CRÉDIT : ARCHIVES

C’est une grande tristesse que nous avons ressenti à la suite du drame survenu dans la soirée du 31 octobre dernier à Québec. Il va de soi que nos meilleures pensées vont aux personnes qui ont été victimes de ces actes et à leurs proches.

Après le sentiment de tristesse, nous ressentons de la consternation et de l’incompréhension vis-à-vis un certain discours public récurrent lorsque de tels drames surviennent. Tout en déplorant la violence perpétrée dans de telles circonstances, nous désirons également dénoncer les amalgames véhiculés entre de tels actes de violence et la santé mentale. Certaines études tendent en fait à démontrer qu’une personne vivant avec un problème de santé mentale est plus susceptible de subir des actes de violence que d’en perpétrer. Des drames comme celui de samedi dernier, aussi tristes et inexplicables soient-ils, ne devraient pas amener davantage de coercition et de préjugés à l’endroit des personnes qui vivent avec un problème de santé mentale, il y en a déjà suffisamment!

Certains remettent même en cause la désinstitutionalisation, qui est à toutes fins pratiques terminée depuis les années 1990. Il serait illusoire de croire que l’on peut retourner à une époque où l’on enfermait les personnes ayant des problèmes de santé mentale dans des hôpitaux psychiatriques et que les problèmes se régleraient alors à grands coups de solutions s’apparentant à l’emploi d’une baguette magique! Ne serait-il pas opportun de mettre de côté cet enjeu du passé et d’avoir un réel débat public en matière de santé mentale digne du 21ième siècle?

La question que tout le monde se pose, peut-on prévenir de tels actes de violence? À titre de représentants de groupes de défense de droits et de ressources alternatives en santé mentale, nous estimons que la réponse se situe dans un investissement majeur dans les services d’aide dans la communauté. De surcroît, nous soulignons l’importance que représente une aide rapide et adaptée aux besoins des personnes, l’accès à des services de psychothérapie ainsi qu’à des ressources communautaires en santé mentale financées adéquatement. Comme société, donnons-nous la priorité d’aider les personnes à l’extérieur des murs de l’hôpital psychiatrique et des centres de détention!

Nous saluons la volonté du ministre Carmant relativement à son annonce des investissements de 100 millions en santé mentale comprenant 10 millions pour le milieu communautaire. Malheureusement, ces sommes sont temporaires et les besoins demeurent permanents. À cet effet, nous déplorons que lorsque des allocations récurrentes sont versées aux organismes communautaires en Chaudière-Appalaches, les organismes en santé mentale ne sont pas priorisés et leur financement demeure stagnant et insuffisant depuis trop longtemps.

Les gens que nous aidons au quotidien sont souvent isolés et vivent dans des conditions de vie précaires, qui affectent grandement leur vie. Ces éléments doivent aussi être considérés si on veut réellement améliorer la situation. Nos ressources accueillent chaque année des centaines de personnes qui souhaitent améliorer leur santé mentale par l’entraide, la défense de leurs droits, l’hébergement et l’intégration en emploi. Nous sommes préoccupés que cet acte tragique amène une plus grande stigmatisation des personnes qui fréquentent nos organismes.

Puisque les prises de position émotives ne sont pas sans conséquences, nous appelons à un traitement plus respectueux de la santé mentale dans l’espace public lors d’évènements comme celui de samedi dernier. Les groupes alternatifs en santé mentale et de défense des droits en santé mentale de Chaudière-Appalaches.

François Winter, directeur général de L’A-DROIT de Chaudière-Appalaches, Lévis

Edith Lambert, directrice générale de L’Oasis de Lotbinière, Saint-Flavien

Ann Robitaille, directrice générale d’Aux quatre vents, Lévis

Diane Chatigny, directrice générale du Murmure, Beauceville

Karlyn Perron, directrice générale de La Barre du jour, Saint-Gervais

Mélissa Boilard, directrice générale du Trait d’union, Montmagny

Les plus lus

Préparer un précieux legs pour ses descendants

Depuis le 3 novembre, quatre aînés du Grand Lévis peuvent vivre une aventure humaine enrichissante grâce au Service d’entraide de Pintendre. Chaque semaine, le groupe se réunit virtuellement afin de s’entraider dans la rédaction de leur récit de vie, autobiographie qu’ils pourront partager avec leurs proches afin de présenter leur histoire.

Services sociaux : le ministre Carmant présente les mesures applicables pendant les Fêtes

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé, le 16 décembre, les mesures mises en place pour mieux protéger contre la COVID-19 les personnes hébergées dans différents milieux de vie, d'hébergement ou de soins du réseau pendant la période des fêtes, soit du 24 au 27 décembre inclusivement.

L'archidiocèse proposera en ligne une messe spéciale le 24 décembre

L'archidiocèse catholique de Québec offrira une messe de Noël, le 24 décembre à 19h, sur sa plateforme ecdq.tv. Présidée par le cardinal Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec, la cérémonie, conçue en collaboration avec le Centre Spiritualitésanté de la Capitale-Nationale, a été célébrée à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. Cette messe est dédiée aux aînés, à leurs proches aidan...

Les Petits Frères toujours là pour les aînés isolés

Alors que Les Petits Frères de Lévis continuent de veiller sur leurs 61 Grands Amis depuis le début de la pandémie, ils déploieront cette année plusieurs initiatives, activités, actions bénévoles et lancent un appel à la solidarité des Québécois afin de briser l’isolement social des personnes âgées pendant le temps des Fêtes.

Expansion d’Alter Justice dans la région

Alter Justice, organisme sans but lucratif ayant pignon sur rue à Québec, ouvrira en janvier un nouveau point de services à Lévis.

Les épiciers de la région supportent Le Grenier

Pour une nouvelle fois, plusieurs épiciers du quartier Lévis ont donné un coup de pouce au Comptoir alimentaire Le Grenier dans sa confection de paniers de Noël. Cinq marchands de la région se sont unis, en novembre, pour offrir des dons en nourriture à l’organisme lévisien afin que son équipe puisse préparer des plats qui ont été ajoutés dans ses paniers de Noël.

Un nouveau numéro de La Carvelle est paru

La Société d’histoire de Saint-Romuald (SHSR) vient de publier le vingtième numéro de La Carvelle. La revue est disponible dans les pharmacies Brunet et Uniprix du quartier Saint-Romuald.

Le Chantier Davie remet 103 312 $ au Grenier

Le chantier maritime lévisien a tenu une collecte tout au long de l’année auprès des travailleurs ainsi que de ses fournisseurs et partenaires au mois de décembre. Un chèque de 103 312 $ a été remis à l’organisme qui vient en aide aux personnes et familles moins bien nanties du territoire.

Jazz Lévis offre un beau cadeau à la Maison de la Famille Rive-Sud

La direction générale de la résidence privée pour aînés Jazz Lévis, une résidence Cogir, a offert, le 8 décembre, un don de 2 500 $ à la Maison de la Famille Rive Sud (MFRS).

Une guignolée couronnée jusqu'à maintenant de succès

La 11e Guignolée du Dr Julien au profit du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL), qui se déroule du 1er décembre au 15 janvier, est une réussite jusqu'à maintenant. En date du 17 décembre, l'organisme lévisien avait récolté un peu plus de 76 000 $, alors que son objectif initial était de 50 000 $.