L’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame et du Cégep de Lévis a récemment lancé son deuxième album. CRÉDIT : SHOWN MORIN

Le premier confinement aura été synonyme de créativité pour Alicia Deschênes. L’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit a profité de cette pause dans la société québécoise afin de créer son deuxième album, Les mauvaises langues. Après le lancement de quelques simples au cours des derniers mois, le nouvel opus de l’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald et du Cégep de Lévis a finalement été lancé le 26 février dernier.

«J’étais vraiment fébrile que mon album soit finalement lancé puisqu’il est prêt depuis cet été. C’est excitant de faire découvrir de nouvelles chansons. J’avais hâte de voir comment les gens allaient réagir. Jusqu’à maintenant, la réception est bonne. Je suis fière de mon album et aussi fière qu’il plaise à beaucoup de gens», partage d’emblée l’artiste originaire de Saint-Agapit.

Après avoir lancé en 2019 son premier album, Comme June aime Johnny, Alicia Deschênes a été prise «dans le tourbillon» suivant la création de cet opus. Elle a ainsi éprouvé des difficultés à composer de nouvelles chansons en vue de mettre au monde un nouvel album.

C’est alors que la pandémie a frappé le Québec. Si le confinement mis en place afin de freiner la propagation du coronavirus a changé le quotidien de l’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit, cette pause vécue par toute la société québécoise lui a permis de plancher sur son nouvel album.

«Si je peux tirer un bénéfice du confinement, c’est bien la pause qui a permis de mettre fin au tourbillon que je vivais et de me concentrer sur l’écriture de nouvelles chansons. Avant le confinement, j’avais trois chansons d’écrites. Deux semaines après le début du confinement, j’avais toutes les chansons pour mon nouvel album et après un mois, on avait la direction qu’on voulait prendre pour l’opus. Comme j’étais confinée chez mes parents, j’ai enregistré plein de choses avec mon cellulaire. Il y a certains morceaux de guitare qu’on a gardés puisque cela apportait une touche intéressante aux chansons», explique-t-elle.

Nouveau son

En plus de représenter un projet positif qui a occupé l’artiste originaire de la MRC de Lotbinière pendant le confinement, Les mauvaises langues marque également un changement de son pour Alicia Deschênes. Si le son folk et la guitare acoustique étaient en vedette dans Comme June aime Johnny, c’est plutôt une ambiance pop et électro qui accompagnera les personnes qui écouteront le deuxième album de l’autrice-compositrice-interprète.

«Daran (artiste français avec qui elle collabore depuis 2016) et moi, nous ne nous sommes pas concertés pour changer le son en préparant le nouvel album. En travaillant sur Réveille-moi, le premier simple du nouvel album, Daran a voulu essayer quelque chose et il y a apposé un son plus pop. Je me demandais si je pouvais explorer ces sonorités comme j’avais un son plus folk dans mon premier album, mais j’aimais bien le résultat pour Réveille-moi et nous avons décidé d’y aller all in. D’ailleurs, j’avais très hâte que les gens puissent écouter mon album au complet en raison de ce nouveau son», illustre Alicia Deschênes.

Mais si le son change, le contenu demeure sensiblement le même. Comme dans son premier opus, l’artiste propose des textes sensibles et émouvants, grâce auxquels elle peut notamment aborder la perte d’un être cher, l’essentiel de la vie et le désir de rester fidèle à soi-même.

«Comme depuis mes débuts, c’est sûr que les émotions sont au cœur de mes nouvelles chansons. Autant en ce qui a trait à ma vie personnelle ou la situation provoquée par la pandémie, j’avais le goût que mes nouvelles chansons soient positives et qu’elles symbolisent l’espoir», souligne l’autrice-compositrice-interprète.

Soulignons finalement que Les mauvaises langues est disponible dès maintenant, notamment sur les plateformes de lecture musicale en continu.

Les plus lus

Jacob Roberge en demi-finale de Star Académie

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge prendra part à la première demi-finale de Star Académie, présenté lors du variété de ce dimanche.

L’Anglicane dévoile sa programmation printanière

Dès que le gouvernement permettra la réouverture des salles de spectacle, le public pourra à nouveau prendre place à L’Anglicane de Lévis et la salle retrouvera sa raison d’être. Une programmation riche en rencontres attend les spectateurs ce printemps.

Jacob Roberge éliminé de Star Académie

L’artiste lévisien Jacob Roberge a vu son parcours à Star Académie s’arrêter le 18 avril dernier. Le chanteur de 23 ans n’a pas convaincu le public de lui donner un billet pour la grande finale du concours musical de TVA.

Peinture : les différents visages de Candy Pelletier

Jusqu’au 31 mai, l’artiste lévisienne Candy Pelletier expose ses œuvres à la galerie Chez Alfred Pellan, à Québec. L’artiste, qui présente des visages et des portraits d’animaux, se distingue par un style réaliste et des toiles en noir et blanc.

Talents Bleus : une expérience mémorable pour le duo Waz’O

Le duo Waz’O, représentants de la Chaudière-Appalaches, prenait part à la finale du concours Talents Bleus à l’émission La semaine des 4 Julie, diffusée sur les ondes de Noovo le 7 avril dernier. Les circassiens trapézistes Marie-Christine Fournier, originaire de Lévis, et Louis-David Simoneau se sont inclinés à cette ultime étape de la compétition.

Une nouvelle de Mélanie L’Hérault pour les mamans

Une nouvelle de l’autrice lévisienne Mélanie L’Hérault figure dans le recueil Des nouvelles de maman, paru chez Guy Saint-Jean, qui rassemble douze plumes publiées par l’éditeur autour du thème de la maternité.

Star Académie : Jacob Roberge satisfait

Malgré son élimination de Star Académie le 18 avril dernier, le Lévisien part de l’aventure la tête haute. Le jeune artiste, qui est content de son parcours et de son gain en expérience, a déjà des projets futurs en tête.

L’Orchestre symphonique de Lévis veut récolter 20 000 $

La campagne Achetez vos Décibels de l’Orchestre symphonique de Lévis est en cours jusqu’au 15 juin. Les dons serviront à l’acquisition d’instruments de musique ainsi qu’à l’entretien et à l’achat d’équipements.

L’École de musique Jésus-Marie veut récolter 20 000 $

La quatorzième campagne de financement annuelle de l’École de musique Jésus-Marie est en cours jusqu’au  juin avec un objectif de 20 000 $.

Deux Lévisiennes lauréates à Secondaire en spectacle

Les artistes des établissements secondaires de la région ont brillé lors des deux Finales régionales de Secondaire en spectacle en Chaudière-Appalaches.