CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le célèbre inventeur Nikola Tesla, ont radicalement altéré l’histoire de toute l’Europe.

«J’ai un rapport particulier avec ce roman parce qu’on peut quasiment parler d’une coécriture entre le Sébastien de 2011, un novice en écriture, et le Sébastien qui a désormais de l’expérience. J’ai réécrit cette œuvre que j’avais d’abord créée après la rédaction du premier tome de la trilogie du Crépuscule des arcanes (publié en 2013). [...] Je trouvais que la période de la fin du 19e siècle était intéressante à explorer et Paris était un terreau fertile pour l’intrigue que j’ai imaginée», partage d’emblée le résident du secteur Saint-David.

Pour sa nouvelle uchronie, Sébastien Chartrand a opté pour le style du polar. Dans Geist – Les héritiers de Nikola Tesla, les lecteurs peuvent suivre les péripéties de Georges Parent, un lieutenant-geist qui enquête sur la mort de Danijel Tesla, le fils du célèbre inventeur.

Dans un Paris où les inventions électriques de Nikola Tesla sont partout et qui est frappée par le terrible «mal du siècle» (spleen), Parent ne se doute pas que son enquête le mènera à la source même de ce qui gangrène les plus hautes sphères de la Régence, le régime politique en place dans cette France imaginée par l’auteur lévisien.

Des leçons à tirer

Dans cet univers, Sébastien Chartrand aborde plusieurs thèmes qui lui sont chers tout en réin- ventant l’histoire. En plus d’évoquer un monde dominé par les créations de Nikola Tesla,l’auteur parle des travaux de célèbres scientifiques français du 19e siècle, comme ceux duneurologue Jean-Martin Charcot et de l’alié- niste Philippe Pinel. De plus, Sébastien Chartrand imagine ce que pourrait provoquer à long terme la vision de certains dirigeants politiques actuels transposée dans son Paris de Geist – Les héritiers de Nikola Tesla.

«Je soulève des questionnements sur la nouvelle mode des faits alternatifs et de la réinterprétation de l’information par certains chefs d’État ou d’aspirants dirigeants politiques. Si la tendance se maintient, où cela nous mènera dans trois ou quatre générations? Comment réagiraient des gens où cette façon de penser est désormais la norme?», souligne l’auteur lévisien.

Autres projets

À peine Geist – Les héritiers de Nikola Tesla paru, Sébastien Chartrand est déjà au travail pour créer de nouvelles histoires. Également auteur d’œuvres pour la jeunesse, il a plusieurs projets sur la planche pour la maison d’édition Soulières.

Quant à ses prochains projets pour Alire, la maison d’édition lévisienne qui a fait paraître la trilogie du Crépuscule des arcanes et son nouveau roman, l’auteur lévisien veut de nouveau réinventer l’histoire.

Dans de nouvelles uchronies, il aimerait donner vie à un univers où c’est la Florence de Léonard de Vinci qui aurait découvert l’Amérique ainsi qu’à un autre où la passion pour le spiritisme de Mackenzie King, un premier ministre du Canada, serait à l’honneur.

«Depuis que je suis jeune, je me demande qu’est-ce qui serait arrivé à un moment précis de l’histoire si telle décision avait plutôt été prise. Je sais désormais qu’en changeant le cours de l’histoire, ce ne serait pas nécessairement mieux. Mais je peux l’imaginer grâce à l’écriture», conclut Sébastien Chartrand.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

François Bellefeuille au Cégep de Lévis-Lauzon

Bardé de récompenses pour ce deuxième one-man-show intitulé Le plus fort au monde, François Bellefeuille est passé maître dans l’art de faire rire. Le 14 novembre au Cégep de Lévis-Lauzon, l’humoriste se racontera avec la folie décoiffante qui a fait sa réputation.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.

Une soirée à rire en compagnie de Neev au VBP

L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.