIT : CATH LANGLOIS

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Jonathan a 7 ans et une maman pour qui c’est difficile d’aimer la vie. Lui voudrait lui remonter le moral. Pour elle, le petit garçon compose une liste des petites choses «extras et ordinaires» qui apportent du bonheur.

Cette liste va même l’accompagner tout au long de sa propre vie, particulièrement lors des moments difficiles, et s’allongera jusqu’à devenir vertigineuse. Quand lui aussi rencontre la dépression, il se plonge dans cette liste pour trouver un sens à la vie.

Pour repousser les idées sombres qui peuvent bousculer le quotidien, le personnage se remémore plutôt ce qui le rend heureux : la crème glacée, se baigner tout nu ou les fous rires contagieux.

Primaire, secondaire, premier amour, université, mariage, relation de couple, décès de sa mère, au fil de l’énumération, c’est la vie de Jonathan que le spectateur découvre. Dans ce solo porté par le comédien Jonathan Gagnon, les spectateurs suivent le personnage principal de l’enfance à la quarantaine dans son parcours et sa quête de sens. 

«C’est un texte sur la résilience, sur comment on peut survivre à un événement tragique comme la tentative de suicide d’un de ses proches à travers une liste de beautés et d’humanité», partage Jonathan Gagnon.

Un texte drôle et lumineux

À la fois drôle, simple et bouleversante, cette pièce de l’auteur britannique Duncan MacMillan, traduite par Joëlle Bond, aborde les problématiques de santé mentale avec optimisme. Le texte parle de la dépression sans pour autant s’appesantir sur ses aspects plus lourds. «C’est traité d’une manière remplie d’humanité. Il y a énormément d’humour et beaucoup de lumière à l’intérieur», précise l’interprète.

Appelant occasionnellement le public à intervenir, le personnage se fait ici le gardien de l’extraordinaire. «Dès l’arrivée des spectateurs, je suis sur scène. Je les accueille et je parle avec eux», explique le comédien. Au public, il remet de petits papiers avec un numéro et l’une de ces petites choses écrites sur la liste.

«Au cours de la pièce, le personnage lance à la cantonade des numéros. 326. Et la personne qui a le papier 326 est invitée à dire très fort ce qui est écrit sur le papier. C’est la liste du personnage, mais ça devient aussi celle de tout le monde.»

Lui-même a «un item qui le touche particulièrement» : «se coucher plus tard pour regarder la télé». Parce que quand il était petit, se souvient le comédien, «c’était vraiment le bonheur total et à chaque fois que j’entends ça, ça me replonge dans mon enfance. Mes parents me permettaient à l’occasion d’écouter des émissions à 8h30 ou 9h et je trouvais ça tellement excitant».

Sans pression et avec douceur, il guide ses complices dans cette aventure qui s’ancre profondément chez le spectateur et permet de tendre vers une plus grande paix intérieure.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

François Bellefeuille au Cégep de Lévis-Lauzon

Bardé de récompenses pour ce deuxième one-man-show intitulé Le plus fort au monde, François Bellefeuille est passé maître dans l’art de faire rire. Le 14 novembre au Cégep de Lévis-Lauzon, l’humoriste se racontera avec la folie décoiffante qui a fait sa réputation.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.

Une soirée à rire en compagnie de Neev au VBP

L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.