Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées! Fatiguées de nous battre pour une reconnaissance qui ne vient pas. De quêter pour réussir à accomplir notre mission. De toutes ces redditions de comptes. De voir partir notre personnel pour le Réseau faute de salaires décents. De voir les piliers de nos organisations tomber en burnout. De se justifier devant vous et devoir recommencer à chaque changement de ministre et/ou de fonctionnaire.

Monsieur Carmant, en 2018, lors de votre première prise de parole publique lors d’un de nos événements, vous avez affirmé que votre gouvernement allègerait la reddition de comptes du communautaire et veillerait à le financer adéquatement.

Rapidement, nous avons demandé une rencontre avec la ministre de la Santé et des Services sociaux (SSS), madame Danielle McCann, que nous avons obtenue. Elle-même a confirmé notre important retard de financement, notamment dans l’indexation de la subvention PSOC des 10 dernières années durant lesquelles nous n’avons bénéficié d’aucun rehaussement adéquat.

Fin 2019, nous vous demandions une seconde rencontre, prévue pour la fin de l’hiver. Durant cette période, nous y avons cru. Nous avons eu espoir qu’enfin un gouvernement se préoccupait des groupes communautaires. Votre écoute, votre proximité et votre support, on y croyait. Triste est de constater qu’aujourd’hui, malgré le changement, rien ne change.

Voilà qu’en mars 2020 une pandémie nous tombe dessus. Tout ferme et on nous demande d’être des services essentiels. Nous répondons présents. Vous annoncez des primes COVID pour les services essentiels, jusqu’au commis d’épicerie. Belle initiative. De notre côté, le fond d’urgence se fait attendre et, selon certains CISSS, il n’est pas possible de l’attribuer à des primes salariales : deux poids, deux mesures.

Notre précarité est grandissante, car qui dit pandémie dit activités d’autofinancement suspendues, essoufflement, peur d’être un foyer d’éclosion et de mettre en danger la santé des jeunes et du personnel. Pourtant, « nous tenons le fort ». Soudain, monsieur Legault nomme monsieur Dubé comme nouveau ministre.

On recommence notre manège! Maintenant, c’est le ministre délégué, monsieur Carmant, qui prend en charge le mandat des organismes communautaires financés par le MSSS : nous demandons à le rencontrer et discutons avec les nouveaux fonctionnaires.

Monsieur Carmant, vous avez rencontré plusieurs groupes communautaires, et c’est parfait, mais pas le Regroupement des Auberges du cœur du Québec. Les jeunes en difficulté ce n’est pas vendeur. Nous sommes souvent les grands oubliés, surtout lorsqu’on parle d’itinérance. Vous avez annoncé lundi dernier 100 M$ d’investissement en santé mentale à la suite du drame à Québec. Pourquoi débloquer ces sommes seulement lorsqu’un drame survient?

Dans les maisons d’hébergement jeunesse communautaire, l’irréparable ne s’est pas produit. Devons-nous attendre d’en arriver là? Que par faute de financement adéquat, donc par manque de ressources humaines, une maison ferme, qu’un ou une jeune se retrouve à la rue devant ces portes closes sans connaître les suites possibles, alors que l’hiver arrive.

Nous avons relancé plus d’une fois votre bureau pour une demande de rencontre en vue d’un financement à la mission adéquat. Voici la réponse de votre cabinet obtenue lundi soir : «Après avoir retourné et retourné votre problème de financement, il nous apparait que nous ne pouvons financer davantage le Regroupement et les Auberges du cœur. Selon votre modèle d’organisation, seul le PSOC peut vous soutenir. Le MSSS ne dispose d’aucune autre aide financière qui pourrait vous venir en aide.» Pourtant le PSOC relève directement du MSSS. Aussi, et soyez assurés que nous ne sommes pas contre, au contraire, les maisons d’hébergement pour femmes ont un financement à la mission substantiellement supérieur au nôtre. Est-ce plus onéreux héberger une femme qu’une jeune en difficulté?

Votre réponse s’accompagne du détail du financement des Auberges et nos chiffres ne concordent pas avec les vôtres. Vous y ajoutez même le fond d’urgence, qui est une aide non récurrente. Si le financement de l’hébergement communautaire jeunesse était adéquat, nous n’aurions pas eu besoin de ce fond. Vous nous invitez même à faire une demande au prochain fond d’urgence de 70 M$ qui sera offert sous peu. Ce n’est pas notre demande. Nous demandons l’ajout de 12 M$ récurrents à notre financement. Je dois vous dire, à mon grand regret, que l’hébergement communautaire jeunesse a testé positif à la COVID-19. La fièvre nous l’avons depuis un bon moment, l’essoufflement est très présent et certaines ressources sont déjà sous assistance respiratoire. Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées, mais déterminées.

Paule Dalphond

Directrice générale Regroupement des Auberges du cœur du Québec

Les plus lus

Préparer un précieux legs pour ses descendants

Depuis le 3 novembre, quatre aînés du Grand Lévis peuvent vivre une aventure humaine enrichissante grâce au Service d’entraide de Pintendre. Chaque semaine, le groupe se réunit virtuellement afin de s’entraider dans la rédaction de leur récit de vie, autobiographie qu’ils pourront partager avec leurs proches afin de présenter leur histoire.

Services sociaux : le ministre Carmant présente les mesures applicables pendant les Fêtes

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé, le 16 décembre, les mesures mises en place pour mieux protéger contre la COVID-19 les personnes hébergées dans différents milieux de vie, d'hébergement ou de soins du réseau pendant la période des fêtes, soit du 24 au 27 décembre inclusivement.

L'archidiocèse proposera en ligne une messe spéciale le 24 décembre

L'archidiocèse catholique de Québec offrira une messe de Noël, le 24 décembre à 19h, sur sa plateforme ecdq.tv. Présidée par le cardinal Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec, la cérémonie, conçue en collaboration avec le Centre Spiritualitésanté de la Capitale-Nationale, a été célébrée à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. Cette messe est dédiée aux aînés, à leurs proches aidan...

Les Petits Frères toujours là pour les aînés isolés

Alors que Les Petits Frères de Lévis continuent de veiller sur leurs 61 Grands Amis depuis le début de la pandémie, ils déploieront cette année plusieurs initiatives, activités, actions bénévoles et lancent un appel à la solidarité des Québécois afin de briser l’isolement social des personnes âgées pendant le temps des Fêtes.

Expansion d’Alter Justice dans la région

Alter Justice, organisme sans but lucratif ayant pignon sur rue à Québec, ouvrira en janvier un nouveau point de services à Lévis.

Les épiciers de la région supportent Le Grenier

Pour une nouvelle fois, plusieurs épiciers du quartier Lévis ont donné un coup de pouce au Comptoir alimentaire Le Grenier dans sa confection de paniers de Noël. Cinq marchands de la région se sont unis, en novembre, pour offrir des dons en nourriture à l’organisme lévisien afin que son équipe puisse préparer des plats qui ont été ajoutés dans ses paniers de Noël.

Un nouveau numéro de La Carvelle est paru

La Société d’histoire de Saint-Romuald (SHSR) vient de publier le vingtième numéro de La Carvelle. La revue est disponible dans les pharmacies Brunet et Uniprix du quartier Saint-Romuald.

Le Chantier Davie remet 103 312 $ au Grenier

Le chantier maritime lévisien a tenu une collecte tout au long de l’année auprès des travailleurs ainsi que de ses fournisseurs et partenaires au mois de décembre. Un chèque de 103 312 $ a été remis à l’organisme qui vient en aide aux personnes et familles moins bien nanties du territoire.

Jazz Lévis offre un beau cadeau à la Maison de la Famille Rive-Sud

La direction générale de la résidence privée pour aînés Jazz Lévis, une résidence Cogir, a offert, le 8 décembre, un don de 2 500 $ à la Maison de la Famille Rive Sud (MFRS).

Une guignolée couronnée jusqu'à maintenant de succès

La 11e Guignolée du Dr Julien au profit du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL), qui se déroule du 1er décembre au 15 janvier, est une réussite jusqu'à maintenant. En date du 17 décembre, l'organisme lévisien avait récolté un peu plus de 76 000 $, alors que son objectif initial était de 50 000 $.