Grâce à son imposante collection de livres, Sébastien Chartrand a pu créer le Livrensac. CRÉDIT : COURTOISIE

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

«J’étais chez Écolivres et j’ai vécu un événement marquant. Une quadragénaire m’a alors demandé des conseils de lecture pour sa mère qui ne peut plus sortir de chez elle. Je lui ai alors suggéré des livres virtuels, mais j’ai constaté que des personnes plus vulnérables n’ont pas la possibilité de se rendre dans des librairies ou n’ont pas accès aux livres virtuels», a partagé Sébastien Chartrand, sur l’origine de son projet.

Disposant d’une énorme collection de livres, l’auteur lévisien a alors eu l’idée de prêter gratuitement plus de 2 000 de ses volumes aux résidents du Grand Lévis. Afin de permettre aux gens de respecter les restrictions gouvernementales, Sébastien Chartrand livre, avec l’aide de sa conjointe et d’un ami, les livres réservés par les personnes intéressées par son service à leur domicile.

Mais avant qu’un livre de sa collection n’arrive à la maison de la personne qui désire le lire, une procédure avec des mesures précises de désinfection est respectée, pandémie oblige.

«Une fois par semaine, je mets de côté tous les livres qui ont été réservés sur mon comptoir qui a été désinfecté préalablement. Ensuite, je mets des gants de nitrile et un masque et je désinfecte chacun des livres. Par la suite, je les mets dans un sac et j’attends trois jours avant d’effectuer la livraison dans la boîte aux lettres, pour m’assurer qu’il n’y ait pas de virus à l’intérieur. Lorsqu’un livre revient chez moi, j’attends une semaine avant de le prêter à nouveau, en respectant évidemment les étapes de désinfection», a expliqué l’auteur de la trilogie du Crépuscule des arcanes et de GEIST – Les héritiers de Nikola Tesla.

Répondre à un besoin

Samedi dernier, Sébastien Chartrand a effectué sa troisième livraison dans le cadre de son initiative, qui a rejoint près d’une dizaine d’adresses dans la région. Grâce au bouche-à-oreille, il espère procurer des livres à une cinquantaine de foyers du Grand Lévis.

«J’ai du temps à consacrer et c’est important pour moi de faire du bénévolat. J’ai des livres qui dorment à la maison et il y a des gens qui n’ont rien à faire. Plonger dans un bon livre peut permettre à certains d’être moins seuls dans cette période particulière», a souligné l’auteur lévisien.

Pour en savoir plus sur l’initiative de Sébastien Chartrand et consulter la liste de livres disponibles, vous pouvez consulter le livreensac.blogspot.com/.

Les plus lus

La relève artistique ne prend pas de pause

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

Des expositions virtuelles pour des finissants du CLL

Plutôt que d’exposer leurs œuvres chez Regart et au Centre d’exposition Louise-Carrier comme leurs prédécesseurs, les 16 finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) présenteront leurs nouvelles œuvres sur le Web, du 12 mai au 15 août.

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.

L’art pour faire du bien

Depuis le début de la crise de la COVID-19, les Québécois ont fait preuve de créativité pour se changer les idées. Lévis n’y fait pas exception et plusieurs résidents de la ville ont utilisé l’art pour éloigner l’ennui tout en divertissant les membres de leur communauté.

«Les arts vivants ont survécu depuis des millénaires»

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

COVID-19 : 400 M$ pour la culture

Le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné de Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, a annoncé le début de son plan de déconfinement du milieu culturel en annonçant des investissements de 400 M$ pour les différents secteurs du milieu, le 1er juin dernier lors de sa conférence de presse quasi quotidienne.

La Mosaïque organise un concert virtuel le 6 juin

Le Café la Mosaïque organise un concert virtuel pour célébrer cette édition 2020 un peu spéciale de la Fête des voisins, le samedi 6 juin, et ce, malgré la règle de distanciation sociale.

Un tableau offert à une employée d’épicerie

Membre de l’Association des artistes de la Rive-Sud (AARS), la peintre Michèle Paris a offert l’un de ses tableaux au magasin Avril, situé à Saint-Romuald.