Grâce à l’art, les enfants qui participent à Il était une fois, mes émotions découvrent certaines émotions afin de mieux les reconnaître et les gérer.� CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis un peu plus d’un an, Il était une fois, mes émotions, un projet du Regroupement des acteurs en petite enfance de Lévis (RAPEL), est en branle. Grâce à cette initiative, l’organisme désire faciliter la reconnaissance, l’expression et la gestion des émotions chez les enfants de 0 à 5 ans, un apprentissage difficile pour ces derniers.

C’est sous l’impulsion de Mylène Boutin, conseillère pédagogique au Centre de la petite enfance (CPE) Vire-Crêpe de Saint-Nicolas, que le projet a vu le jour en 2019. Également artiste à ses heures, cette dernière a proposé au RAPEL de mettre en place une initiative qui allait permettre aux enfants de reconnaître, exprimer et gérer leurs émotions grâce à l’art.

Après avoir mis en place et diffusé une trousse d’animation sur la reconnaissance des émotions inspirée du livre La couleur des émotions d’Anna Llenas, le RAPEL a offert une formation aux intervenantes qui désiraient participer au projet en novembre 2019.

Avec tous ces outils en main, les éducatrices participantes provenant de CPE ainsi que de garderies en milieu familial ont pu passer, au cours des mois suivants, à la phase concrète d’Il était une fois, mes émotions. Lors de quatre ateliers, les enfants participants ont pu découvrir et échanger sur la joie, la tristesse, la colère et la peur.

Lors de chacune des activités, les enfants ont également pu peindre avec la couleur associée à l’émotion qui était alors en vedette. Par exemple, pour la joie, les enfants pouvaient peindre avec des nez de clown qu’ils trempaient dans de la peinture jaune, couleur à laquelle est associée cette émotion dans le cadre d’Il était une fois, mes émotions. À la fin des ateliers, chaque groupe a donc produit une œuvre d’art abstraite.

Dans le cadre du projet, le RAPEL désirait tenir un vernissage de ces œuvres à la chapelle du Patro de Lévis, une exposition qui se serait ensuite déplacée dans les bibliothèques de Lévis. Cependant, le déclenchement de la crise sanitaire a bouleversé ce plan.

Cependant, Il était une fois, mes émotions se poursuit et continue d’aider des enfants de la région à mieux gérer leurs émotions. Après la première phase à laquelle a pris part environ 200 enfants, d’autres enfants ont pu prendre part cet automne aux ateliers dans certains CPE lévisiens.

«Peu importe l’âge, la gestion des émotions demeure un défi. Pour un enfant qui commence à être en colère, c’est plus facile de le rattacher à quelque chose qu’il connaît, comme à des éléments qu’il découvre dans la série d’ateliers. Ça leur permet de faire des liens, d’exprimer leurs émotions, mais particulièrement de les reconnaître», a conclu Geneviève Mallette, agente de coordination du RAPEL ainsi qu’animatrice et intervenante à la Maison de la Famille Rive-Sud, sur les bienfaits du projet de l’organisme lévisien.

Les plus lus

À 19 ans, elle illustre son premier album jeunesse

Jeune illustratrice de Lévis, Alice Lemelin signe les images de son premier album jeunesse écrit par Simon Boulerice. Dans ce Cherche et trouve d’un nouveau genre, publié aux éditions Victor et Anaïs, les enfants s’amuseront à trouver des objets, mais devront aussi identifier les émotions des personnages au fil des pages.

Star Académie : Jacob Roberge poursuivra l'aventure

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge aura évité l'élimination, à l'issue du variété de Star Académie présenté le 4 avril. Le jeune artiste de 23 ans a pu conserver sa place dans le concours musical de TVA grâce au support du public.

Collège de Lévis : elle donne une voix à la poésie

Élève de cinquième secondaire au Collège de Lévis, Rosalie Lavoie figure parmi les 42 demi-finalistes du concours de récitation canadien les Voix de la poésie. La jeune femme saura le 25 mars si elle fera partie des neufs candidats qui participeront à la finale organisée en avril.

Son court-métrage en compétition aux États-Unis

Cinéaste et professeur de philosophie au Cégep de Lévis, Alexandre Isabelle présentera son nouveau court-métrage en première au festival Aspen Shortsfest. Les films présentés sont ensuite éligibles aux Oscars.

Un deuxième album pour Alicia Deschênes

Le premier confinement aura été synonyme de créativité pour Alicia Deschênes. L’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit a profité de cette pause dans la société québécoise afin de créer son deuxième album, Les mauvaises langues. Après le lancement de quelques simples au cours des derniers mois, le nouvel opus de l’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald et du Cégep...

Star Académie : Jacob Roberge en danger

Mis en danger à l'issue des évaluations présentées lors de l'émission quotidienne de mardi de Star Académie, l'artiste lévisien Jacob Roberge devra séduire le public ou le corps professoral du concours musical de TVA afin de poursuivre son aventure.

Les salles lévisiennes se préparent à accueillir le public

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) reprendra les spectacles en salle dès le 27 mars, tandis que L’Anglicane ouvrira de nouveau ses portes aux spectateurs le 10 avril. La salle annoncera bientôt sa programmation.

Jacob Roberge en demi-finale de Star Académie

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge prendra part à la première demi-finale de Star Académie, présenté lors du variété de ce dimanche.

Expérience enrichissante pour Matt Moln

Après cinq semaines à l’école musicale la plus prestigieuse du Québec, Mathieu Michaud, alias Matt Moln, a vu son parcours à Star Académie se terminer le 14 mars dernier. Malgré son relatif court passage, l’auteur-compositeur-interprète lévisien ne retire que du positif de son passage dans le concours musical de TVA.

Talents Bleus : la Chaudière-Appalaches s’apprête à participer à la finale

Le duo Waz’O qui représente la Chaudière-Appalaches au concours Talents Bleus diffusé à La semaine des 4 Julie sur les ondes de Noovo prendra part à l’étape finale, le 7 avril prochain. Les circassiens et trapézistes Marie-Christine Fournier, originaire de Lévis, et Louis-David Simoneau tenteront de conquérir une ultime fois le public et mettre la main sur les grands honneurs.