Clean International compte présentement 22 travailleurs étrangers des Philippines. L’entreprise pourrait en recruter jusqu’à 80, soit 10% de la masse d’employés. CRÉDIT : COURTOISIE CLEAN INTERNATIONAL

C’est bien connu, la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec, est une situation qui s’est généralisé au cours des dernières années dans plusieurs domaines d’activité professionnelle. Le vieillissement de la population, mélangé à la glorification de la spécialisation de l’emploi et au recul des métiers de terrain créent des problèmes d’embauche dans des commerces locaux. Si l’heure est à la recherche de solution et à l’innovation dans les méthodes d’embauche, certaines entreprises, comme Clean International, située à Saint-Jean-Chrysostome, font le pari de se tourner vers le recrutement de main-d’œuvre internationale.

À Lévis, Statistiques Canada évaluait en 2016, le taux de chômage à 4,1%, soit le plus faible taux parmi les 50 villes d’importance au pays. Bien que ce nombre démontre la vitalité économique de la région, plusieurs postes demeurent à pourvoir, au grand désarroi des chefs d’entreprise. 
Chez Clean International, une entreprise de 800 employés spécialisée en assainissement agroalimentaire basée à Lévis et en Ontario, la recherche de candidats pour joindre les équipes permanentes, qui nettoient chaque nuit les équipements de production des usines, «n’est pas évidente», déplore Méllina Boudreault, conseillère en recrutement pour l’entreprise.  «Même le salaire ne fonctionne plus pour attirer des gens, qui préfèrent travailler de jour à un salaire moins élevé».
Elle affirme avoir comptabilisé près de 400 candidatures reçues depuis le début de 2019 en Ontario, mais plus de la moitié d’entre elles ne donnent pas de retour. «On ne refuse personne, mais à Québec et Lévis, les CV de gens qui sont vraiment intéressés se font rares. Il arrive même que certains viennent juste pour une heure pour obtenir leur chômage», ajoute-t-elle. 

Une solution pour guérir les maux?

 C’est ainsi que le recrutement de la main-d’œuvre internationale constitue la solution la plus fiable pour combler ses postes vacants, aux yeux de Marie-Ève Labrie, directrice générale adjointe de l’entreprise familiale qui existe depuis 25 ans. C’est pour pallier la rareté de personnel et en «prévision d’une crise de main-d’œuvre» qui frappe surtout pendant les vacances estivales, raconte-t-elle, que Mme Labrie a été de l’avant dans ses démarches, en allant à la rencontre de potentiels travailleurs aux Philippines, en avril 2018. Une vingtaine d’entre eux ont été sélectionnés pour l’emploi, dont 10 pour l’Ontario et 12 pour le Québec. Huit sont actuellement à Saint-Henri pour un contrat.

Toutefois, comme elle l’explique, les processus s’éternisent et l’entreprise n’est pas admissible à une aide gouvernementale pour l’appuyer. «On a essayé d’avoir des subventions, mais le gouvernement est réticent. On se fait dire : ‘’Tu en as reçu des CV alors tu peux recruter’’, décrie-t-elle, alors que les Philippins n’ont mis le pied en sol québécois qu’en décembre 2018, soit huit mois après le recrutement dans leur pays. Le gouvernement appuie les métiers spécialisés, pourtant c’est dans les emplois non qualifiés de première ligne qu’il y a un manque au Québec.» 

Du dévouement et de l’attente 

Toujours dans une quête de combler ses besoins et de pourvoir quelques-uns de ses 75 postes vacants, Clean International a entamé, à l’automne dernier, de nouvelles démarches pour l’embauche de 30 travailleurs étrangers, ceux-ci en provenance du Vietnam. Les demandes de travail ont été acceptées au Canada, mais elles sont toujours en traitement au Vietnam. 
Selon Maxime Lapointe, avocat spécialisé en immigration responsable du dossier, ces délais sont récurrents, soit en raison du trop grand nombre de demandes ou du quota fixé par le pays. Il se désole de «l’ingérence du fédéral dans un problème de pénurie local et de la rigidité du bureau canadien des visas qui ne délivre des autorisations valides que pour 12 mois», lui qui renouvèle actuellement les permis de travail des Philippins.
On peut compter près de 40 semaines de délai avant d’obtenir une réponse, sans garantie qu’elle s’avèrera positive, même si des frais de 1 000$ par tête sont engagés.  Clean International ne se cache pas vouloir allonger ses permis de travail à 18 mois, puis viser la résidence permanente pour ses travailleurs. 

Les plus lus

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouvelle radio basée à Lévis

Basée à Lévis, l’entreprise Notre Média lance aujourd'hui sa radio Web, NIKY Radio. Si le nouveau média s’adresse d’abord et avant tout à des auditeurs provenant de partout en province et même de la planète, plusieurs voix bien connus dans la région pourront y être entendues.

La Chambre de commerce de Lévis a un nouveau président

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale, le 11 septembre. En plus du bilan, des bons coups de l’année écoulée et des enjeux à venir, les nouveaux membres de son conseil d’administration ont été désignés.

Une philosophie derrière ces paniers de produits locaux

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

Grève des chauffeurs de taxi ce jeudi

Plusieurs chauffeurs de taxi de Lévis prendront part, ce jeudi, à la grève tournante que les chauffeurs de taxi de partout au Québec ont amorcée aujourd’hui.

Un pub ludique à Saint-Romuald

C’est le 20 septembre que le Joker pub ludique ouvrira ses portes à Saint-Romuald, dans le Complexe Pôle Sud de Logisco.

Entretien avec la nouvelle directrice générale de la CCL

Le 23 avril dernier, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) annonçait l’embauche de sa nouvelle directrice générale, Marie-Josée Morency, une femme d’affaires qui a notamment rempli pareilles fonctions au sein de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord de 2010 à 2017. Maintenant qu’elle s’est acclimatée à son nouveau milieu de travail, voici une entrevue réalisée par le Journal (JDL...

Une jeune pousse qui fait voir la vie en vert

Une entreprise lévisienne fondée en 2016 a créé un jardin d’intérieur qui permet de faire pousser des légumes biologiques toute l’année, même dans le salon. Depuis, OGarden ne cesse de grandir.

Une acquisition majeure pour Société VIA

L’entreprise de recyclage Société VIA a intégré un cinquième lecteur optique aux installations de son centre de tri de Lévis. Cet ajout représente un investissement de plus de 2 M$ et permettra d’accroître considérablement sa production.

Pelletier Déco Surfaces achète Plancher Bois Franc 2000

L’entreprise lévisienne Pelletier Déco Surfaces a officialisé, le 17 septembre, la transaction effectuée en novembre dernier qui lui a permis d’acquérir Plancher Bois Franc 2000 et ses deux bannières sœurs : la Boutique du Plancher et Bois Franc du Lac. L’entité qui regroupe désormais ses différentes bannières, le Groupe Pelletier, devient donc le plus grand détaillant de couvre-plancher au Québec...