Carbone Scol’ERE encourage les jeunes participants à passer à l’action en adoptant de nouvelles habitudes de vie écoresponsables.� CRÉDIT : COURTOISIE

Programme éducatif sur les habitudes de vie écoresponsables et leurs impacts sur les changements climatiques pour les jeunes de 9 à 12 ans, Carbone Scol’ERE fête ses dix ans. Depuis sa création, plus de 18 500 élèves au Québec ont participé aux ateliers créés par la Coop FA à Lévis.

Lancé en 2010-2011 dans cinq écoles primaires de la Chaudière-Appalaches, Carbone Scol’ERE se déploie aujourd’hui dans 15 régions administratives de la province. 

En dix ans, le nombre de classes participantes est passé de 15 à 858 classes au total. L’an passé, elles étaient 350 inscrites au projet. 

Ce sont plus de 18 500 élèves qui ont suivi ce programme éducatif et ont pris avec leur famille 75 000 nouvelles habitudes de vie écoresponsables. 

C’est en effet à l’action que Carbone Scol’ERE veut encourager les jeunes participants. Lors d’ateliers ludiques en classe, les élèves découvrent les enjeux environnementaux actuels qui se posent face aux changements climatiques en cours. 

Être acteur de changement

 «Le programme consiste en cinq ateliers de deux heures chacun, répartis sur trois à cinq mois. C’est très concret. On parle de ce qu’on consomme, de transport, d’énergie, des matières résiduels. Les jeunes vont jouer avec ça, ce sont des ateliers très ludiques», explique Charles-Hugo Maziade, directeur général de la Coop FA et éducateur spécialisé en éducation relative à l’environnement (ERE).

Les élèves peuvent ainsi comprendre l’impact des activités humaines et des habitudes de vie sur les changements climatiques. «Qu’est-ce qu’ils peuvent faire à leur échelle pour devenir des acteurs de changement? Ils créent des solutions écoresponsables et passent à l’action», ajoute-t-il.

En plus des rencontres en classe, Carbone Scol’ERE se poursuit sur une plateforme Web qui accompagne les jeunes à la maison. Les participants peuvent l’utiliser avec leur famille pour mener des enquêtes et identifier leurs actions écoresponsables, apprendre à les valoriser et en découvrir de nouvelles.

Compenser les émissions carbones

«Les jeunes deviennent plus vigilants, développent leur esprit critique et sont des acteurs de changement dans leur milieu. Grâce à cette plateforme, on est là pour accompagner les jeunes à distance, on peut répondre à leurs questions. Il y a un blogue, des jeux, des quiz. Notre méthodologie, c’est comprendre, créer, agir», souligne Charles-Hugo Maziade.

À ce volet éducatif, vient s’ajouter celui de la compensation carbone qui s’adresse aux citoyens, aux organisations et aux entreprises.

«Chacun peut venir compenser ses émissions en achetant les tonnes de gaz à effet de serre évitées par le programme éducatif. Ainsi, les gens qui viennent compenser avec nous leurs émissions carbones financent un programme éducatif dans les écoles du Québec qui va réduire les émissions carbones.»

Grandir au Canada et à l’international

 «On est vraiment content d’avoir réussi à mobiliser et d’avoir fait la démonstration qu’un programme éducatif peut être déployé dans l’ensemble des milieux scolaires. On l’adapte selon la couleur du milieu, mais ce sont les mêmes jeux, les mêmes outils», se réjouit le cofondateur du projet.

La Coop FA entend continuer le déploiement de Carbone Scol’ERE à l’échelle québécoise et vise les 500 classes d’ici 2023 au Québec. Le programme se développe aussi en France et devrait être disponible dans d’autres provinces canadiennes d’ici 2025, voir à l’international.

Conçu pour les 9 à 12 ans, Carbone Scol’ERE pourrait finalement avoir une suite et s’adresser aux plus grands. 

Les plus lus

Des sacs réconfortants distribués dans Bellechasse

Près de 5 200 sacs réconfortants seront distribués dans les écoles, les CPE, les garderies et quelques organismes du territoire de Bellechasse à la fin du mois de février.

Un beau cadeau de Saint-Valentin pour des aînés de la région

Continuant de veiller sur ses 62 Grandes et Grands Amis depuis le début de la pandémie, Les Petits Frères de Lévis pourront offrir un beau cadeau de Saint-Valentin à ces derniers grâce au travail d'élèves lévisiens.

Nouveau record pour Des pâtés pour s’aider

Les coprésidents d’honneur de la campagne 2020 Des pâtés pour s’aider du Filon, Christiane Brochu et Richard Turgeon (sur la photo), ont été plus qu’enchantés par les résultats enregistrés. Ce sont plus de 965 dons-pâtés qui ont trouvé preneur dès la fin de la deuxième semaine de la campagne, soit l’entièreté de la production destinée à la campagne de financement. De plus, grâce à la générosité ...

L’ADOberge lance une campagne de financement

L’ADOberge Chaudière-Appalaches, un organisme communautaire qui offre principalement un service d’hébergement temporaire pour les adolescents de 12 à 17 ans, lance une campagne de financement sur la plateforme La Ruche afin de financer ses activités des deux prochaines années. Les intéressés sont invités à donner jusqu’au 16 mars prochain.

625 $ remis à La Passerelle

La Corporation Charny Revit et la Boucherie des Chutes ont annoncé, le 28 janvier, que la campagne de financement Charny généreuse a permis d’amasser 625 $. Cette somme a été remise à l’organisme communautaire La Passerelle qui se spécialise dans l’aide et l’entraide des gens vivant avec un problème de santé mentale et qui a pour mission d’améliorer la qualité de vie de ces personnes.

Un balado vidéo sur l’environnement

Trajectoire-emploi a récemment conclu l’un de ses nouveaux projets visant à favoriser l’implication de jeunes dans leur communauté. Sous l’impulsion de l’organisme communautaire lévisien, quatre jeunes Lévisiennes ont mis en ligne, le 25 janvier, un balado vidéo réalisé l’automne dernier sur l’environnement en temps de pandémie.

Des vidéos pour faire découvrir les organismes communautaires

C’est le 18 février qu’a été lancée l’initiative Communautaire en Vrac. Initié par Samuel Labbé, un Lévisien de 18 ans, le projet a permis la mise en ligne de vidéos sur Facebook afin de faire connaître plusieurs organismes communautaires de la ville.

Relance économique : le RGFCA demande des mesures pour les femmes

Le Réseau des Groupes de femmes Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 février, la Mise à jour de l’état de situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. À l’instar des autres groupes de femmes régionaux et nationaux, le RGFCA a profité de l’occasion pour interpeller la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches,...

La TRÉSCA a un nouveau directeur général

La Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRÉSCA) a annoncé la nomination de son nouveau directeur général, Loïc Lance, le 16 février dernier.