Après 42 ans d’implication au sein de la SHL, dont 13 à titre de directeur général, Gilbert Samson a tiré sa révérence. CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN - CHAÎNE YOUTUBE VILLE DE LÉVIS

En raison de son déménagement à Mont-Saint-Hilaire afin de se rapprocher de son fils Louis, Gilbert Samson a dû mettre fin à ses activités de bénévolat dans sa ville natale, dont celles auprès de la Société d’histoire de Lévis (SHL). Ce grand bâtisseur natif de Bienville aura fait une différence à Lévis pendant plus de 60 ans en s’impliquant au sein de nombreux organismes.

C’est dès l’enfance que l’homme de 84 ans a pris goût au bénévolat. Alors qu’il fréquentait les écoles Saint-François-Xavier et Notre-Dame, Gilbert Samson était le porte-parole des élèves lors des activités spéciales.

Cette première implication a par la suite déclencher un brasier pour le bénévolat qui ne s’est jamais éteint. Mouvement scout, paroisse de Bienville, Société d’horticulture de Lévis, popote roulante ou chorale de l’église Saint-Joseph à Lauzon ne sont que quelques-uns des organismes qui font partie d’une liste de deux pages regroupant toutes les implications de Gilbert Samson depuis plus de 60 ans. D’ailleurs, en 2017, il a reçu le prix Coup de cœur pour son implication citoyenne lors de la remise des Prix du patrimoine de Lévis.

«Je ne pouvais pas rester inoccupé. Il fallait que je fasse quelque chose tout le temps. Je ne pouvais pas rester assis, il fallait que je bouge», explique M. Samson, sur l’importance pour lui d’avoir été aussi actif dans sa communauté.

Mais c’est particulièrement en raison de sa passion pour l’histoire que Gilbert Samson aura marqué Lévis de son empreinte. Membre fondateur de la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL), le natif de Bienville est entré au conseil d’administration de cet organisme, qui allait devenir plus tard la SHL, en 1979. Au fil des ans, il a occupé divers rôles, dont ceux de secrétaire, trésorier et président (2003 à 2008).

Membre honoraire de la SHL, Gilbert Samson en est devenu le directeur général après son mandat à la présidence du conseil d’administration de la société. À ce titre, il a géré le bureau et les demandes de consultations des archives de la SHL. Même à plus de 80 ans, Gilbert Samson était présent presque six jours sur sept pour répondre aux diverses demandes et accueillir les membres.

En parallèle de ses implications au sein de la SHL, il a été le représentant de l’organisme au sein du comité de toponymie de la Ville de Lévis. Il a également écrit un livre sur l’histoire de sa paroisse natale, l’ancienne municipalité de Saint-Antoine-de-Bienville, Bienville, 1896-1996 : cent ans d’histoire.

«Un grand vide»

C’est donc avec peine que les passionnés lévisiens d’histoire ont appris la fin de l’implication bénévole de Gilbert Samson. Président de la SHL de 2009 à 2012, Claude Genest a eu la chance de travailler sur plusieurs projets avec l’hyperactif bénévole lévisien.

«Son départ va provoquer un grand vide comme il était un grand bâtisseur de la SHL. Pendant sa présidence, il a notamment travaillé à rajeunir le conseil d’administration, en recrutant entre autres ma conjointe et moi. Il provoquait un effet d’entraînement et d’engagement. M. Samson était très précieux puisqu’il s’occupait de tout le volet opérationnel, ce qui libérait les membres du conseil d’administration pour qu’ils puissent travailler sur d’importants projets. C’est un travailleur de l’ombre. On lui doit beaucoup», partage M. Genest.

Un point de vue également partagé par Vincent Couture, vice-président et responsable des communications de la SHL. «C’est une grosse perte pour nous puisque M. Samson était un gros morceau. Depuis que je suis à la société, j’ai toujours travaillé avec lui. Il a pas mal touché à tout à la SHL et il était toujours présent pour n’importe quelle activité. Il aimait particulièrement accueillir les gens et les aider dans leurs recherches.»

Les 42 années d’implication de Gilbert Samson au sein de la SHL n’auront pas été données en vain. L’organisme demeure l’un des importants gardiens de l’histoire lévisienne et est toujours dynamique. Lorsque la pandémie sera chose du passé, deux bénévoles ont signifié leur intérêt pour remplacer au niveau opérationnel de la SHL ce véritable monument de l’organisation.

Les plus lus

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Une application consacrée à la santé mentale maintenant disponible

L’A-Droit de Chaudière-Appalaches a officiellement lancé ce printemps l’application DRSM – Santé mentale sur l’App Store et Google Play. Avec ce nouvel outil, l’organisme de promotion et de défense de droits en santé mentale basé à Lévis veut informer autant les gens de la région qu’ailleurs en province sur les droits et les différentes ressources en santé mentale.

Un nouveau coup de pouce de la Piazzetta pour le Collège

C’est le 9 juin prochain que la Piazzetta de Lévis tiendra sa traditionnelle journée Generosa, événement qui permet chaque année au restaurant de soutenir une cause locale. Pour une deuxième année consécutive, l’activité caritative profitera à la Fondation Collège de Lévis.

Un Patro qui souhaite s’ouvrir encore plus à sa communauté

C’est à la fin de l’année 2019 que l’équipe du Patro de Lévis et son conseil d’administration ont constaté qu’ils étaient arrivés à la fin de leur planification stratégique, dont tous les objectifs étaient atteints. Vieux de ses 115 ans, le Patro a décidé de développer une nouvelle vision tout en préservant ses valeurs fondamentales afin de servir encore mieux la communauté lévisienne.

Le marché Ostara et Neo débarquent au Patro

Déjà, de nouveaux univers du Patro de Lévis apparaîtront dans les prochaines semaines pour la saison estivale. Le nouvel univers du camp de jour, qui portera désormais le nom de Neo, ainsi que le marché Ostara seront mis sur pied prochainement.

Mon Quartier de Lévis lance officiellement ses activités

En place depuis quelques mois, Mon Quartier de Lévis, l’organisme qui remplace les défunts organismes de revitalisation du Vieux-Charny, du Vieux-Lévis, du Vieux-Saint-Romuald et du Village Saint-Nicolas, a officiellement lancé ses activités, le 26 mai dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Une offre de Communauto dans le Vieux-Lévis

Une entente de location d’espaces de stationnement dans le Vieux-Lévis entre l’entreprise d’autopartage Communauto et la Ville de Lévis a été conclue, a annoncé la municipalité, le 27 mai dernier.

Ode à la bienveillance envers les aînés

Le 15 juin, ce sera la Journée mondiale de lutte à la maltraitance des personnes aînées. Afin de souligner cette journée, plusieurs intervenants de la Chaudière-Appalaches ont uni leurs forces pour proposer une formule qui mettra plutôt l’accent sur un message positif.

Don de Lemieux Assurances à Marcelle-Mallet

François Lemieux, président de Lemieux Assurances, Alexandra Turgeon, directrice de la Fondation de l’École Marcelle-Mallet, et Robin Bernier, directeur général de l’institution privée du Vieux-Lévis, ont récemment présenté le nouveau tableau numérique du gymnase de l’école secondaire, un partenariat de Lemieux Assurances.

Un nouvel hébergement pour le CAPJ de Lévis

Le Centre Aide et Prévention Jeunesse (CAPJ) de Lévis a saisi les opportunités de financement mises en place par le gouvernement fédéral pour développer son offre d’hébergement long terme pour les personnes vivant des difficultés de logement.