L’écrivain Jonathan Reynolds entraîne ses lecteurs dans une nouvelle histoire d’épouvante. CRÉDIT : AUDE MALARET

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

«Abîme est un roman de fantastique-horrifique, communément appelé un bon roman d’horreur, qui se déroule dans le milieu de la musique heavy métal dans la province, dans trois villes, Québec, Montréal et au Saguenay», présente Jonathan Reynolds.

Son nouvel ouvrage raconte l’histoire de trois personnages qui ne se connaissent pas, du moins au début du roman, et qui seront confrontés à une force obscure, la Cloche ancestrale.

Né dans le heavy métal, l’auteur a construit une partie de son imaginaire à partir de films d’horreur et de musique. «J’ai deux grands frères plus âgés que moi. Ils avaient des disques vinyles, Iron Maiden et compagnie. Comme Obélix, je suis tombée dans la potion magique de cette musique. Et j’ai continué à en écouter. Je suis un amateur avant tout», partage-t-il.

Ce qu’on ne voit pas

Et puisque «personne au Québec n’avait fait une histoire d’horreur qui se déroule dans le heavy métal», alors l’écrivain s’est dit qu’il allait en faire une. Baigné d’épouvante, de fantastique ou même de fantaisie, Jonathan Reynolds est allé du côté du surnaturel avec Abîmes.

«Je suis de l’école de l’écrivain H.P. Lovecraft, on ne voit pas. C’est pas mal plus effrayant que quand on voit trop. Il y a une espèce de présence lourde qui peut écraser l’humanité», explique celui qui cherche à déstabiliser son lecteur et lui faire vivre une expérience. «On commence dans un quotidien très ancré dans le réel, un personnage travaille dans une boutique du Vieux-Québec, l’autre est une punk à Montréal qui développe ses photos.»

L’ouvrage est divisé en trois parties. «Il y a trois lieux et trois personnages. C’est un chiffre très important, non pas pour la Sainte trinité, mais parce que le premier accord considéré comme heavy métal a trois notes et c’est une chanson de Black Sabbath qui date de 50 ans», raconte l’auteur qui a ainsi voulu faire un clin d’œil aux amateurs du genre, tout en restant accessible afin que le lecteur passe un bon moment.

«Les personnages sont abîmés. Ils ont tous quelque chose dans leur passé que le lecteur va découvrir. La structure du roman est abîmée aussi, très courts chapitres, on passe d’un personnage à l’autre. C’est comme si on était devant un miroir dont les pièces sont brisées. Le lecteur a la vue d’ensemble, ce que les personnages n’ont pas.»

En choisissant le heavy métal, Jonathan Reynolds souhaitait aussi « montrer aux gens qui ne connaissent pas du tout cette culture musicale, que les personnages ne sont pas des brutes qui crachent partout. Il y a des personnes de toutes les sphères de la société. Les personnages sont différents les uns des autres. Je voulais faire entrer le public dans ce milieu et montrer que c’est du beau monde avec un cœur.»

Si la musique prend beaucoup de place dans le roman, devenant ainsi un personnage à part entière de l’histoire, «il n’y a pas besoin de connaître le heavy metal pour comprendre l’histoire», précise-t-il.

Pendant son processus d’écriture, Jonathan Reynolds prend beaucoup de notes avant de commencer. «Je fais une première version sans plan, parce que je veux qu’elle sorte de mes tripes. Après, je la laisse reposer une couple de mois. Avant ma deuxième version, je fais un plan à parti du matériau brut. Je fais plusieurs versions, puis je le soumets à l’éditeur avec qui ont retravaille le livre.»

Auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages, dont une douzaine pour la jeunesse, l’écrivain travaille déjà sur son prochain roman qui sera aussi destiné aux adultes. «Ça va se passer dans mon petit coin natal. J’habite à Lévis depuis plusieurs années, mais je viens de Bromptonville en Estrie.»

Les plus lus

Des murales de RenéeRose sur les murs de l’abbaye

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

Le peintre amoureux raconté dans un livre

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

Une œuvre monumentale sera installée à la Maison Fréchette

L’artiste de Montréal Stéphane Marceau fera don d’une œuvre monumentale à la Maison natale de Louis Fréchette à Lévis. Composée d’une soixantaine de personnages, la sculpture sera installée au printemps 2021 dans les jardins du site historique.

Echo Gospel présente ses capsules vidéo en ligne

Pour les Journées de la culture, qui se tiennent cette année pendant un mois, Echo Gospel présente des capsules vidéo sur sa page Facebook, à voir jusqu’au 25 octobre.

La musique appartient à celui qui commence tôt

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Une murale créée par des jeunes artistes de Lévis

Les adolescentes récipiendaires du Concours de la Relève artistique du symposium Village en Arts ont laissé libre cours à leurs talents artistiques afin de créer une murale sur la place éphémère qui laissera ensuite place au futur quartier Cocité, du constructeur Humaco Stratégies.

Le festival de conte de Lévis est annulé

Le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, qui devait se tenir du 10 au 20 octobre prochain, est annulé, ont annoncé les organisateurs ce mercredi 30 septembre sur la page Facebook de l’événement. Avec le basculement de la région en zone rouge, les salles de spectacle doivent en effet fermer leur porte et les rassemblements sont interdits.

Québec octroie une aide de 50 M$ aux salles de spectacle

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’il viendra en aide aux salles de spectacle qui ont dû fermer dans les zones où le palier d’alerte est rouge concernant la COVID-19, ce 2 octobre. Une aide totalisant 50 M$ sera investie afin de rembourser 75 % des billets qui auraient été vendus dans les six prochains mois.

Tea For 20’s ravive la flamme des années folles

Le groupe de musique swing Tea For 20’s, composé de six musiciens et de la chanteuse Lily Thibodeau, sort son deuxième album. The Dipsy Doodle rassemble des standards de jazz traditionnel swing, dans un vivant hommage à la musique populaire des années 20.

Un livre pour découvrir le bonheur à l’intérieur de soi

Premier livre de l’ancienne journaliste lévisienne Sylvie Ruel, Faire briller sa lumière est paru aux éditions Le Dauphin blanc. Ce roman d’inspiration raconte l’histoire de Joseph-Alexandre C. qui rêve de devenir artiste-peintre et du chemin intérieur qu’il aura à parcourir pour réaliser sa passion.