Les bénéficiaires recevront un accompagnement par les organismes en plus du téléphone. CRÉDIT : BIGSTOCK

Pour aider les personnes vulnérables qui n’ont pas accès à un téléphone et à une connexion Internet, un regroupement d’organismes lévisiens lance le projet Wifi pour tous. Une collecte est en cours pour amasser 200 téléphones cellulaires intelligents usagés avec leur chargeur.

Comment communiquer avec une personne qui n’a ni téléphone ni accès à Internet? C’est la problématique face à laquelle se trouvent les organismes communautaires lévisiens pour joindre leurs usagers.

Dans le contexte de la pandémie, cette difficulté a été exacerbée par les mesures sanitaires qui ont limité l’accès des personnes vulnérables aux locaux et aux services ainsi que leurs contacts avec les intervenants. Ainsi, l’ordinateur public disponible au Café la Mosaïque n’était pas accessible pendant le confinement.

Il a aussi pu être compliqué pour les usagers isolés d’être bien informés des consignes en vigueur qu’elles soient transmises par la Santé publique ou par les organismes eux-mêmes, par exemple pour venir chercher un panier alimentaire.

«Le seul moyen d’entrer en communication avec ces personnes, c’est de se déplacer physiquement, d’envoyer une personne pour leur parler de vive-voix. En 2021, il faut encore qu’on dépêche un messager sur son cheval pour aller jaser à quelqu’un», illustre Pascale Bourdages, coordonnatrice du Café la Mosaïque qui fait partie du comité Wifi pour tous à Lévis.

«Il y a des gens qui se retrouvent isolés chez eux, qui n’ont pas accès à l’information. On s’est rendu compte que pendant le confinement des gens ne savaient même pas qu’il y avait un couvre-feu», complète Gerttey Tremblay, organisatrice communautaire au CISSS de Chaudière-Appalaches, et membre du comité.

Pouvoir communiquer

 C’est pour répondre à ces besoins de communication et d’information que Wifi pour tous a été lancé par un regroupement d’organismes communautaires de Lévis. Ce projet veut répondre aux besoins des usagers, comme prendre un rendez-vous sur la plateforme Clic Santé, faire un suivi téléphonique avec un intervenant, contacter un organisme et avoir accès aux ressources communautaires.

«C’est notre but, rappelle Pascale Bourdages, mais on veut aussi que ces personnes aient accès à un loisir, puissent reconnecter avec les gens sur Facebook, avec leur famille, leurs amis. Ce n’est pas vrai que les gens les plus vulnérables ne vivent que pour leurs besoins de base. Ils ont le droit de vivre et non de survivre.»

Les partenaires du projet ont alors recensé tous leurs usagers sans outil de communication à la maison. Les organismes participants sont : Aux Quatre Vents, l’Espace Mélilot, la Société de réadaptation et d’intégration communautaire, Alliance-Jeunesse, l’OMH, le Comptoir alimentaire Le Grenier et le Café la Mosaïque.

«On leur a demandé chez combien de personnes ils devaient se déplacer pour entrer en contact avec elles. Ils ont identifié 200 usagers qui sont vraiment isolés et n’ont pas accès à un téléphone ou du wifi», explique Gerttey Tremblay.

200 bénéficiaires identifiés

«Ce n’est pas 200 téléphones en banque qu’on va ensuite distribuer. Les 200 téléphones ont déjà une personne qui leur est attitrée. Ce sont 200 noms qu’on a, 200 personnes existantes», fait savoir Pascale Bourdages.

En plus du téléphone, les bénéficiaires auront accès à un forfait pendant six mois. «On ne va pas laisser les gens tout seul avec leur cellulaire. Il va y avoir une formation», précise-t-elle.

Chacun sera accompagné par l’organisme qui lui aura remis le téléphone. Un contrat sera passé avec chaque personne pour «que l’usager qui le reçoit comprenne les conditions et ce que ça implique». Ainsi, il va savoir «comment s’en servir et dans quelle mesure il a le droit de s’en servir. Ça va devenir un outil sur le long terme qu’il va pouvoir réutiliser de plusieurs façons possibles».

La collecte des téléphones auprès des citoyens n’est qu’un des quatre volets du projet Wifi pour tous. En parallèle, une cartographie de toutes les zones de wifi qui existent sur le territoire de Lévis est en cours de réalisation par la Corporation de développement communautaire de Lévis (CDC).

«Une fois qu’on sait où elles sont, on voudrait plus de zones d’accès gratuit, surtout dans les lieux publics comme les parcs ou les places publiques. Augmenter les zones d’accès gratuit, c’est une bonne partie de la réponse au problème», souligne la coordonnatrice du Café la Mosaïque.

Ces deux premières phases sont soutenues par la Ville de Lévis et des programmes gouvernementaux pour un total d’environ 50 000 $. Dans les prochaines phases, le comité souhaite installer des ordinateurs pour amener des zones d’utilisation d’Internet dans les immeubles de l’OMH, qui porte ce projet pour lequel une demande de financement a été déposée.

Un point de collecte est accessible au Café la Mosaïque aux heures d’ouverture du comptoir. Il est également possible de venir porter le téléphone au Centre aide et prévention jeunesse (CAPJ), au Comptoir alimentaire Le Grenier, Aux Quatre Vents, à l’Espace Mélilot, à la Société de réadaptation et d’intégration communautaire, à L’ADOberge ou à OMH Lévis. Il est demandé de déverrouiller et de réinitialiser son appareil ainsi que d’indiquer l’opérateur. L’équipe du Restaure Café s’assurera que tout est fonctionnel.

Information au 418-835-3000 ou info@cafelamosaique.org.

Les plus lus

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Une application consacrée à la santé mentale maintenant disponible

L’A-Droit de Chaudière-Appalaches a officiellement lancé ce printemps l’application DRSM – Santé mentale sur l’App Store et Google Play. Avec ce nouvel outil, l’organisme de promotion et de défense de droits en santé mentale basé à Lévis veut informer autant les gens de la région qu’ailleurs en province sur les droits et les différentes ressources en santé mentale.

Un nouveau coup de pouce de la Piazzetta pour le Collège

C’est le 9 juin prochain que la Piazzetta de Lévis tiendra sa traditionnelle journée Generosa, événement qui permet chaque année au restaurant de soutenir une cause locale. Pour une deuxième année consécutive, l’activité caritative profitera à la Fondation Collège de Lévis.

Un Patro qui souhaite s’ouvrir encore plus à sa communauté

C’est à la fin de l’année 2019 que l’équipe du Patro de Lévis et son conseil d’administration ont constaté qu’ils étaient arrivés à la fin de leur planification stratégique, dont tous les objectifs étaient atteints. Vieux de ses 115 ans, le Patro a décidé de développer une nouvelle vision tout en préservant ses valeurs fondamentales afin de servir encore mieux la communauté lévisienne.

Le marché Ostara et Neo débarquent au Patro

Déjà, de nouveaux univers du Patro de Lévis apparaîtront dans les prochaines semaines pour la saison estivale. Le nouvel univers du camp de jour, qui portera désormais le nom de Neo, ainsi que le marché Ostara seront mis sur pied prochainement.

Mon Quartier de Lévis lance officiellement ses activités

En place depuis quelques mois, Mon Quartier de Lévis, l’organisme qui remplace les défunts organismes de revitalisation du Vieux-Charny, du Vieux-Lévis, du Vieux-Saint-Romuald et du Village Saint-Nicolas, a officiellement lancé ses activités, le 26 mai dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Une offre de Communauto dans le Vieux-Lévis

Une entente de location d’espaces de stationnement dans le Vieux-Lévis entre l’entreprise d’autopartage Communauto et la Ville de Lévis a été conclue, a annoncé la municipalité, le 27 mai dernier.

Ode à la bienveillance envers les aînés

Le 15 juin, ce sera la Journée mondiale de lutte à la maltraitance des personnes aînées. Afin de souligner cette journée, plusieurs intervenants de la Chaudière-Appalaches ont uni leurs forces pour proposer une formule qui mettra plutôt l’accent sur un message positif.

Don de Lemieux Assurances à Marcelle-Mallet

François Lemieux, président de Lemieux Assurances, Alexandra Turgeon, directrice de la Fondation de l’École Marcelle-Mallet, et Robin Bernier, directeur général de l’institution privée du Vieux-Lévis, ont récemment présenté le nouveau tableau numérique du gymnase de l’école secondaire, un partenariat de Lemieux Assurances.

Un nouvel hébergement pour le CAPJ de Lévis

Le Centre Aide et Prévention Jeunesse (CAPJ) de Lévis a saisi les opportunités de financement mises en place par le gouvernement fédéral pour développer son offre d’hébergement long terme pour les personnes vivant des difficultés de logement.