CRÉDIT : ARCHIVES

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

D’après le plan de déconfinement du gouvernement et ses différentes phases, la reprise des activités en public dans les salles de spectacle arrivera tard dans le processus de réouverture progressive. Toutefois, la captation de spectacles dans les salles, sans la présence de spectateurs et avec une équipe technique réduite à un maximum de cinq personnes, reprend petit à petit, puisque la Santé publique a donné son feu vert.

Une bonne nouvelle pour le secteur des arts vivants «très affecté» depuis le début de la crise sanitaire, souligne Diane Blanchette, directrice générale et artistique de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), l’organisme qui gère L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise-Carrier. 

Une tempête que la directrice affronte avec son équipe. Si la situation est anxiogène, «on est privilégiés, puisqu’on a des subventions et des aides. Il n’y a pas de mort dans notre secteur», relative-t-elle.

«Comment maintenir notre raison d’être dans cette situation?», se demande-t-elle. On essaie de ne pas utiliser le mot ‘‘réinventer’’, parce que les arts de la scène, les arts vivants demeurent les arts vivants et ont survécu à tout depuis des millénaires. On n’a pas besoin de se réinventer, on a juste besoin de s’adapter à la situation. C’est différent.»

Un besoin humain

Car l’essence même du rôle de diffuseur culturel, c’est rassembler publics et artistes. «Ça ne peut pas mourir. Les rassemblements, pour vivre avec d’autres gens les arts vivants, ont continué même avec l’arrivée de la radio, de la télé et du Web, soutient Diane Blanchette. Il y a beaucoup de gens qui continuent à y croire et c’est un besoin humain. Ce besoin va se réexprimer quand on va pouvoir le faire.»

«Cette foi, cette envie de se rassembler autour d’un artiste et d’une œuvre sont très stimulantes et réconfortantes», souligne la directrice, qui a tenu à saluer les publics et leur dire «à très bientôt».

Si la diffusion virtuelle lui semble davantage être une «mesure compensatoire», cet outil permet au milieu artistique de «sortir la tête de l’eau, créer et rester en contact avec les publics. Ce n’est pas à balayer du revers de la main, parce que c’est le monde dans lequel on vit. C’est ça notre époque maintenant».

C’est donc un moyen à la disposition des diffuseurs qui, souhaite la directrice de DCL, l’utiliseront «à leur manière», sans devenir un simple canal de transmission, mais bien un lieu de partage, d’apprentissage, de découverte et de rencontre. «Je n’adhère pas à l’idée que le milieu des arts vivants se transformerait en un média qui ne ferait que de la diffusion virtuelle. Ce n’est pas ça notre mission.»

Alors, l’équipe de DCL réfléchit à toutes sortes de manières de poursuivre dans ce contexte inédit de la COVID-19. «On ne peut pas être sur le pilote automatique, il faut penser autrement, donc ça prend du temps et de l’énergie. Tout nouveau geste est à réfléchir», partage Diane Blanchette. Et d’ajouter que «c’est maintenant qu’il faut penser différemment, pas une fois que la pandémie sera terminée. La post-COVID, ça sera le retour à la normale.»

Du côté du Centre d’exposition Louise Carrier, bien que la reprise aurait déjà pu être effective, les lieux ont dû rester portes closes, puisque les locaux communautaires et culturels de la Ville devaient rester fermés au minimum jusqu’au 1er juin. Mais, «aussitôt qu’on aura accès à nos lieux, on va repartir la machine», assure Diane Blanchette.

Les mesures sanitaires déjà en vigueur dans les différents lieux qui accueillent du public seront appliquées, la distanciation physique, la désinfection, le lavage des mains et un parcours à sens unique. Tout sera fait pour «rassurer les visiteurs et fournir un environnement sécuritaire». 

Les plus lus

The Young Cast de retour sur NBC le 23 juin

La troupe du studio de danse lévisien District.Mao s'est qualifiée grâce à sa performance présentée le 9 juin dernier à l'émission américaine World of Dance sur NBC. The Young Cast reviendra le 23 juin devant les juges pour défendre sa place dans cette quatrième saison de la compétition.

Les finissants en arts visuels exposent virtuellement

Les 16 finissants du programme d’Arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon présentent au public leurs œuvres de fin d’études dans des galeries en ligne. Les expositions se tiennent habituellement à Regart, centre d’artistes en art actuel, et au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Un concert à la maison comme si on y était

Le Vieux Bureau de Poste (VBP), avec 17 autres diffuseurs de Réseau Centre dont fait partie la salle lévisienne, diffuseront une série de cinq spectacles en ligne. Malgré une scène bien vivante, l’horizon reste flou pour le déconfinement des salles de spectacles.

Cartographies imaginaires en vitrine

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Exposition : Louis-Fréchette et Moi à découvrir cet été

La Maison natale de Louis Fréchette a rassemblé 15 artistes qui évoquent dans leurs créations la mémoire de l’écrivain lévisien et son œuvre littéraire. L’exposition d’arts visuels est présentée du 24 juin au 1er septembre.

Le comic book de Ça fout la chienne prend forme

Dans les cartons du Lévisien Luca Jalbert depuis quelques mois, le comic book annuel qui remplacera le magazine trimestriel Ça fout la chienne a littéralement pris son envol en raison de la crise du coronavirus.

Nicolas Dussault donnera des concerts en ligne cet été

Le pianiste lévisien Nicolas Dussault présente une série de cinq concerts instrumentaux en ligne. Les prestations seront commentées et chacune des soirées musicales se déroulera sous un thème différent.

Du rap québécois virtuel

Le 12 juin dernier, le groupe de rap lévisien Taktika a présenté un concert virtuel de rap québécois. Le spectacle a été tourné en direct de L’Anti Bar et Spectacles à Québec et était disponible sur le Web.

Les comédiens passent devant la caméra

Devant un parterre de sièges vides, les comédiens se donnent la réplique. L’un des spectacles à l’affiche cet été dans la programmation du Théâtre ambulant, présentée par la Ville de Lévis, est en cours de captation sur la scène de L’Anglicane.

World of Dance : The Young Cast passe à l'étape suivante

Lors de l'émission de World of Dance télédiffusée le 23 juin, la troupe de danse lévisienne The Young Cast a appris qu'elle obtenait son billet pour la ronde des duels du concours de danse présentée sur les ondes de NBC.